AccueilLes savoirs du social (XIXe-XXe siècles)

Les savoirs du social (XIXe-XXe siècles)

Les experts, les formes et les pratiques de l'expertise du social en Europe

*  *  *

Publié le mardi 19 mars 2002 par Natalie Petiteau

Résumé

Dossier coordonné par Dzovinar Kévonian et Jérôme Martin pour Histoires & Sociétés. Revue européenne d'histoire sociale Vous êtes invités à envoyés vos propositions d'articles d'une quinzaine de lignes en précisant vos noms, prénoms, thèmes de

Annonce


Dossier coordonné par Dzovinar Kévonian et Jérôme Martin pour Histoires & Sociétés. Revue européenne d'histoire sociale


Vous êtes invités à envoyés vos propositions d'articles d'une quinzaine de lignes en précisant vos noms, prénoms, thèmes de recherche et universités de rattachement. Étant donné les délais de retour des articles, les synopsis sont attendus au plus tard le 30 mai (à renvoyer aux adresses électroniques des coordonnateurs indiquées dans la fiche ci-dessous).
Taille des articles: 30 000 signes (espaces, notes et bibliographies compris; cf. notice explicative jointe)
Retour des articles: pour le 30 août 2002 au plus tard.

Si les politiques sociales des entreprises et des États sont un champ déjà largement travaillé par les historiens, les économistes et les sociologues, celui des sciences humaines et sociales reste encore largement ouvert. Certains savoirs ont suscité très tôt l'intérêt de la recherche. C'est le cas notamment de la médecine, de la psychiatrie ou du droit, qui constituent presque des «modèles» du genre. Plus récemment, d'autres disciplines, notamment les sciences humaines et sociales, ont fait l'objet d'enquêtes historiques. L'ensemble de ces discipline ont été analysé sous deux angles principauxautour de la problématique de la légitimité: leur constitution en tant que science d'une part; leur mode d'insertion sociale
d'autre part. Comment la formation de nouveaux champs scientifiques s'articule-t-elle avec les transformations sociales, que ce soit à l'échelle de l'entreprise ou d'une société ? Ces nouvelles disciplines "inventent"-t-elles ce qu'il convient d'appeler le social ou ne constituent-elles que des réponses plus ou moins institutionnalisées à des problèmes, à des dysfonctionnements pointés par les acteurs sociaux (responsables politique ou administratifs, chefs d'entreprises, organisations syndicales, associations, opinion publique)? Ces questions
générales sont à la base de l'histoire sociale des sciences et des savoirs constitués en domaines d'expertise.

Le dossier veut donner une large place aux pratiques de l'expertise, sans exclure toutefois l'analyse des discours et des acteurs, mais dans la perspective d'une histoire des pratiques de l'intervention sociale. Ainsi toute une série de questionnements doivent être au centre des contributions:
- quelles sont les pratiques d'expertise proposées par les sciences? Comment sont-elles mises en ouvre?
- ces pratiques sont-elles spécifiques à chaque discipline ou présentent-elles des points communs?
- peut-on distinguer selon les pays des types particuliers, des formes d'expertise différentes ?
- comment ces pratiques sont-elles perçues par les acteurs sociaux, ceux qui en sont l'objet notamment ?

Nous avons choisi de distinguer quatre champs privilégiés de leur intervention:

1° L'expertise dans le champ économique:
Dans ce domaine doivent être privilégiés des savoirs techniques, sociaux ou économiques érigés en spécialités et qui ont remodelés l'organisation et la
gestion des entreprises ou des politiques économiques. Il s'agit par exemple de la gestion, des services de ressources humaines ou des structures économiques (à toute les échelles).

