AccueilLa voie associative

ColloqueNon classée

Dates

Catégories

    La voie associative

    CULTURE ET DEMOCRATIE : LES FORMES PARADOXALES DE LA VOIE ASSOCIATIVE.

    *  *  *

    Publié le mercredi 19 juillet 2000 par Marin Dacos

    Résumé

    Journées d'étude (7-8 décembre 2000) à l Université Lille 3. Former au sein de l'université de futurs professionnels de la culture suppose que soit prise au sérieux l'idée de la démocratisation culturelle. Or cette question, posée, à l'o

    Annonce

    Journées d'étude (7-8 décembre 2000) à l Université Lille 3.



    Former au sein de l'université de futurs professionnels de la culture suppose que soit prise au sérieux l'idée de la démocratisation culturelle. Or cette question, posée, à l'origine, en termes institutionnels par André Malraux, se trouve aujourd'hui reformulée. Si l'on prend à la lettre les politiques culturelles contemporaines, qui d'une certaine façon sous-tendent le développement des filières professionnalisantes autour de la médiation culturelle, il semble aujourd'hui que démocratiser la culture ne signifierait pas seulement permettre à tous d'avoir accès à toutes les formes d'arts et de cultures afin de faire connaître et aimer les oeuvres de l'humanité mais plus fondamentalement de lutter par la grâce de la culture contre l'exclusion sociale, la déréliction du lien social, contre les maux d'une société salariale en crise. Ainsi l'accès à la culture entre désormais dans la sphère de la citoyenneté comme l'énonce explicitement la Loi du 29 juillet 98 d'orientation relative à la Lutte contre les Exclusions, chapitre 5 : " L'accès de tous, tout au long de sa vie, à la culture, à la pratique sportive, aux vacances et aux loisirs constitue un objectif national. Il permet de garantir l'exercice de la citoyenneté". Il semblerait donc que démocratiser la culture viserait avant tout à démocratiser la démocratie. Et sur le terrain, les associations de citoyens semblent les lieux privilégiés pour mener cette politique culturelle ainsi redéfinie. On pourrait alors décliner cette nouvelle équation des politiques culturelles contemporaines : s'engager dans la vie culturelle associative permet d'être un acteur de la culture dans la cité, c'est à dire d'expérimenter au plan symbolique l'exercice de la citoyenneté, afin de ne plus être exclu de la société.
    Ces journées d étude voudraient, en convoquant différentes approches disciplinaires, de l histoire à la sociologie, aider à comprendre comment et pourquoi les associations se trouvent-elles placées au cSur de cette nouvelle équation de la démocratisation culturelle ?
    Ne s'agit-il pas là, dans une société contemporaine qui a perdu l'une des formes historiques de socialisation par le travail, de se référer aux origines culturelles même de la démocratie en invoquant les bienfaits d'une participation directe des citoyens à la vie de toute société ? Les clubs et les loges maçonniques gouvernés par la " rage de s'associer " décrite par François Furet n'ont-ils pas inventé l'espace même la société civile comme espace public de citoyens associés ? Les coopératives et mutuelles ouvrières portées par le mouvement social n'ont-elles pas contribué à élargir la sphère même des citoyens ? L'association ne représente-t-elle pas, comme l'expriment des sociologues contemporains tels que Alain Caillé ou Jean-Louis Laville, la démocratie en acte. L'association ne doit-elle pas être pensée, dans la lignée du Marcel Mauss socialiste associatif, comme la matrice démocratique même, devant être replacée au cSur du rapport social ? Un précieux travail d'historicisation peut permettre de comprendre, pour ne pas céder aveuglément au mythe d'une démocratie associative originelle, cet appel au registre symbolique d'accès à la citoyenneté par la culture. De même, si l'on veut encore concevoir le champ universitaire comme espace critique, ces nouveaux modes d'accès contemporains doivent être analysés du point de vue des acteurs eux-mêmes et non pas en fonction des commandes et préoccupations ministérielles d'une époque. Notre parti-pris dans l'organisation de ces journées, sera donc celui d'une démarche rétrospective. Afin de prendre toute la mesure de la vigueur de la voie associative contemporaine sans tomber dans une idéologie spontanéiste oublieuse de chemins parcourus et des voies tracées de par le passé, des analyses contemporaines seront systématiquement mises en regard d' études historiques.

