Calendrier

À la Une

  • 05/01/2015

    Avec la généralisation de l’outil numérique au sein de l’industrie cinématographique se pose plus que jamais la question du devenir des films. Malgré les avancées techniques, le cinéma reste un art fondamentalement précaire. La « mort des films » ne résulte pas seulement de la disparition des copies, mais aussi de leur altération, et du bouleversement irrémédiable que celle-ci entraîne sur leur contenu et ses possibles interprétations. Films perdus dont ne sont conservés que des projets écrits ou des articles dans des journaux ; films incomplets, décomposés par le temps, ou mutilés lors de leur exploitation ; films inachevés ; films restés à l’état de projets ; ou encore films fantômes, projetés une seule fois devant un public restreint... Ces « films morts » font partie intégrante de l’histoire du cinéma.

    Lire la suite
  • 30/01/2015

    L’objectif de ce colloque sera de nous interroger sur les différentes perceptions et conceptions de la citoyenneté tout en la situant dans une approche spatiale. Il s’agira également de la situer à la croisée des questions identitaires et de débattre des effets sur la citoyenneté de la montée des identités subjectives (ethnique, culturelle, religieuse, sexuelle, sociale, etc.) et des défaillances de la démocratie représentative dans nos sociétés actuelles.

    Lire la suite
  • 15/03/2015

    Ce colloque de l'université Nice Sophia Antipolis a pour objectif d’engager une réflexion sur un phénomène majeur du temps présent : le street art, mouvement populaire mondial qui impose une nouvelle esthétique et interroge les politiques urbaines. On privilégiera le dialogue entre les approches de champs disciplinaires variés.

    Lire la suite
  • 15/01/2015

    La diffusion de la photographie, l’invention du cinéma et le développement d'appareils à enregistrer le son ont permis la création d’un volume considérable d'images fixes, d'images animées et d'enregistrements sonores à travers le monde à la fin du XIXe siècle. Différentes institutions ont alors été fondées pour collecter et archiver ces matériaux afin de garder des traces visuelles et sonores de l'histoire, de la géographie, et de tous les phénomènes sociaux observés dans certaines régions, certains États, ou encore dans le monde entier. Il s'agit par exemple des musées de photographies documentaires issus de projets associatifs en France, en Suisse ou en Belgique, des archives de la planète créées par le banquier Albert Kahn, du projet de dépôt de cinématographie historique de Boleslas Matuszewski, ou encore des premières archives sonores créées à Vienne ou à Berlin, à visée universelle. 

    Lire la suite
  • 30/09/2015

    On situe communément l’avènement de la sociologie dans les dernières années du XIXe siècle. Le cas français est particulièrement significatif, avec la publication en 1895 des Règles de la méthode sociologique d’Émile Durkheim. À tort ou à raison, le geste fondateur durkheimien, plus ou moins transposé dans les autres traditions intellectuelles nationales, a conduit à rejeter dans les ténèbres d’une « préhistoire » de la sociologie, la pensée sociale qui l’avait précédée sous des noms divers : science sociale, physiologie sociale, philosophie sociale, physique sociale, etc. L’objet de cet appel à contributions n’est pas de réhabiliter des traditions oubliées, de nier la rupture qui s’est opérée à la fin du XIXe siècle ou de minorer l’importance de l’enquête dans l’investigation sociologique. Il est de réfléchir à la pertinence que peut avoir, pour le sociologue contemporain, la lecture des œuvres qui précèdent le moment conventionnellement admis de la naissance de la sociologie.

    Lire la suite
  • 15/12/2014

    Une pluralité de phénomènes sociaux longtemps analysés principalement par le prisme des États-nations sont désormais revisités dans des contextes plus vastes. Les chercheurs en sciences sociales accordent une importance accrue aux mouvements migratoires, aux dynamiques économiques et aux processus de formation de classe à l’échelle mondiale, aux mobilisations sociales transnationales, à la circulation des idées et des pratiques culturelles - autant de phénomènes qui tendent à « déborder » les frontières nationales. Ces objets de recherche ont contribué au fleurissement des études transnationales au sein de différents champs disciplinaires. En sciences humaines et sociales, les échelles d’analyse se sont diversifiées afin de mettre en lumière des échanges internationaux, des processus « translocaux » et des liens transfrontières de toutes sortes. Notre colloque sondera les tendances récentes des études transnationales et les nouvelles orientations qu’elles pourraient prendre d’un point de vue théorique, méthodologique ou empirique.

