AccueilLes communismes du XXe siècle

ColloqueNon classée

Dates

Catégories

    Les communismes du XXe siècle

    Colloque international « Les communismes du XXe siècle »

    *  *  *

    Publié le vendredi 21 juillet 2000 par Gaëlle Charcosset

    Résumé

    Colloque international « Les communismes du XXe siècle » Dijon, 28 et 29 septembre 2000 Université de Bourgogne, Amphithéâtre Guitton, 4 Bd Gabriel, 21000 Dijon Ce colloque est organisé par l’UMR 5605, Centre Georges Chevrier. Ordre

    Annonce

    Colloque international « Les communismes du XXe siècle »
    Dijon, 28 et 29 septembre 2000
    Université de Bourgogne, Amphithéâtre Guitton, 4 Bd Gabriel, 21000 Dijon


    Ce colloque est organisé par l’UMR 5605, Centre Georges Chevrier. Ordre et désordre dans l’histoire des sociétés, Institut d’histoire contemporaine. Le comité d’organisation est composé de Jean Vigreux et Serge Wolikow.

    Dans la dernière décennie du siècle la manière d’envisager l’histoire du communisme a été fortement affectée par deux modifications majeures : l’écroulement de l’URSS et des Etats associés au système communiste en Europe, la possibilité d’accéder au moins en partie, aux archives des organisations communistes nationales et internationales. L’historiographie, clivée par les débats idéologiques et politiques, dominée par la pénurie documentaire était restée majoritairement centrée sur le factuel et l’événementiel, laissant aux sciences politiques le champ de la réflexion théorique. Aujourd’hui, le communisme apparaît comme un phénomène politique majeur de l’histoire du XXe siècle. L’élargissement des sources documentaires, la diversification et la multiplication des recherches mettent à l’ordre du jour un effort scientifique structuré autour de questions transversales envisagées sur une durée séculaire. Ce colloque s’inscrit dans cette démarche d’ouverture du champ d’investigation. Nous proposons d’aborder, au cours du colloque, de manière distincte et liée, trois questions : guerre et communisme, modernité, conception et usages des bases documentaires sur le communisme.
    Tout au long du siècle la guerre est présente comme matrice et horizon de l’histoire du communisme. La guerre est un creuset au sein duquel se noue la crise de la social-démocratie et se forge une critique d’où émerge le communisme, tel un idéal révolutionnaire renouvelé sur un paysage de décombres. La guerre a constitué le banc d’essai du communisme qui s’organise à partir de la révolution russe. Issu du courant socialiste, le communisme, tel qu’il s’organise après 1917, veut incarner la modernité même s’il n’a triomphé politiquement que dans le pays le plus « arriéré » aux dires de ses leaders. Le changement social qu’implique la révolution prolétarienne ne se place pas sur le même plan que la modernisation à l’œuvre dans les grands pays industriels capitalistes puisqu’il s’agit d’abolir aussi bien l’exploitation du travail que les différences de classes. Pour autant, après l’épisode du communisme de guerre et l’abandon des perspectives de la révolution mondiale, la modernisation va rapidement s’imposer somme idéal substitutif au moins temporaire du socialisme dans un seul pays.


    Programme :

    Jeudi 28 septembre 2000

    9 h. 30 : Accueil des participants.
    10 h. 00 : Ouverture du colloque par Bernard Laurin, Président de l’Université, et Jean-Jacques Clere, Directeur de l’UMR-CNRS 5605.

    Guerre et communisme
    Présidence : Serge Wolikow
    Maurice Carrez (Université de Bourgogne) : « La Première guerre mondiale et la genèse du PC finlandais ».
    Nicolas Werth (CNRS) : « Construction de l’Etat et culture de guerre en Russie soviétique (1917-1922) ».
    Vincent Chambarlhac (Université de Bourgogne) : « Culture de guerre et communisme : les syndicalistes révolutionnaires ».
    Discussion

    13 h. 00 : Déjeuner

    14 h. 00
    Présidence : Pierre Lévêque
    Antonio Elorza (Université de Madrid) : « Guerre civile et guerre sociale, syndromes de la vie politiques dans l’histoire du communisme ».
    Rémy Skoutelsky (Université Paris I-Sorbonne) : « Engagements communistes et lutte armée : les Brigades internationales et la Résistance ».
    Bruno Groppo (CNRS) : « L’antifascisme dans la culture communiste ».
    José Gotovitch (Université libre de Bruxelles) : « La résistance communiste : culture communiste de la Résistance ou culture de la résistance communiste ».
    Discussion.

