AccueilDe l'écologie urbaine à la ville durable

De l'écologie urbaine à la ville durable

De l'écologie urbaine à la ville durable : quels besoin de recherche pour quelles pratiques interdisciplinaires?

*  *  *

Publié le mercredi 02 août 2000 par Marin Dacos

Résumé

Appel à communications "De l'écologie urbaine à la ville durable : quels besoin de recherche pour quelles pratiques interdisciplinaires?" Journées 2000 Nature Sciences Sociétés Paris, 6-7 décembre 2000 Date limite pour l'appel à communicati

Annonce

Appel à communications

"De l'écologie urbaine à la ville durable : quels besoin de recherche pour quelles pratiques interdisciplinaires?"

Journées 2000 Nature Sciences Sociétés
Paris, 6-7 décembre 2000
Date limite pour l'appel à communication : 20 juillet 2000


Les Journées 2000 s’inscrivent dans le prolongement de la réflexion engagée lors de celles de 1997 par NSS à propos de la notion de durabilité et des évolutions qu’elle induit dans les démarches actuelles de recherche. L’objectif est de l’appliquer à un objet précis : la ville, où l’on dit que se jouent les principaux équilibres écologiques et sociaux de la planète. En effet, parallèlement à l’expression de " développement durable ", celle de " ville durable " fait florès dans le discours politique engendrant des manifestations de niveau international (Habitat II à Istanbul en 1996 et son Agenda signé par 171 pays, UNESCO), européen (Les villes européennes durables à Hanovre en février 2000 et leurs programmes d’action locaux pour le XXIème siècle) ainsi que des pratiques politiques nationales et régionales (depuis plusieurs années au Québec, récemment en France avec les Agendas 21 locaux).
Parallèlement aussi, la notion de " ville durable " prend une place croissante dans le discours scientifique d’autant plus qu’elle en appelle d’autres comme celle d’environnement urbain, qu’elle renvoie aux concepts d’écologie urbaine et d’écosystème urbain ou à la thématique de la nature dans la ville. La question se pose alors de savoir si ces entrées anciennes ou récentes de la recherche sont mises en relation théorique et expérimentale avec la notion de " ville durable ". La généralisation de ce terme dans le discours scientifique correspond-elle à une simple commodité, un abus de langage, de l’opportunisme ? Appelant le lien entre recherche et action, ouvre-t-il, au contraire, un champ de recherche nouveau, devient-il un concept fondateur de démarches scientifiques originales distinctes de l’expertise, conduit-il à des pratiques d’interdisciplinarité entre sciences de la terre, de la vie ou de l’ingénieur avec les sciences sociales ? L’interdisciplinarité est-elle nécessaire pour que le développement urbain trouve une effectivité concrète en respectant les différentes dimensions de l’idée de durabilité ? Telles sont les questions qui sont au coeur de ces journées.



La réflexion sera menée autour de quatre ensemble de questions :

1. Derrière la multiplication de ces politiques, quels sens ?
Quelle évaluation (analyse) peut-on faire des politiques locales urbaines qui s’affichent " durable " ? Quels sont les contenus des procédures de labellisation ou de certification ? Quelles conceptions et définitions de la durabilité sous-tendent les chartes, programmes et agendas qui se multiplient dans tous les pays ? Quelles pratiques recouvrent-ils ? Quelles dimensions sont privilégiées ? L’équité sociale ? La gestion des déchets ? La maîtrise de l’étalement urbain... ? Quels niveaux de villes font l’objet de ces contrats ? Les objectifs diffèrent-ils selon ces niveaux ? Quelle définition du temps, du long terme, y trouve-t-on ? Y a-t-il des spécificités propres aux identités culturelles supra nationales (Amérique du Nord, Amérique Latine, Europe...) ou nationales ? La division entre pays du Nord et du Sud entraîne-t-elle des différences de pratique ? Y a-t-il un éclatement et une dispersion des objectifs et des conceptions ? Voit-on au contraire se dessiner des convergences, des " bonnes pratiques " et des modèles communs ?
C’est au travers de témoignages d’acteurs impliqués dans ces procédures dans plusieurs pays, d’analyse d’expériences et de cas réputés exemplaires, d’échanges entre acteurs et chercheurs que l’on tentera de répondre à ces questions.

