AccueilFormes de savoirs géographiques

ColloqueNon classée

Dates

Catégories

    Formes de savoirs géographiques

    Des monographies aux lectures de la régionalisation, journée d'étude organisée par le Groupe de géographie sociale de l'EHESS

    *  *  *

    Publié le mardi 05 février 2002 par Natalie Petiteau

    Résumé

    21 mars 2002 Formes de savoirs géographiques Des monographies aux lectures de la régionalisation Journée d'étude du Groupe de géographie sociale et d'études urbaines de l'Ecole des Hautes Etudes en sciences sociales, organisée par Marie-Vic Ozou

    Annonce

    21 mars 2002
    Formes de savoirs géographiques
    Des monographies aux lectures de la régionalisation

    Journée d'étude du Groupe de géographie sociale et d'études urbaines de l'Ecole des Hautes Etudes en sciences sociales, organisée par Marie-Vic Ozouf-Marignier et Annie Sevin.

    De 9h30 à 17h, Maison des Sciences de l'homme, 54 bd Raspail, 75006 Paris, 2e sous-sol, salle 015

    Contact : ozoufmv@ehess.fr, 01 49 54 24 65 ou sevin@ehess.fr, 01 45 49 76 42

    Présentation : S'agissant de conférer une intelligibilité géographique à une contrée, deux grands champs méthodiques coexistent. L'un procède d'une approche monographique et singularise l'espace étudié, conçu comme objet d'un savoir cumulatif ou comme laboratoire d'expérimentation d'énoncés théoriques. L'autre s'efforce de penser l'espace sous forme systématique, qu'il s'agisse de dégager, en terme de modèles, les lois de son organisation ou de concevoir, en vue de la planification, des projets globaux de régionalisation.
    Ces deux orientations partageront la journée. On engagera la réflexion sur les formes d'appropriation et d'usage de l'approche monographique appliquée à l'espace, repérables dans les disciplines universitaires instituées ou dans des investissements d'inspiration leplaysienne. L'objet circonscrit l'investigation sur le contexte français du début du XXe siècle, où la reviviscence des sensibilités régionalistes et l'actualisation du débat décentralisateur campent une mise en perspective. Un deuxième temps s'attachera aux tentatives de formalisation plus globales. Autre mode de lecture de l'espace, elles se développent à partir des années 1950, mettent en œuvre d'autres régimes scientifiques et se dessinent en rapport avec des problématiques de régionalisation de territoires nationaux de référence politique (Italie) ou accordées à l'épreuve d'une construction modélisante (Chine).
    Cette journée se veut inscrite dans une histoire sociale des savoirs géographiques. Cette démarche, celle d'une analyse socio-historique de modes de construction de l'espace, convoque des apports savants, sans assignation restrictive à la seule géographie comme science. Il s'agit de comprendre ces ressources textuelles dans leurs contingences discursives : leurs codes d'écriture sont les marqueurs de milieux, de localisations institutionnelles. Conjointement, l'étude vise aussi le sens que prennent les textes de par leurs références à un environnement d'enjeux et de pouvoirs : éclairage des liens entre savoirs et pratiques sociales, que celles-ci soient assumées par des auteurs aux parcours peu classiques ou qu'elles se rapportent à la circulation des écrits et à leur mobilisation dans des logiques d'organisation territoriale. Si cette articulation se lit plus immédiatement dans le sens d'un réaménagement de savoirs aux fins d'une rationalité de l'action, les enjeux ressortissant au champ de l'action peuvent aussi s'avérer propices à des reprises de type savant.



    Matinée : Pratiques disciplinaires de la monographie (fin XIXe-début XXe siècle)
    Président de séance : Antoine Savoye (Université de Paris VIII)


    - Gilles Montigny (Lycée Hoche, Versailles)
    «La monographie de géographie urbaine, une invention vidalienne? (1870-1914)»

    - Bertrand Müller (Université de Lausanne)
    «Écrire l'histoire locale : le genre monographique»

    - Marie-Vic Ozouf-Marignier (EHESS)
    «La monographie de «pays» : le conflit entre science leplaysienne et géographie autour d'un monopole (1890-1910)»

    - Annie Sevin (EHESS)
    «Le choix monographique pour un doctorat d'économie politique : des thèses à l'école du réalisme et du diagnostic (1898-1938)»

    Après-midi : La régionalisation et ses modèles. Approches comparées (1945 à nos jours)
    Présidente de séance : Marie-Claire Robic (CNRS)


    - Isabelle Couzon (EHESS)
    «Espace(s) économique(s)/espace géographique : François Perroux, les géographes et la Cité (1940-1960)»

    - Christian Lamouroux (EHESS)
    «Les macrorégions chinoises : les pérégrinations d'un modèle géographique (1965-2000)»

    - Annick Tanter-Toubon (EHESS)
    «La géographie italienne face à la régionalisation constitutionnelle (1947-1977)»


    Lieux

    • Paris, France

    Dates

    • jeudi 21 mars 2002

    Contacts

    • Marie-Vic Ozouf-Marignier ou Annie Sevin
      courriel : ozoufmv [at] ehess [dot] fr

    Source de l'information

    • Marie-Vic Ozouf-Marignier
      courriel : ozoufmv [at] ehess [dot] fr

    Pour citer cette annonce

    « Formes de savoirs géographiques », Colloque, Calenda, Publié le mardi 05 février 2002, http://calenda.org/186921