    Mikhail Narinsky (NGIMO, Moscou) : « PCUS-URSS et vision de la Guerre froide ».
    Michel Pinault (Université Paris I-Sorbonne) : « Le Conseil Mondial de la Paix dans la guerre froide ».
    Roland Lew (Université libre de Bruxelles) : « Le communisme chinois et sa dimension militaire ».
    Gilles Vergnon (IEP Lyon) : « Pratique et culture de guerre dans le mouvement trotskiste ».
    Frédérick Genevée (Université de Bourgogne) : « Répressions et solidarités internationales ».
    Tangui Perron (EHESS) : « Images de guerre dans le cinéma communiste ».

    Vendredi 29 septembre 2000

    9 h. 00
    Modernité
    Présidence : Maurice Agulhon
    Claudiu Ingerflom (CNRS) : « Le bonheur et la cité idéale ».
    Claude Pennetier (CNRS) : « L’encadrement communiste : former, sélectionner, contrôler ».
    Bernard Pudal (Université de Montpellier) : « Mobilité sociale, clivages sociaux et promotions des cadres communistes ».
    Discussion.

    André Gounot (Université de Strasbourg II) : « Du rejet à l’appropriation : le mouvement communiste international face au sport moderne (1919-1939) ».
    Brigitte Studer (Université de Berne) : « L’être perfectible : travail sur soi, genre et modernité ».
    Jean-Paul Depretto (Université de Toulouse-le-Mirail) : « L’ouvrier russe ».
    Antony Todorov (Nouvelle université bulgare) : « Le communisme d’Etat et la modernité ».
    Discussion.

    13 h. 00 : Déjeuner.

    14 h. 00
    Présidence : Serge Berstein.
    Serge Wolikow (Université de Bourgogne) : « Les organisations du mouvement communiste international, l’Etat et les institutions démocratiques ».
    Michel Dreyfus (CNRS) : « Le Profintern et la modernité ».
    Jean-Charles Szurek (Université de Paris X-Nanterre) : « La question de la mémoire du communisme en Europe de l’Est depuis 1989 ».
    Discussion.

    Alexandre Courban (Université de Bourgogne) : « L’exaltation de la modernité dans L’Humanité durant l’entre-deux-guerres ».
    Emmanuel Ranc (Université de Bourgogne) : « Reconstruction et/ou modernité : les ministres communistes au travail ».
    Stéphane Sirot (Université de Cergy-Pontoise) : « Les revendications sociales au temps des Trente Glorieuses ».
    Jean Vigreux (Université de Bourgogne) : « Modernisation des campagnes : les PC européens et la fin des paysans ».
    Discussion.

    Table ronde : Vers de nouvelles bases documentaires ?
    Présidence : Georges Mouradian.
    Bernhardt Bayerlein (Université de Cologne).
    Aldo Agosti (Université de Turin).
    Pascal Carreau (Archives du PCF).
    Jean-Marc Comment (Archives fédérales suisses).
    Serge Wolikow (Université de Bourgogne).

    Contact et renseignements :
    Bureau R56 UFR de sciences humaines, 2 Bd Gabriel, 21000 Dijon
    Tél. : 03.80.39.57.58 ; Fax. : 03.80.39.57.17.
    Mél. : Rosine Fry
    Lilian Vincendeau



    Lieux

    • Dijon
      Dijon, France

    Dates

    • jeudi 28 septembre 2000

    Pour citer cette annonce

    « Les communismes du XXe siècle », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 21 juillet 2000, http://calenda.org/185644