    Lire la suite
  • 11/12/2014

    Ce projet vise à étudier le rôle du numérique sur les manipulations et médiations contemporaines de l’Antiquité, selon deux axes privilégiés : celui de la création artistique d’une part, celui de la recherche et de la diffusion des connaissances d’autre part. Le champ retenu est celui de l’histoire et de la mythologie gréco-romaines. La réflexion que le projet Antiquité 2.0 se propose d’initier aimerait se situer à la croisée de plusieurs angles d’approche et niveaux d’analyse : esthétiques, sociologiques, culturels, technologiques, économiques, historiques, idéologiques, politiques.

    Lire la suite
  • 12/12/2014

    À l'initiative d'Allan Moore, des chercheurs(euses) de tous horizons ont décidé de créer ACADPROG en 2011. Dès ses débuts, ce réseau international s'est proposé d'étudier sous tous ses aspects et de façon pluridisciplinaire le rock progressif, une musique née à la fin des années 1960. Afin que ses travaux acquièrent une visibilité et que ce nouveau champ de recherche trouve sa place dans les études sur les musiques populaires, ACADPROG organise, sous la houlette de Philippe Gonin et François Ribac, sa première conférence internationale les 10, 11 et 12 décembre 2014 à Dijon (France), grâce au soutien de l'université de Bourgogne, des laboratoires Georges Chevrier et CIMEOS et de partenaires institutionnels.

    Lire la suite
  • 03/12/2014

    La première époque moderne est marquée par de profondes transformations des sphères culturelle, politique et religieuse qui déterminent la formation d’une nouvelle conception du corps et de la nature. Dans ce processus, les médecins jouent un rôle crucial. Ils sont les porteurs de méthodes et pratiques qui fournissent des clés d’accès à l’étude du corps humain mais aussi du monde naturel. Ce sont des interlocuteurs reconnus par le pouvoir dans plusieurs domaines et des médiateurs entre différents mondes. Ce colloque vise à étudier leur rôle dans la production, l’usage et la communication des savoirs naturalistes et dans la mise en place d’une nouvelle relation entre homme et nature. Leur activité sera étudiée à partir de différentes espaces urbains qui se caractérisent par des systèmes médicaux articulés, par une densité et pluralité des lieux et des acteurs savants et par une grande inter-connectivité.

    Lire la suite
  • 12/12/2014

    Le comité d'histoire de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA), en partenariat avec la Cité nationale de l'histoire de l'immigration (CNHI) et les Archives diplomatiques, organise le 12 décembre 2014 un colloque sur la création et les premières années de fonctionnement des institutions de protection des réfugiés, qu'il s'agisse de l'Ofpra ou de ses homologues européens. Après une première journée dédiée aux archives en 2012, ce colloque, inaugurant un cycle intitulé « Le gouvernement des réfugiés », réunit des chercheurs français et étrangers, avec pour ambition de mettre en lumière une histoire méconnue, notamment par des travaux portant sur le contexte politique et institutionnel, les acteurs, les réseaux et les stratégies à l'œuvre.

    Lire la suite
  • 20/12/2014

    De Foucault à Marx, se tisse un rapport complexe qui ne cesse de produire des effets d’interprétation, de luttes, de critiques. L’objet de ce colloque est triple : saisir les enjeux des lectures foucaldiennes de Marx et de son rapport aux différents marxismes ; mesurer les déplacements produits par la pensée de Foucault sur la compréhension et l’actualisation de Marx ; mieux comprendre comment ces deux pensées sont mobilisées dans les luttes pratiques et dans le renouvellement de la critique sociale.

