AccueilMaison rurale et habitat dispersé

Maison rurale et habitat dispersé

Des origines aux années 1960

*  *  *

Publié le samedi 10 février 2001 par Annie Antoine

Résumé

MAISON RURALE ET HABITAT DISPERSE Des origines aux années 1960 Colloque organisé par : Le CRHISCO-UNIVERSITE RENNES 2 (Centre de Recherches Historiques sur les Sociétés et Cultures de l’Ouest) Rennes, printemps 2002 (mai ? juin ?) Com

Annonce

MAISON RURALE ET HABITAT DISPERSE
Des origines aux années 1960

Colloque organisé par :

Le CRHISCO-UNIVERSITE RENNES 2
(Centre de Recherches Historiques sur les Sociétés et Cultures de l’Ouest)

Rennes, printemps 2002 (mai ? juin ?)
Comité scientifique : en cours de constitution
Comité d’organisation : Annie ANTOINE, Martine COCAUD, Daniel PICHOT


Appel à communication :

On peut considérer en première analyse, et en procédant par l’exclusion, que tout ce qui, pour les périodes anciennes, n’est ni le château, ni la ville, ni l’église sera abordé dans ce colloque et que, pour les périodes plus contemporaines, c’est de la totalité de l’habitat des campagnes dont il sera question. Le but de cette manifestation est de traiter, dans la longue durée, de la maison rurale, de sa forme, de sa fonction, de son implantation, qu’elle soit maison isolée, maison de village, maison de bourg. L’objectif est d’appréhender l’habitat rural sur le long terme dans son environnement matériel et dans ses finalités sociales. Ce colloque portera donc à la fois sur la maison rurale et sur son insertion dans un système d’habitat et dans un système social.

Le cadre géographique de ce colloque est fait de deux espaces emboîtés. L’objectif est de faire le point sur l’habitat rural de l’Ouest de la France, mais les communications ne seront absolument pas limitées à ce seul espace. Toute proposition permettant une approche comparative sera la bienvenue à condition qu’elle porte sur une région – de France ou d’un autre pays – dans lequel l’habitat rural présente, historiquement, un caractère de dispersion. Nous espérons ainsi recueillir des propositions portant sur « un Très Grand Ouest français » (Normandie, Bretagne, Maine et Anjou, Aquitaine et Toulousain), mais aussi sur d’autres régions françaises (le Bourbonnais, la Bourgogne, le Limousin… la liste n’est pas limitative), ainsi que sur certaines parties de l’Angleterre, de l’Écosse, de l’Irlande, de la Galice et même de l’Italie, dans lesquelles on retrouve, historiquement parlant, un habitat plus ou moins dispersé lié à un système agraire plus ou moins bocager.

Du point de vue méthodologique, l’objectif est double : confronter des points de vues et des problématiques différentes (archéologues, historiens de périodes différentes, historiens de l’art, spécialistes du patrimoine…), mais, en même temps affirmer que ce colloque se place résolument dans un cadre historique. C’est de l’habitat rural dans l’histoire qu’il sera question, de ses évolutions et de ses rapports avec les sociétés qui le créent, l’utilisent et le font évoluer. Cet appel à communication s’adresse donc à tous ceux qui traitent de l’habitat rural dans une perspective historique : archéologues, historiens, archéologues-historiens et historiens archéologues pour les périodes anciennes et médiévales, et ; pour les périodes plus récentes : historiens, historiens de l’art, responsables des écomusées et des musées régionaux travaillant dans le sillage es Arts et Traditions populaires, historiens de l’art et de l’architecture, sociologues…


Liste des thèmes sur lesquels pourront se faire les propositions de communication :

1- La mise en place de l’habitat rural en pays d’habitat dispersé ; les logiques de sa répartition. Ce thème a été largement exploré par les géographes pour la période contemporaine et il est maintenant assez connu pour que nous ne lui consacrions pas de grands développements. Par contre, les problématiques actuelles des médiévistes sur la naissance du village et l’organisation de l’habitat rural à l’intérieur des hameaux en pays d’habitat dispersé (dans l’Ouest de la France mais aussi ailleurs…) sont au cœur du sujet. Sur ces questions, la confrontation entre archéologues, historiens et archéologues-historiens sera certainement fructueuse.

