AccueilMichel Foucault

Michel Foucault

Le choix de France Culture

*  *  *

Publié le jeudi 17 janvier 2002 par Natalie Petiteau

Résumé

Semaines spéciales : Michel Foucault Le choix de France Culture Michel Foucault est un homme du regard. Il aimait se situer entre l'obscurité et la lumière, entre l'intérieur et l'extérieur, entre la vie et la mort. Son travail tout au lon

Annonce

Semaines spéciales : Michel Foucault

Le choix de France Culture

Michel Foucault est un homme du regard.
Il aimait se situer entre l'obscurité et la lumière, entre l'intérieur et l'extérieur, entre la vie et la mort.
Son travail tout au long de sa vie, ne cessa de tenter de comprendre la frontière entre le visible et l'invisible pour découvrir l'invisible du visible.
Ce n'est pas pour rien qu'il aimait la peinture de Manet. En analysant le tableau Le Balcon il expliquait que les trois personnages regardaient avec intensité quelque chose que ceux qui regardaient ne pouvaient voir.
" Nous, nous ne voyons rien ".
Comment voir en effet ? Comment disséquer sous les discours les enjeux du pouvoir, comment comprendre le langage derrière le texte ?

Foucault ou l'homme qui nous dessille les yeux.
Foucault ou l'homme qui débrouille les pistes.
Foucault, l'homme qui, dans sa volonté de savoir, ne cesse de changer son regard, de se remettre en question, de nous remettre en question.
A front renversé disait-il souvent.
Foucault le philosophe, Foucault l'engagé. Foucault sans cesse sur la brèche, brèche de son propre savoir jamais définitivement constitué - travailler, disait-il, c'est entreprendre de penser autre chose que ce qu'on pensait avant - brèche de l'actualité politique qui s'est offerte à lui - le rôle d'un intellectuel, expliquait-il, est de secouer les habitudes, les manières de faire et de penser - brèche enfin sans cesse réexplorée du rapport à soi.
France Culture est heureuse de faire découvrir aux jeunes générations l'itinéraire d'un homme qui a su mener à bien son projet : déployer une histoire critique de la pensée.
France Culture est heureuse de faire entendre à celles et à ceux qui l'avaient lu la voix d'un homme qui n'est pas seulement le théoricien de l'enfermement, le révolté politique, le sociologue du pouvoir dans les sociétés modernes, mais aussi et surtout un boxeur épris de liberté, soucieux d'éthique et d'esthétique, qui ne cessait de se transformer par souci constant de la vérité.

France Culture avec Foucault, ce sont deux semaines de plaisir, de bonheur, de sérénité et d'abandon de soi-même.

Laure Adler


Un programme radio
Dix-huit émissions et deux nuits complètes (cours, archives, lectures et débats à écouter en direct ou à la carte

Des liens vers d'autres sites internet
Une sélection de sites internet sur le thème de cette quinzaine, pour entrer directement dans le domaine vers lequel nos émissions ont dessiné un accés.



Semaine spéciale : Michel Foucault
Editorial Emissions Liens


Dix-huit émissions et deux nuits complètes

Cours et discours, lectures et débats à écouter en direct sur ce site, ces émissions ne figurant pas encore (à l'exception des "Chemins de la connaissance") dans notre offre d'écoute à la carte.



Michel Foucault au Collège de France
dans le cadre de l'émission Les chemins de la connaissance
du lundi 7 au vendredi 18 de 8h30 à 9h00
par Jacques Munier



du lundi 7 au vendredi 11 janvier : Il faut défendre la société
Cours de 1976, publié en 1997, co-édition Hautes Etudes/Gallimard/Le Seuil

du lundi 14 au vendredi 18 janvier : Naissance de la biopolitique
Cours de 1979, inédit




Michel Foucault et la littérature
dans le cadre des émissions de Fiction
mardi 8 de 20h30 à 22h00, mercredi 9 et jeudi 10 de 20h30 à 21h00
Une sélection de textes choisis dans Dits et écrits 1954-1988 (NRF Gallimard) par Christine Goémé
Michel Foucault n'était pas seulement l'inventeur de nouveaux champs et concepts philosophiques. Il a également travaillé l'écriture philosophique. Ainsi, le renouvellement du travail théorique (le fond) est intimement lié chez lui avec le travail formel. Grand écrivain de la philosophie parce qu'amoureux de la littérature sans frontières d'espaces ni de temps, il nous fait redécouvrir Homère et Raymond Roussel, Cervantès et Brisset… dans leurs inventives spécificités : parce que seules les voix de sa bibliothèque sont à la fois vivantes et contemporaines, philosophes et écrivains se parlent entre eux à travers lui, croisent leurs expériences du monde et de la mort, transgressent depuis toujours l'ordre des choses.

