Accueil“L’Indochine”, l’Inde et la France

“L’Indochine”, l’Inde et la France

“L’Indochine”, l’Inde et la France : représentations culturelles

*  *  *

Publié le mercredi 06 mars 2002

Résumé

“L’Indochine”, l’Inde et la France : représentations culturelles. COLLOQUE INTERNATIONAL À l’UNIVERSITÉ DE NEWCASTLE (G.B.) 5 - 7 SEPTEMBRE 2003 APPEL À CONTRIBUTIONS Ce colloque examinera comment le cinéma, la littérature, l’ar

Annonce

“L’Indochine”, l’Inde et la France : représentations culturelles.

COLLOQUE INTERNATIONAL
À l’UNIVERSITÉ DE NEWCASTLE (G.B.)
5 - 7 SEPTEMBRE 2003

APPEL À CONTRIBUTIONS

Ce colloque examinera comment le cinéma, la littérature, l’art et les écrits historiques ou anthropologiques ont reflété le regard français sur « L’Indochine » et sur l’Inde, aussi bien que le regard que ces pays ont tourné vers la France.
« L’Indochine » – c’est-à-dire les pays autrefois réunis sous ce nom par l’administration coloniale française – a touché l’imaginaire français de diverses manières, que ce soit par le colonialisme, par la guerre ou, plus récemment, par l’immigration. « L’Indochine » imaginaire était associée à l’opium, à la cruauté, aux plaisirs des sens et, de manière paradoxale, à un mysticisme qui rejetait le monde sensible ainsi qu’à un type de sagesse qui n’était pas sans adeptes français. Entre l’Inde et la Chine, « l’Indochine » était constamment définie par ce qu’elle n’était pas, un lieu d’ambiguïtés curieuses. C’était également un pays dangereux, habité de pirates légendaires, de tigres et d’« indigènes » traîtres ; c’était un territoire où il fallait à tout prix minimiser la résistance contre le colonialisme, et où pourtant cette résistance s’obstinait à se faire sentir. Et comme l’attestent des films assez récents, le mot « Indochine » garde aux oreilles des Français un certain pouvoir évocateur des grandeurs coloniales passées. Du mythe au discours de la domination coloniale, de la nostalgie à la culpabilité post-coloniale, il faut maintenant relire ces « Indochines » imaginaires à la lumière des nouveaux liens avec les anciennes colonies créés par la présence des immigrants vietnamiens, cambodgiens et laotiens en métropole.
L’Inde, quant à elle, est au centre des mythes romantiques de l’Origine et présente des tropes de mysticisme exotique qui lui sont propres. Longtemps rappelée avec une nostalgie qui est propre au premier empire français perdu, la présence française en Inde a attiré moins d’attention critique qu’elle ne le mérite ; maintenant, devant le nouvel intérêt qu’inspire aussi bien la littérature de voyage que la fiction, et en réponse au besoin de distinguer entre la politique coloniale française et celle de la Grande Bretagne, il est temps d’explorer ce terrain.
Ce colloque interdisciplinaire pourrait traiter les thèmes suivants :
Le cinéma français et l’Indochine ou l’Inde
Marguerite Duras
André Malraux
L’identité coloniale et l’identité sexuelle
L’écriture de voyage et la littérature coloniale
Le travail de mémoire et la présence française en Inde
Les « expositions coloniales »
La littérature de langue française par des écrivains d’origine vietnamienne, cambodgienne, laotienne ou indienne
Les perceptions de « l’Indochine » ou de l’Inde dans l’anthropologie et le journalisme
Les représentations photographiques et/ou graphiques
Les guerres de décolonisation
Des propositions, en anglais ou en français, sur tout autre sujet en relation avec le thème général sont bien sûr les bienvenues.


Comité d’organisation, à l’Université de Newcastle upon Tyne : Dr Kathryn Robson, Professor Brian Stimpson, Dr Jennifer Yee.
Comité de conseil universitaire : Dr Nicola Cooper (Bristol), Dr Rachel Edwards (Newcastle upon Tyne), Professor Panivong Norindr (Southern California).
Les propositions, sous la forme d’un résumé d’environ 300 mots, sont à envoyer à Jennifer Yee, School of Modern Languages, University of Newcastle upon Tyne, Newcastle upon Tyne, NE1 7RU, Royaume-Uni, avant le 15 mai 2002 (ou par mél à Jennifer.Yee@ncl.ac.uk).

Catégories

Lieux

  • Newcastle-upon-Tyne, Grande-Bretagne

Dates

  • vendredi 05 septembre 2003

Mots-clés

  • indochine, orient, inde, colonialisme, exotisme

Contacts

  • Jennifer Yee
    courriel : Jennifer [dot] Yee [at] ncl [dot] ac [dot] uk

Source de l'information

  • Jennifer Yee
    courriel : Jennifer [dot] Yee [at] ncl [dot] ac [dot] uk

Pour citer cette annonce

« “L’Indochine”, l’Inde et la France », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 06 mars 2002, http://calenda.org/187056