2° L'expertise "scientifiques":
Ce domaine touche plus particulièrement des disciples ou des savoirs qui produisent des normes sociales. Ces disciplines ont des finalités originales qui ne sont pas d'abord sociales mais qui, engagés dans des pratiques, définissent un certain nombre de normes. C'est par exemple le cas de la médecine légale, de la psychologie, de la physique, de la
biologie, de la physiologie, de l'anthropologie, de lastatistique

3° L'expertise sociale:
Ce champ est le plus classique. Il concerne l'ensemble des techniques et des professionnels à finalité sociale qui interviennent notamment dans les
politiques sociales. Il peut s'agir par exemple des formes d'assurances sociales, du tissu associatif, des travailleurs sociaux, des assistante sociales, de l'humanitaire.

4° L'expertise du champ politique:
Elle comporte les dimensions nationale et internationales et concerne de nombreuses disciplines (polémologie, géographie, droit, sciences-politiques), des milieux socio-professionnels particuliers
(militaires, journalistes, universitaires).

Tels sont les thèmes que nous souhaitons aborder dans ce sujet sans privilégier une discipline sur une autre. Ce dossier s'adresse aux chercheurs et jeunes chercheurs qui travaillent ou ont travaillé sur ces
questions, que ce soit aux échelles européenne, nationale ou régionale. Quelque soit le type d'approche (synthétique ou monographique), la contrainte que nous avons retenue pour ce dossier est de privilégier les approches et réflexions comparatistes (portant au moins sur deux ou trois pays, régions ou villes) qui intègrent la dimension historique.



Histoire et Sociétés : Règles typographiques et présentation des documents

Afin de faciliter le travail de la rédaction, les auteurs sont priés de suivre les règles suivantes. Les articles ne respectant pas ces conventions seront systématiquement renvoyés pour correction avant même d'être lus.

1) Longueur des articles
Sauf mention contraire lors de la commande, un article ne peut excéder 30000 signes (bibliographie, notes et espaces compris). Un compte rendu long fera au maximum 10 000 signes, un compte rendu court 3 000.

2) Présentation de l'auteur
L'auteur mentionnera en tête d'article ses fonctions ou titres actuels (exemple : maître de conférence à l'Université de Bourgogne ; doctorant à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, etc.) et son dernier livre paru (ou le titre de la recherche en cours).

3) Résumé
L'auteur joindra, à la fin de son article, un résumé n'excédant pas 500
signes en français et en anglais.

4) Règles typographiques à respecter impérativement
* Titre de l'article en corps gras 16
* Titre de parties en corps gras 14
* Titre de sous-parties en corps gras 12
* Texte courant en corps 12
* Texte des notes en corps 10
* Mise en page : tout doit être aligné à gauche

5) Règles typographiques particulières à respecter autant que possible
* Ne taper aucune lettre avec la touche capitale bloquée
* Faire apparaître en gras + italiques tous les mots devant figurés en italique au final, c'est-à-dire toutes les citations - sans guillemets - et tous les mots et expressions d'origine étrangère.
* Ne pas mettre d'espace entre les guillemets et le mot entouré de guillemets (on écrira "histoire" et non pas " histoire ")

6) Présentation de la bibliographie
* La bibliographie citée dans le texte n'est pas développée et présentée entre crochets et en gras. Exemple : [Becker, 1988]
* La bibliographie complète (au maximum 15 titre) se situe en fin d'article et se présente comme suit :
- Becker A., 1988, Les monuments aux morts, Paris, Errance.
- Soutou G.-H., 1976, "L'impérialisme du pauvre : la politique économique du gouvernement français en Europe centrale et occidentale de 1918 à 1929", Relations internationales, 7, p. 219-239.

7) Iconographie
Il est souhaitable que les articles soient livrés avec des illustrations qui peuvent les mettre en valeur. Dans ce cas, l'auteur joindra une légende à chaque image et indiquera le placement préférentiel des images au sein de l'article.

La rédaction d'Histoire et Société

Dates

  • jeudi 30 mai 2002

Contacts

  • Jérôme Martin
    courriel : jm [dot] jeromemartin [at] gmail [dot] com
  • Dzovinar Kévonian
    courriel : dzovinar [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les savoirs du social (XIXe-XXe siècles) », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 19 mars 2002, http://calenda.org/187076