AccueilRemembrement

Remembrement

Fragmentation, regroupement et remembrement
(du milieu du XIXe siècle à nos jours)

*  *  *

Publié le mercredi 07 mars 2001 par Natalie Petiteau

Résumé

25e Colloque de l'Association des ruralistes français 24-25-26 octobre 2001 Musée maritime de l'Île de Tatihou Saint-Vaast-la-Hougue (Manche) Appel à contribution Les espaces agricoles ont toujours été, et demeurent, soumis à un jeu antagoniste

Annonce

25e Colloque de l'Association des ruralistes français

24-25-26 octobre 2001
Musée maritime de l'Île de Tatihou
Saint-Vaast-la-Hougue (Manche)

Appel à contribution


Les espaces agricoles ont toujours été, et demeurent, soumis à un jeu antagoniste de fragmentation et d'agrégation. Cette dynamique implique, dans le sens à la fois de la division et de la réunion, des acteurs individuels — propriétaires et exploitants —, des groupes locaux et des collectivités publiques larges. Le colloque s'attachera à examiner en France et en plusieurs pays de l'Europe, l'opposition de ces processus évolutifs, depuis le milieu du XIXe siècle jusqu'à aujourd'hui.
L'exploration des formes variées de dialectiques de segmentation et d'agglomération qui se sont manifestées au cours des périodes antérieures à la récente entreprise rationalisatrice du Remembrement présente un intérêt historique intrinsèque évident. De plus, par comparaison, elle apportera des éléments de compréhension sur cette phase récente et encore active de transformation — agrocentrique — en même temps que sur les développements actuels d'une gestion des espaces agricoles qui croise celle de l'environnement.
La pluralité des périodes observées est voulue afin d'assurer, dans sa perspective socio-anthropologique la plus ouverte, l'approche des jeux de division et de réunion spatiales, donnée considérée comme hautement instructive sur le fonctionnement des sociétés rurales.


Le remembrement avant le (ou hors du) Remembrement

Il a été convenu de fixer comme borne à la période d'observation antérieure au grand programme public du « Remembrement » la seconde moitié du XIXe siècle, après la consolidation des effets de la Révolution sur le découpage agraire. L'analyse est sollicitée :
- sur les stratégies et manœuvres individuelles, patrimoniales d'assemblage de propriété et d'exploitation, qui visent à résister à la fragmentation et à agrandir les domaines (contournement du Code civil, procédés de constitution d'exploitation par échanges et locations, etc.) ;
- sur les agents, les conflits, les alliances (rôle des notaires, partages successoraux, action de la communauté villageoise, etc.) ;
- et, parallèlement, sur les dispositifs publics destinés à réduire le morcellement, et leurs effets ; sur les théories et les discours agronomiques, et sociaux, concomitants.
L'approche adoptée privilégiera l'approfondissement d'analyse de la dynamique des agents, des modes d'action et des processus de transformation par rapport à l'examen détaillé des tableaux évolutifs des structures agraires qui déborderait les limites d'un court colloque. On peut également s'interroger sur l'existence d'actions non publiques, pendant et après la période du Remembrement.


Le Remembrement et la modernisation agricole

Il s'agit d'appréhender le Remembrement en tant que fait social qui a marqué l'histoire de la campagne française.
On veut mettre en lumière :
- des acteurs, des jeux d'acteurs en interactions multiples (promoteurs institutionnels, décideurs, techniciens, agriculteurs..., en conflit ou en consensus) ;
- des représentations collectives, leur diffusion ;
- des discours, des rhétoriques, des symboles propres aux divers protagonistes dans le cadre local concret des opérations au niveau des instances extérieures et intérieures et au croisement des deux instances d'action.
L'attention ne sera pas réservée seulement à la mise en œuvre du Remembrement mais sera portée également aux individus, aux choses, aux espaces concernés (satisfactions et rancœurs, changements des pratiques, villages refigurés...).


Les recompositions aujourd'hui : des logiques agricoles aux logiques environnementales et paysagères

On cherchera à faire le point sur l'état et les tendances actuels des choses, passée la grande vague des opérations de remembrement.
Il s'agit d'alimenter l'analyse de ce qui inspire, aujourd'hui, l'action des agriculteurs, de leurs nouveaux partages d'intérêt entre propriété et exploitation, patrimoine et outil de travail, et des souples jeux sur le cadastre qui les expriment.
Au-delà de l'interrogation sur les logiques individuelles d'exploitation, et contribuant à y répondre, s'impose l'examen des nouvelles composantes de déstructuration des « cohésions rurales » établies. Tout spécialement s'impose celui des actions dirigeantes, centrales, qui s'exercent, ou se profilent, en matière de réforme foncière, de réglementation de l'usage du fonds rural, des formes de l'expropriation et des restructurations (à travers les OGAF [Opérations groupées d'aménagement foncier] et les Réserves naturelles par exemple).
Les restructurations entraînées par les emprises d'utilité publique (voies de communication, équipements et aménagements multiples...) sont des exemples frappants des effets de l'intervention collective à des fins d'aménagement industriel et urbanistique. Mais plus généralement encore, la question est posée des tendances de fond qui s'affirment dans les actions collectives de façonnage de l'univers rural selon des directions où les logiques agricoles cèdent progressivement le pas aux logiques environnementales et paysagères.

En harmonie avec le cadre et le thème du colloque qui se tiendra dans l'enceinte du Musée de l'île de Tatihou une session sera réservée au thème du partage du domaine maritime.

Pour le Comité directeur de l'ARF
Guy Barbichon, Sophie Bobbé,
Jean-Luc Mayaud et Jacques Rémy

Ce 25e Colloque de l'ARF, organisé en collaboration avec le Musée maritime de Tatihou, est scientifiquement mis au point par le Comité directeur de l'ARF. Les propositions de communication (titre et résumé d'une page, identification du communicant — nom, prénom, appartenance institutionnelle, adresses professionnelle et privée, dont e-mail et téléphone —) doivent impérativement et exclusivement être adressées avant le 30 avril 2001 à :

Jean-Luc Mayaud
UMR 5599, Institut des sciences de l'homme
14, avenue Berthelot, 69363 Lyon cedex
tél. : 00 33 (0)1 72 72 64 34
fax : 00 33 (0)1 72 72 64 24
e-mail : Jean-Luc.Mayaud@ish-lyon.cnrs.fr

Le colloque se tiendra au Musée maritime de l'Île de Tatiho, Saint-Vaast-la-Hougue (Manche)


Lieux

  • Saint-Vaast-la-Hougue, France

Dates

  • lundi 30 avril 2001

Mots-clés

  • remembrement, histoire rurale

Contacts

  • Jean-Luc Mayaud
    courriel : Jean-Luc [dot] Mayaud [at] ish-lyon [dot] cnrs [dot] fr

Source de l'information

  • Jean-Luc Mayaud
    courriel : Jean-Luc [dot] Mayaud [at] ish-lyon [dot] cnrs [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Remembrement », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 07 mars 2001, http://calenda.org/186197