2. La question de leur mise en œuvre ?
Quel bilan peut-on faire des approches qui sont d’ores et déjà et se sont voulues intégratives ? Quel rapport peut on établir entre la gestion intégrée et l’ingénierie urbaine et la gestion durable des villes ? Qu’ont à dire sur la durabilité des villes les sciences de l’ingénieur et particulièrement du " génie urbain ", les urbanistes, les architectes et les paysagistes dont la pratique intègre la complexité et le global ? De ce point de vue, quel bilan tirer des démarches systémiques et de l’écologie urbaine vue du côté des techniques et des techniciens ? Quelles dimensions sont intégrées ? Quelles dimensions sont absentes ? Quelles limites des approches intégrées et systémiques ? Quel est le rapport entre l’hygiénisme et la gestion durable ?
C’est en faisant appel à un effort réflexif d’ingénieurs, de praticiens et de théoriciens des systèmes que ces questions trouveront un début de réponse.

3. Les disciplines face à la " ville durable "
Quel usage les disciplines font-elles de cette notion ? En particulier celles qui comportent des spécialités " urbaines " (histoire, sociologie, géographie, économie, sciences politiques, écologie...). En quoi leurs démarches ont-elles été modifiées par l’irruption de la notion de développement durable ? Quelles nouvelles thématiques ont été introduites dans les recherches urbaines ? Comment ont-elles articulé leurs concepts et leurs théories à ce nouvel enjeu ? A-t-il modifié leur conceptualisation de la ville ? Quelles disciplines étrangères au concept de ville se sont intéressées à celui de ville durable ? Qu’en est-il des sciences de la terre, de la vie et de l’atmosphère ? A quelles limites se heurte l’approche disciplinaire pour en faire un concept opératoire, tenant compte de la pluri-dimensionnalité et de la complexité de cet objet ? Quel rapport des recherches disciplinaires à l’action ?
C’est en faisant appel à la diversité des regards disciplinaires sur les problèmes d’environnement des villes de différentes tailles et de différents niveaux de développement que nous tenterons de répondre à ces questions en faisant le pari que le croisement de ces regards disciplinaires pourrait avoir valeur heuristique.

4. L’interdisciplinarité est-elle nécessaire ?
Le dernier temps des journées doit rassembler les questions des trois premières séances pour les faire basculer jusqu'à la question centrale : l’interdisciplinarité est-elle nécessaire pour la concrétisation de l’idée de ville durable ? Le développement urbain durable n’exige-t-il pas une investigation plus systématique des relations sociétés/natures en milieu urbain ? Si oui, n’implique-t-il pas une plus forte implication des sciences de la nature dans l’analyse de l’anthroposystème urbain ? Inversement, du côté des sciences sociales, n’exige-t-il pas la prise en compte de la matérialité des faits naturels dans le milieu urbain, qui est toujours considéré comme un " milieu technique " et artificialisé où la nature ne peut être que maîtrisée ? Quelles sont les questions intégratrices ou transdisciplinaires qui sont les plus pertinentes ? De quels concepts et outils dispose-t-on pour y répondre ? A quelles échelles les appliquer ? Quelles innovations la problématique de la ville durable a introduit dans les pratiques de recherche et l’interdisciplinarité ?
Les questions sont donc nombreuses et nous n’avons pas l’illusion, ni l’inconscience de croire que toutes seront abordées, et encore moins résolues (certaines mériteraient un colloque à elles seules) ; mais elles ont l’avantage de préciser notre positionnement et de définir le cadre dans lequel devraient se dérouler nos débats.

Les organisateurs
Jean-Marie Legay ; Nicole Mathieu ; Claude Millier ; Jacques Theys.

Appel à communications
Faites parvenir un résumé de quelques lignes avant le 20 juillet, et 2 ou 3 pages présentant la communication en septembre.

Marie-Françoise Nicolle
Nature Sciences Sociétés
Université Paris X - bat K
200 avenue de la République
92001 Nanterre cedex



Lieux

  • Paris, France

Dates

  • jeudi 20 juillet 2000

Pour citer cette annonce

« De l'écologie urbaine à la ville durable », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 02 août 2000, http://calenda.org/185661