Mardi 8 janvier : Postface à Flaubert (1964) ; Pourquoi réédite-on l'oeuvre de Raymond Roussel ? Un précurseur de notre littérature moderne ? (1964) ; L'arrière fable - sur Jules Verne et la fiction (1966) ; Débat sur le roman (1964) ; Le langage de l'espace (1964) ; C'était un nageur entre deux mots (1966) - sur Breton ; Roland Barthes (12 novembre 1915-26 mars 1980) (1980) ; Les mots qui saignent - sur Klossowski ; Le langage à l'infini (1963) - sur la bibliothèque

Mercredi 9 janvier : Sept propos sur le septième ange (1970) - sur Brisset

Jeudi 10 janvier : Un si cruel savoir (1962) - sur Crébillon


La réception de Michel Foucault en Amérique
dans le cadre de l'émission La Suite dans les idées
jeudi 10 janvier de 12h00 à 12h30 et de 12h45 à 13h30.
par Sylvain Bourmeau et Julie Clarini.




Cinéma-Foucault
dans le cadre de l'émission Radio libre
samedi 12 janvier de 15h00 à 16h30
par Arlette Farge ; chargée de réalisation : Jean-Claude Loiseau.



" Radio libre " pour emprunter un chemin de traverse : Michel Foucault aimait le cinéma et était curieux de tous les scénarios, pourtant il ne théorisa pas sur le 7ème art. Mais, à l'occasion de son travail en équipe sur le texte de Pierre Rivière ayant écrit en 1832 un mémoire après avoir égorgé sa mère, son frère, sa soeur, il rencontre le cinéaste René Allio. Le parricide aux yeux roux sera alors mis en scène en 1976 et Michel Foucault sera présent dans cette expérience.
Ce film, devenu symptôme, a réuni autour de lui bon nombre d'intellectuels, d'artistes, d'hommes de théâtre. " Radio libre " se promène avec ceux qui ont approché Michel Foucault et René Allio, et qui ont, grâce à cela, transformé leur parcours ou retenu pour toujours un certain mode de pensée.
Voici donc Foucault, peu connu à travers son goût pour le cinéma, déclencheur de vocations.

Avec Gérard Mordillat, Jean Jourdheuil, François Lecoimte, Serge Toubiana, Jean-Loup Rivière.
Des archives : voix de Michel Foucault et René Allio.
Lectures de textes par Emmanuelle Grangé et, sous réserve, Judith Henry.


Cours de Michel Foucault au Collège de France
dans le cadre des Nuits de France Culture
du samedi 12 au dimanche 13, et du dimanche 13 au lundi 14 janvier de 1h00 à 6h00

du samedi 12 au dimanche 13 janvier : Sécurité, territoire et population
Cours des 25 janvier 1978, 8 février 1978, 29 mars 1979 et 5 avril 1978.

du dimanche 13 au lundi 14 janvier : Herméneutique du sujet
cours des 6 et 13 mars 1982.
Le courage de la vérité
Dernier cours de Michel Foucault le 28 mars 1984.



Dire l'actualité avec Michel Foucault
dans le cadre de l'émission Surpris par la nuit
du mardi 15 au vendredi 18 janvier de 22h30 à minuit
par PhilippeArtières et François Ewald ; chargée de réalisation : Ghislaine David

mardi 15 janvier : Mémoire d'une lutte (1971-1972), par Philippe Artières
En février 1971, Michel Foucault intervient dans l'actualité en créant le Groupe d'Information sur les prisons. Par ce groupe informel, il tente de faire connaître la prison contemporaine. Deux ans durant et alors que les prisons françaises sont le lieu d'une vague inédite de mutineries au cours de l'hiver 71, Foucault ne cherche nullement à réformer la détention mais à faire entendre ce qu'elle est, la manière dont elle fonctionne, qui en sont ses victimes et quelles sont leurs revendications.
Trente ans après ces événements, nous avons réuni un certain nombre d'acteurs et de témoins pour esquisser, à partir des archives, un portrait de Foucault en diagnosticien du présent.
Avec Daniel Defert, Jean-Jacques de Felice, Alain Jaubert, Philippe Meyer, Danièle Rancière et Zina Rouabah.

mercredi 16 janvier : Le reportage d'idées : l'Iran (1978-1979), par François Ewald
En 1978, Michel Foucault inaugure, pour le " Corriere della Sera ", la formule des " reportages d'idées " par une série qu'il consacre aux évènements qui, à la fin des années 70, vont conduire en Iran à la victoire de la " révolution islamique ", au départ du Chah et à l'accès au pouvoir de l'ayatollah Khomeiny. Michel Foucault voyait dans le " reportage d'idées " une activité philosophique plus positive que les lamentations sur la mort des idéologies : "Le monde contemporain fourmille d'idées qui naissent, s'agitent, disparaissent ou réapparaissent, secouant les gens et les choses… Il faut assister à la naissance des idées et à l'explosion de leur force, dans les luttes que l'on mène pour les idées, contre ou pour elles."
Le reportage de Michel Foucault sur les évènements d'Iran est exemplaire de cette pratique philosophique. Son analyse, qui, à la fois, diagnostique la fin du thème de la révolution, l'aspiration au retour d'une " spiritualité politique " et pronostique l'importance que va prendre "une poudrière appelée Islam", servira de prétexte à une campagne de dénigrement selon laquelle il se serait fait "l'avocat" de l'ayatollah.
L'émission explorera le thème du reportage d'idées, reprendra les analyses de Foucault sur l'Iran, en particulier au regard de notre actualité.