    Lire la suite
  • 13/01/2015

    Depuis les années 1990 surtout, la question du bonheur s’est progressivement constituée en objet de recherche, notamment à partir des travaux de chercheurs tels que Daniel Kahneman, Ed Diener ou Martin Seligman, soulevant notamment des controverses sur la question de la distinction entre « bien-être », concept clé de l'analyse économique traditionnelle, et « bonheur ». Si l’économie et la psychologie ont été les pionnières dans ce domaine, d’autres disciplines des sciences sociales, comme l’histoire, l’anthropologie, la sociologie ou le droit, leur ont emboîté le pas. Ce séminaire coordonné par Ilona Boniwell (École centrale), Pascale Haag (EHESS) et Miriam Teschl (EHESS) vise à confronter les questions théoriques, méthodologiques et épistémologiques rencontrées dans chaque discipline, afin de repérer des convergences et des lignes de force susceptibles de favoriser des approches interdisciplinaires.

    Lire la suite
  • 12/12/2014

    Alors que les derniers cycles de séminaires GRANIT (les données de l’environnement en 2011-2012, les cartographies participatives en 2012-2013, internet comme terrain en 2014-2015) nous ont permis de mettre en évidence la démultiplication des modes de fabrique cartographique, l’expansion des usages de la carte et la diversification de ses producteurs-utilisateurs, l’émergence de la cartographie radicale et de la contre-cartographie ne permet-elle pas désormais d’envisager la carte comme un langage de contestation ? Pour tenter de répondre à ces questions, la séance du 12 décembre 2014 propose de mettre en regard deux expériences de cartographie participative qui, bien que s’inscrivant dans des territoires, thématiques et techniques très différents, ont en commun de chercher par la carte la reconquête de la représentation de groupes sociaux marginalisés.

    Lire la suite
  • 09/12/2014

    L’accès aux droits est un axe majeur de l’action des caisses d’allocations familiales et la thématique de nombreux travaux d’études et de recherches soutenus par la Caisse nationale des allocations familiales. Au programme de cette journée d’études sur l’accès aux droits et le non-recours : des travaux récents en matière d’accès aux droits et aux prestations et des échanges entre chercheurs et représentants des administrations et des associations au sujet des moyens de lutte contre le non-recours. Son objectif est également de recueillir des pistes de recherches et d’études à mener pour enrichir les réflexions de la branche « famille ».

    Lire la suite
  • 15/02/2016

    Dès l'ouverture de Meiji, à la fin du XIXe siècle, la formation des musiciens japonais a été soumise aux contraintes culturelles et politiques des pays occidentaux. Tenu de choisir entre l'enseignement européen, dominé principalement par les écoles germaniques et françaises, ou l'enseignement influencé par les États-Unis d'Amérique, le musicien japonais a parfois dû se former au péril de sa propre identité culturelle. Pour autant, les artistes japonais semblent avoir préservé l'ontologie de leur musique tout en ayant assimilé certaines caractéristiques des cultures occidentales. Inversement, assez tôt au XXe siècle, des musiciens européens ont trouvé dans la culture japonaise des sources d’inspiration qui ont pu régénérer un discours musical qui paraissait s’étioler entre les luttes dogmatiques et l’épuisement de leur société. Les relations entretenues entre les musiciens japonais et la France dans ce contexte seront l'objet de ces premières journées d'études qui se tiendront au conservatoire de Paris (CNSMDP).

    Lire la suite
  • 29/11/2014

    À l’origine du jazz, il y a les spectacles musicaux et satiriques des esclaves sur les plantations, ces spectacles que les Blancs qualifiaient d’éthiopiens et qui inspirèrent les Minstrels Shows et la tradition du Blackface. Dans cette pratique musicale née au temps de l’esclavage, il y a une dimension ludique, un rire salvateur, subversif et libérateur, un fracas de rires pour saper l’ordre esclavagiste, au nez et à la barbe du maître. C’est ce rire ontologique qui travaille en profondeur l’esthétique jazz que nous souhaitons interroger, du geste comique et ludique du jazzman au corps musical de l’acteur comique. En quoi ces corps-jazz vibrant en rythme, au risque de la danse, sont-ils capables de produire une mécanique humoristique ou burlesque ? Et dans quelle mesure ces corps-jazz qui provoquent les rires jouent-ils à déconstruire les normes ?

