AccueilLes socialistes en Europe XIXe-XXe siècles

*  *  *

Publié le jeudi 10 mai 2001 par Pierre Purseigle

Résumé

APPEL A CONTRIBUTION : SUJET : LES SOCIALISTES EN EUROPE XIXE-XXE SIECLES THEMATIQUE : LE MILITANTISME POLITIQUE, DÉCLIN OU MUTATION D'UNE EXPÉRIENCE SOCIALE : LE C

Annonce

APPEL A CONTRIBUTION :
SUJET : LES SOCIALISTES EN EUROPE XIXE-XXE SIECLES

THEMATIQUE : LE MILITANTISME POLITIQUE, DÉCLIN OU MUTATION D'UNE EXPÉRIENCE SOCIALE : LE CAS DES SOCIALISTES EN EUROPE

(Dossier coordonné par François Guedj - guedj.francois@libertysurf.fr -
Pour Histoires et Sociétés, revue européenne d'histoire sociale)

RETOUR DES SYNOPSIS :
Vous êtes invités à envoyer vos propositions d'articles d'une quinzaine de lignes en précisant vos noms, prénoms, thèmes de recherche et universités de rattachement. Étant donné les délais de retour des articles, les synopsis sont attendus d 'ici la mi-mai (à renvoyer à l'adresse électronique du coordonnateur indiquée ci-dessus).
Taille des articles : 30000 signes espaces compris.
Retour des articles : pour le 08 septembre 2001 au plus tard.

Le constat, mis en évidence par de nombreuses recherches de sciences politiques, est déjà ancien : les activités politiques allant au-delà du simple vote sont très minoritaires dans les démocraties occidentales. Les activités pratiquées en public n'ont guère attiré plus que 10 % des individus ; quant aux militants actifs et détenteurs de fonctions politiques, ils n'ont jamais été plus de 2 à 4 % de la population [D. Memmi, " L'engagement politique ", in Grawitz (M.), Leca (J.), Traité de science politique, t. 3 : L'action politique, Paris, P.U.F., 1985]. Sans doute cette évaluation doit être nuancé et est plus pertinente lorsqu'elle est rapportée au nombre d'électeurs inscrits dans un cadre régional et avec une perspective historique.
L'étude de l'adhésion aux partis politiques a fait l'objet d'une telle observation. S'il ne permet pas de distinguer les militants du reste des adhérents, cet indicateur signale néanmoins, d'un pays à l'autre, la diversité des modes d'engagements, des niveaux de participation ainsi que des formes d'existence des partis de masse.

Tableau : Taux de pénétration des partis politiques en Europe (Nombre d'adhérents / Nombre d'électeurs inscrits) :



1960ies 1980ies Difference
Germany (F.G.R.) 2,5 4,2 + 1,7
Austria 26,2 21,8 - 4,4
Belgium 7,8 9,2 +1,4
Denmark 21,1 6,5 -14,6
Finland 18,9 12,9 -6,0
Great-Britain 9,4 3,3 -6,1
Italy 12,7 9,7 -3,0
Norway 15,5 13,5 -2,0
The Netherlands 9,4 2,8 -6,6
Sweden 22,0 21,2 -0,8
France 1,8 (3,0) 2,6 (4,5) +0,8 (+1,5)

Sources : Ysmal (Colette), "Transformation du militantisme et déclin des partis", in Perrineau (Pascal), dir., L'engagement politique. Déclin ou mutation ?, Paris, FNSP, 1994, p. 50 - d'après, entre autre, Katz (R.), Mair (P.), "Changing Model of Party Organization and Party Democracy : The Emergence of the Cartel Party", Party Politics, I, 1, 1995, p. 5-28.


Cet indicateur, qui invite au comparatisme, a servi à mettre en évidence un phénomène de "déclin des partis politiques" (étudié dès les années 1970 aux Etats-Unis) et suggérant une crise du militantisme politique. Ce déclin a poussé politologues et sociologues (peut-être davantage que les historiens) à s'interroger sur les raisons d'une telle évolution. Différents systèmes d'explication ont été envisagés : la crise des buts objectifs ou de la cause ; l'incapacité des partis à continuer à rétribuer matériellement ou et symboliquement l'activité militante ; la disparition du groupe social qu'un parti représente politiquement ; la tendance à l'homogénéisation des partis politiques et à la disparition du "militantisme classique", etc. Ce phénomène a, en tout état de cause, suscité une attention plus grande aux changements que traversent les partis, aux facteurs de leur disparition autant que de leur émergence [voir Mair (P.), "La trasformazione del partito di massa in Europa", in Calise (M.), dir., Come cambiano i partiti, Bologne, Il Mulino, 1992 ; voir également Lawson (K.), Merkhl (P.H.), ed., When Parties Fail, Princeton, Princeton University Press, 1988.].

Nous proposons de reprendre ce dossier de la crise du militantisme politique en nous intéressant au cas des partis socialistes européens dans la longue durée.
1. Ils ont été étudiés dès le début du siècle par Roberto Michels et considérés comme les premiers modèles des partis de masse en Europe. Quelle place a occupé le militantisme dans l'élaboration de ce modèle ?
2. Ils sont nés en forgeant le domaine spécialisé de leur intervention par rapport à un militantisme ouvrier qui ne distinguait pas encore le syndical du politique. Ils ont été par ailleurs très tôt confrontés à la concurrence des partis communistes. Quelles pratiques militantes ont-ils développés les distinguant d'autres engagements militants - concurrents ou non ?
3. En déplaçant l'analyse du point de vue des organisations et de leurs pratiques de mobilisations des adhérents vers l'étude des individus eux-mêmes, il nous faut interroger également les évolutions suivantes :
- Les manières d'entrer en socialisme : En particulier comment évoluent les modalités et les formes de la socialisation politique des jeunes socialistes ?
- Le rapport entre adhérents et militants : En particulier, comment devient-on militant socialiste ? Comment évolue la part que représente les adhérents par rapport aux militants ?
- Le phénomène de la pluralité des engagements : Comment évoluent les dispositifs de multi-engagements que développent les partis socialistes européens ? Comment les adhérents et militants s'y insèrent-ils ?
- Les manières de sortir du socialisme : Le désengagement ponctuel ou définitif du parti signifie-t-il la fin de tout engagement politique ou la fin de tout engagement ? Quelles circonstances (crises, dissidences, ou aléas des histoires de vies) sont à l'origine des départs ? Quelle part représentent-ils et comment évoluent-elles ?
Tels sont les thèmes que nous souhaitons aborder dans ce sujet sans privilégier une discipline sur une autre. Ce dossier s'adresse aux chercheurs et jeunes chercheurs qui travaillent ou ont travaillé sur ces questions, que ce soit aux échelles européenne, nationale ou régionale. Quelque soit le type d'approche (synthétique ou monographique), la contrainte que nous avons retenue pour ce dossier est de privilégier les approches et réflexions comparatistes (portant au moins sur deux ou trois pays, régions ou villes) qui intègrent la dimension historique.

Source: Groupe d'Histoire Sociale, Pierre Purseigle, équipe des rédacteurs de Calenda, GHS

Dates

  • samedi 08 septembre 2001

Mots-clés

  • socialisme, europe, XIXème siècle, XXème siècle, histoire sociale

Contacts

  • François Guedj
    courriel : guedj [dot] francois [at] libertysurf [dot] fr

Source de l'information

  • Pierre Purseigle
    courriel : pierre [dot] purseigle [at] tcd [dot] ie

Pour citer cette annonce

« Les socialistes en Europe XIXe-XXe siècles », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 10 mai 2001, http://calenda.org/186341