    Avant-programme :


    CULTURE ET DEMOCRATIE :
    LES FORMES PARADOXALES DE LA VOIE ASSOCIATIVE.


    Introduction :
    Culture et Démocratie ou " le lien civil esthétique " : problématique, enjeux et méthodes.
    (Laurence Allard, Université Lille 3).


    I-Association et lien social : qu'est-ce que le lien associatif ?
    Comment se secrète du lien social à travers une association de citoyens ?

    L'associationnisme au XIXème siècle : le mouvement ouvrier comme laboratoire des formes associatives.
    (Philippe Chanial, Université de Caen)

    L association comme forme sociale.
    (Sylvain Pasquier, Université de Caen)

    Association et cultures publiques.
    (Daniel Cefai, Université Paris 10)

    Fait associatif et espace public démocratique
    (Jean-Louis Laville, CNRS-CRIDA)


    II-De la philanthropie à la lutte contre l'exclusion.
    Intégrer, socialiser : un impératif symbolique de longue date.

    Le temps des philanthropes : donner aux pauvres
    (Catherine Duprat, Université Paris I, à confirmer)

    Les associations d'éducation populaire au XIXème siècle.
    (Jean-François Chanet, Université Lille 3)

    Franc-maçonnerie et utilité publique.
    (Jean-Pierre Beaurepère, Université d Arras)

    Culture, cultures et redéfinition de l espace commun : approche anthropologique des déclinaisons de l espace commun.
    (Virginie Millot, Université Lyon 2).

    L association Culture et Proximité entre théorie et pratique.
    (un membre de Culture et Proximité, à confirmer)

    III-Associations culturelles et Etat : les pièges de la vassalisation ?

    Incitations gouvernementales, initiatives et résistances provinciales : la coordination
    des sociétés savantes au XIXème siècle.
    (Odile Parsis, Université Lille 3)

    Les sociétés d'originaires
    (Anne-Marie Thiesse, EHESS)

    Politiques culturelles et associations.
    (Olivier Donnat, DEP, Ministère de la Culture et de la Communication)

    Associations et Culture : vu d Allemagne.
    (Pascale Laborier, Université de Picardie)


    IV-La réversibilité des rôles culturels entre le XIXème et le XXème siècles : le positionnement des associations d amateurs dans le champ culturel.

    Les musiciens au XIXème siècle
    (Sophie Letterier, Université Lille 3)

    Musiques électroniques et scènes de le professionnalisation
    (François de Bryune, Université Lille 3)

    Les associations culturelles dans l espace public local : une restriction des possibles artistiques ?
    (Philippe Le Guern, Université Lille I)

    V-Association et espace culturel : les frontières des mondes de l'art en question.

    Histoire et genèse des " sociétés des amis des musées" (Marie-Pierre Bera, Université Lille 3).

    Andre Bazin et la cinephilie d'apres-guerre à Travail et Culture.
    (Antoine de Baecque, Université Saint-Quentin-en-Yvelines, Musée du cinéma, à confirmer)

    Le phénomène écomusée.
    (Joëlle le Marec, ENS, Lyon).

    BULLETIN DE PARTICIPATION

    Monsieur, Madame, Mademoiselle..................................................................

    Fonction :

    Institution :

    Souhaite participer à ces journées d études.

    Grand merci d'avance de bien vouloir envoyer votre souhait de participation à :
    Laurence ALLARD ou Odile PARSIS-BARUBE
    UFR Arts et Culture
    Université Lille 3
    Domaine universitaire du Pont de Bois
    BP 149 59653 Villeneuve d Ascq Cedex
    Ou par mail à :
    loallard@aol.com
    ou
    odile.parsis.barube@wanadoo.fr


    Lieux

    • Villeneuve-d'Ascq, France

    Dates

    • jeudi 07 décembre 2000

    Contacts

    • Odile Parsis-Barube
      courriel : odile [dot] parsis-barube [at] wanadoo [dot] fr

    Pour citer cette annonce

    « La voie associative », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 19 juillet 2000, http://calenda.org/185641