    Lire la suite
  • 06/12/2014

    Depuis le développement des scènes musicales sous l’Ancien Régime jusqu’aux applications les plus récentes de la notion de démocratisation culturelle, le rôle du public n’a cessé d’interroger les chercheurs et les professionnels du spectacle, qui peinent à en cerner les contours et à en proposer une définition. Consubstantiel au spectacle, le public – ou plus exactement les publics – constitue une masse mouvante, cantonnée dans l’imaginaire collectif à un rôle passif. Or, depuis les revendications du droit de siffler à l’opéra jusqu’aux appels à monter sur scène, en passant par la légitimation des artistes via la pratique des « débuts », les publics semblent au contraire être partie prenante du spectacle musical. Dans ces conditions, le terme même de spectateur mérite d’être revisité à la lumière de la spécificité des scènes musicales, lesquelles, en proposant des œuvres alliant texte et musique, convoquent tous les sens et font de la représentation une expérience particulière.

    Lire la suite
  • 01/12/2014

    L’objectif de notre colloque est de réunir des spécialistes du cinéma et de la civilisation de l'Italie contemporaine pour réfléchir à la spécificité du cinéma politique italien d’aujourd’hui, et répondre à un certain nombre de questions regroupées en trois axes de réflexion qui nous semblent pertinents : cinéma politique et cinéma engagé sont-ils synonymes ? Quel est le rôle du réalisateur ? Que cherche à provoquer le cinéma engagé chez le spectateur ?

    Lire la suite
  • 22/01/2015

    Le séminaire « Genre et classes populaires » propose son programme pour l'année 2014-2015. Cette quatrième année sera consacrée à la notion de « routine-s » avec huit séances, de novembre à juin, à l'université Paris I Panthéon Sorbonne. La routine renvoie à la répétition d’actions ordinaires au quotidien, à des habitudes ancrées dans les corps et les esprits des individus. L’histoire se désintéresse souvent de cette temporalité mineure en faveur de l’évènement, de l’exceptionnel, reproduisant alors la vision négative de la routine comme monotonie, « train-train » quotidien, voire ennui. La sociologie est plus attentive aux dimensions ordinaires, elle qui cherche les régularités du monde social. Elle fait pourtant peu souvent l’effort de retracer précisément les activités qui appuient quotidiennement les tendances générales observées au niveau d’un groupe social. La routine renvoie à des actions invisibles car banales et attendues. Cette temporalité est plutôt celle du féminin que du masculin ; le temps du travail domestique en étant l’exemple le plus flagrant.

    Lire la suite
  • 19/11/2014

    Le Centre historique minier du Nord-Pas de Calais à Lewarde organise en collaboration avec le réseau européen des musées de la mine, les 17, 18 et 19 novembre, un colloque international consacré à l'histoire des relations entre charbon et conflits dans le monde. Ce colloque se donne plusieurs objectifs, tout d'abord celui d'envisager l'histoire sociale, culturelle, politique des conflits, sous un angle original, celui du charbon (son exploitation, ses hommes, ses structures). Bien sûr, le charbon, en tant que ressource énergétique, joue, notamment durant la période contemporaine, un rôle comme enjeu à la fois de la guerre et de la paix (s'approprier les bassins charbonniers), et comme outil (la maîtrise de l'énergie comme élément-clef dans une économie de guerre). Mais il ne s'agit pas ici que de cela. Le colloque invite aussi à explorer des relations réciproques : le rôle du charbon dans la guerre, tout autant que l'impact des guerres sur la conduite des exploitations charbonnières, sur les sociétés et les populations minières engagées, directement ou indirectement, dans les conflits.

    Lire la suite

Dernières annonces

Toutes
En français
masque
masque
masque
masque