2- Les aspects techniques de la construction et de l’implantation de la maison : types de matériaux, mise en œuvre, éléments constitutifs de la maison rurale, organisation des bâtiments d’habitation et d’exploitation, insertion de la maison dans un espace agricole (le jardin, les espaces communs, les accès, le parcellaire proche). Qui construit les maisons rurales ? Sont-elles toujours (et jusqu’à quelle époque) des maisons issues du savoir-faire populaire plutôt que la réalisation d’un projet préconçu ?

3- Les évolutions historiques de l’habitat rural en pays d’habitat dispersé (peut-être plus difficiles à saisir que dans le cas d’habitats groupés dont la disparition laisse plus de traces). Que sait-on des phénomènes de disparition/de création de l’habitat ? Comment se font les réorganisations de l’habitat rural ? Peut-on parler, sur le long terme, de fragilité ou de pérennité de l'habitat rural ?

4- L’utilisation des maisons rurales : la maison cadre de vie domestique et lieu de la vie professionnelle. Comment est habitée la maison ? (finalité des pièces à travers l’étude de leur mobilier, nombre de personnes par pièces, modalité d’adaptation de la maison rurale au cycle de vie, ordre et désordre dans les maisons…) Quelle part de la maison est, aux différentes époques, réservée aux hommes et aux activités agricoles ? Comment, et à partir de quand, s’individualisent ces espaces ? (les cloisons, les cheminées, les huisseries…). Une lecture sociale de l’habitat rural reste en partie à faire.

5- Les discours sur la maison rurale. Ce dernier thème s’adresse particulièrement aux spécialistes du XIXe et du premier XXe siècle. Il s’agira de présenter les discours de ceux qui assignent à l’économie de la maison rurale (la ferme) un rôle de premier plan à la fois dans la rénovation de l’agriculture et dans l’évolution de la société paysanne et de confronter ces discours avec des réalisations (étude des divers projets de fermes-modèles et de leurs réalisations).

Cette liste de thèmes n’est pas exhaustive et ne veut surtout pas être limitative. Nous espérons que ce colloque révélera de nouvelles approches et des recherches inédites. Dans tous les cas, seront privilégiées les communications offrant le plus grand caractère novateur et s’inscrivant le plus rigoureusement dans des perspectives historiques.


Les propositions de communication doivent nous parvenir avant le 15 mai 2001. Ces propositions comprendront :
- l’adresse personnelle et/ou institutionnelle de l’auteur de la proposition,
- le titre probable de l’intervention,
- un projet de communication d’une dizaine de lignes.
Le programme définitif du colloque sera établi par les organisateurs au début de l’été.

La participation au colloque suppose de s’engager à fournir le texte de sa communication peu de temps après le colloque : nous souhaitons en effet réaliser une publication rapide des actes.


Tous les courriers (proposition de communication ou demande d’informations) seront à envoyer
à l’adresse suivante :

Secrétariat du CRHISCO
Colloque « Maison rurale »
Université Rennes 2 - 6 rue Gaston Berger - 35 043 Rennes-Cedex

Vous pouvez aussis utiliser l’adresse mail suivante pour tout envoi de propositions et toutes demandes de renseignements :
annie.antoine@uhb.fr

Lieux

  • Rennes, France

Dates

  • mardi 15 mai 2001

Contacts

  • CRHISCO #
    courriel : annie [dot] antoine [at] uhb [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Maison rurale et habitat dispersé », Appel à contribution, Calenda, Publié le samedi 10 février 2001, http://calenda.org/186125