AccueilIdentités de genres et guerres (IHTP)

SéminaireNon classée

Dates

Catégories

    Identités de genres et guerres (IHTP)

    IHTP-CNRS Institut d'Histoire du Temps Présent

    *  *  *

    Publié le mardi 17 octobre 2000 par Natalie Petiteau

    Résumé

    Identités de genre et guerres au XXe siècle Responsables : Luc Capdevila (université Rennes-2), François Rouquet (université Rennes-1), Paula Schwartz (Middlebury College), Fabrice Virgili (IHTP), Danièle Voldman (IHTP) Séminaire de recherc

    Annonce

    Identités de genre et guerres au XXe siècle


    Responsables :
    Luc Capdevila (université Rennes-2), François Rouquet (université Rennes-1), Paula Schwartz (Middlebury College), Fabrice Virgili (IHTP), Danièle Voldman (IHTP)

    Séminaire de recherche
     
    Autour de l'intitulé « Identités de genre et guerres au XXe siècle », nous voudrions combiner un travail de fond avec un séminaire public, ouvert aux étudiants et aux chercheurs, et où seront invitées des personnes travaillant directement ou de façon plus lointaine sur les différents aspects de ces questions.
    Au sein de notre discipline, les regards portés sur la guerre se sont multipliés ces dernières années. Dans ce renouvellement, nombreux sont ceux qui s'attachent à penser les guerres comme un phénomène social et culturel. Nous considérons les deux guerres mondiales comme des moments de contrainte maximale, de tension et de crise généralisées, où l'inhumain l'a emporté sur l'humain. Sans doute ont-elles aussi été « des lieux du possible » : au milieu de l'intense mobilisation qui écrasait les individus, des interstices ouverts par le bouleversement de l'ordre et des règles du temps de paix laissaient en effet la place à des initiatives impossibles dans le cours ordinaire des choses. De ce point de vue, les deux conflits mondiaux et leurs conséquences à court et moyen termes sont un moment privilégié pour observer les changements sociaux, y compris pour une possible redéfinition des rôles des hommes et des femmes au sein du corps social. Notre hypothèse est de considérer les guerres comme des temps de crise où les identités de genre ont été mises en question.
    S'il l'on dispose de nombreux ouvrages sur l'histoire des femmes, les travaux sur le masculin sont plus rares, et l'étude des relations hommes/femmes est le plus souvent envisagée des seuls points de vue de l'histoire de la sexualité, de la démographie ou de la famille. Il paraît aujourd'hui nécessaire d'adopter une démarche plus large.
    Champ clos du début de nos investigations, les identités de genre sont définies en première analyse comme une construction sociale née de situations particulières autant que surdéterminées par des traits culturels enracinés dans la longue durée. Ce sont les variations historiques de ces identités, et non leurs invariants étudiés par les anthropologues, qui nous intéressent ici, analysées à travers le prisme des bouleversements induits par les deux guerres. Les identités de genre ne peuvent pour autant être étudiées en dehors de la relation interpersonnelle. Ce qui amène à prendre en considération, non seulement les identités sexuelles des hommes et des femmes, mais également les relations entre le masculin et le féminin, ce que l'on appelle commodément la différence des sexes, en dehors des référents organiques. Les guerres, moments par excellence des assignations sexuelles traditionnelles, ont-elles modifié le masculin et le féminin, en eux-mêmes et l'un par rapport à l'autre, tant du point de vue des rôles sociaux que de celui des représentations ? S'il y a eu des changements, où et comment se sont-ils manifestés ? Quels ont été les facteurs d'accélération, de freinage ? Dans quels domaines, points de non-retour ou retour à l'ordre ancien ont-ils été atteints ? En quoi l'expérience de guerre a-t-elle ou non transformé les relations interpersonnelles, professionnelles, culturelles, mentales entre les hommes et les femmes ?
    Centré sur l'étude de la France et des deux guerres mondiales qui se sont déroulées sur son sol, ce séminaire n'exclut pas une démarche comparative, incluant d'autres pays et d'autres conflits. Cela permettra d'enrichir la réflexion comme de confronter problématiques et méthodologie.
    Lieu : IHTP, Bâtiment Laplace, salle 210 (2e étage)
    Le vendredi de 14h30 à 16h30
     
     

    * 29 septembre 2000
    Stéphane Audoin-Rouzeau (Université de Picardie-Jules Verne)
    Les femmes combattantes dans les guerres du XXe siècle.

    * 13 octobre 2000
    Séance de travail avec Sylvie Schweitzer (Université de Lyon 2)
    Le travail des femmes.

    * 17 novembre 2000
    Cyril Olivier (Université de Poitiers) et Insa Meinen (Oldenburg Universität)
    Prostitution et Occupation en France 1940-1944.

    * 15 décembre 2000
    Raphaëlle Branche (Université de Reims) La Guerre d'Algérie à travers le genre .

    * 26 janvier 2001
    Marie-Monique Hus (Westminster University)
    Images d'hommes et images de femmes pendant la Grande Guerre.

    * 2 mars 2001
    Luc Capdevila, Fabrice Virgili, Danièle Voldman
    Lectures croisées sur le thème « Les valeurs de guerre ».

    * 6 avril 2001
    Paula Schwartz, François Rouquet
    De la résistante à l'héroïne.

    * 18 mai 2001
    Cécile Hochard (Université de Paris 7)
    Identité de genre et de génération, les lycéens et lycéennes à Paris sous l'Occupation .

    * 15 juin 2001
    Identité de genre et guerre : historiographie, définitions, hypothèses.


    Source et renseignements complémentaires :
    Fabrice Virgili
    Tél.01 47 40 68 25.
     

    Lieux

    • Paris, France

    Dates

    • vendredi 29 septembre 2000

    Mots-clés

    • genres, guerre

    Contacts

    • Fabrice Virgili
      courriel : fabrice [dot] virgili [at] univ-paris1 [dot] fr

    Source de l'information

    • Fabrice Virgili
      courriel : fabrice [dot] virgili [at] univ-paris1 [dot] fr

    Pour citer cette annonce

    « Identités de genres et guerres (IHTP) », Séminaire, Calenda, Publié le mardi 17 octobre 2000, http://calenda.org/185811