jeudi 17 janvier : La biopolitique (1976), par François Ewald
Michel Foucault consacre son cours au Collège de France en 1976 à la question de savoir si les rapports de pouvoir doivent s'analyser selon la logique de la guerre. C'est l'occasion pour lui de faire la généalogie du thème de la lutte des classes, qui s'origine dans la construction historienne de la guerre des races. Lors de la dernière leçon de ce cours, Michel Foucault avance l'idée que les sociétés occidentales verraient, au XVIIIème siècle, changer leurs modes de gouvernements qui ne seraient plus (ou plus seulement) ordonnées sur des fonctions de souveraineté, mais obéiraient plutôt au programme d'une " biopolitique ", dont la logique fonctionnerait moins au prélèvement ou à l'interdit qu'à la maximisation des forces et à la gestion des risques. Le programme " biopolitique " permet-il de toujours rendre compte du fonctionnement du pouvoir dans nos sociétés ?

vendredi 18 janvier : Foucault au présent (2001-2002), par Philippe Artières
Foucault aimait à dire que son travail était une boîte à outils dont chacun pouvait user. Aujourd'hui, trente ans après le GIP, plus de vingt-cinq ans après sa disparition, la pensée de Foucault nous permet-elle de dire l'actualité ? Quels sont les outils qui aujourd'hui nous permettent de faire vaciller le sol sous nos pas ? Entend-on l'écho de sa voix dans ce qui constitue les luttes actuelles (prison, santé, identité sexuelle, écologie, globalisation) ?
Avec Alain Brossat, Didier Eribon, Pierre Lascoumes, Toni Negri et Jean-Claude Zancarini.



L'architecture pénitentiaire
dans le cadre de l'émission Pot-au-feu
mercredi 16 janvier de 18h20 à 19h30
par Jean Lebrun






Michel Foucault au Collège de France (deux séries)
Semaines du 07 au 18 Janvier 2002
Deux semaines d'archives de Michel Foucault conçues et présentées par Jacques Munier, réalisées par Pascale Rayet

"Il faut défendre la société", cours de 1976, publié en 1997 (co-édition EHESS/Gallimard/Le Seuil)


Après avoir enseigné aux universités de Clermont-Ferrand, puis de Tunis, et enfin de Paris VIII (Vincennes), Michel Foucault est élu en 1979 au Collège de France, où il occupe la chaire d'histoire des systèmes de pensée. Véritable laboratoire de son oeuvre, ces cours révèlent notamment ce qui fut l'une des orientations les plus constantes de sa pensée : dépasser l'approche traditionnelle de la question du pouvoir, fondée sur la définition de la souveraineté ou la théorie de l'Etat, en vue d'une analyse des modalités concrètes par lesquelles le pouvoir s'assure la maîtrise du corps même des sujets.
Le choix s'est ici porté sur deux cours qui annoncent ou développent le thème fécond et d'une grande actualité, du bio-pouvoir. En revenant au "seuil de modernité biologique" (le passage de l'Etat territorial à l'Etat de population, qui fait l'objet du cours "Sécurité, Territoire et Population" de l'année 1977-78 et qui sera diffusé dans les "Nuits de France Culture"), Michel Foucault éclaire les tentatives, "depuis le XVIIIe siècle, de rationaliser les problèmes posés à la pratique gouvernementale par les phénomènes propres à un ensemble de vivants constitués en population : santé, hygiène, natalité, longévité, races..." et notamment à l'intérieur du cadre de rationalité politique où ils sont apparus : le libéralisme.
"La question de la philosophie, disait Foucault en 1977, c'est la question de ce présent qui est nous-mêmes. C'est pourquoi la philosophie aujourd'hui est entièrement politique et entièrement historienne. Elle est la politique immanente à l'Histoire, elle est l'Histoire indispensable à la politique." Ces cours, portés par les vigoureuses inflexions de la voix et la prose lumineuse du philosophe, en sont une belle illustration.



Lundi
Autoportrait, 1971 (entretien du 21 avril 1971, Radio Canada)


Mardi
Une histoire de la lutte des races


Mercredi
Contre-histoire et révolution


Jeudi
Faire vivre et laisser mourir


Vendredi
Bio-pouvoir et racisme d'Etat


Livres

Foucault, Michel Anormaux (Les)
Seuil (1999)
Cours au Collège de France, 1974-1975

Lieux

  • Radio

Dates

  • lundi 07 janvier 2002

Contacts

  • France Culture
    courriel : urhm [at] ulb [dot] ac [dot] be

Source de l'information

  • Benoît Beyer de Ryke
    courriel : benoit [dot] beyer [at] ulb [dot] ac [dot] be

Pour citer cette annonce

« Michel Foucault », Informations diverses, Calenda, Publié le jeudi 17 janvier 2002, http://calenda.org/186829