AccueilLe genre migratoire

*  *  *

Publié le lundi 24 juin 2002 par Natalie Petiteau

Résumé

Plusieurs séances seront ainsi au cours de l'année 2002-2003 consacrée à l'histoire des femmes en migration.

Annonce

Séminaire organisé par P. Rygiel et E. Guichard


Ce séminaire est ouvert aux étudiants de second et troisième cycle des universités, aux chercheurs, et aux élèves de l'ENS. Il a pour vocation à la fois de présenter des travaux récents touchant à l'histoire de l'immigration et d'entretenir une dynamique de recherche à partir de l'exploration d'un thème plus étroit. Plusieurs séances seront ainsi au cours de l'année 2002-2003 consacrée à l'histoire des femmes en migration.



L'histoire des migrations et l'histoire des genres sont en effet deux des chantiers les plus dynamiques de l'histoire sociale depuis une vingtaine d'années. Il y a cependant eu, particulièrement dans l'historiographie de langue française, peu d'études consacrées aux femmes migrantes, et moins encore de travaux intégrant à leur appareil conceptuel le genre. Nous souhaitons initier une réflexion collective contribuant à combler ces lacunes. Cela nous conduira d'une part à étudier les femmes en migrations,
tant en explorant les conditions et les logiques des migrations féminines, dont nous ne pouvons a priori supposer qu'elles n'obéissent pas en partie du moins à des logiques spécifiques. Il nous faudra de plus nous
interroger sur la place spécifique des femmes dans l'appareil productif, la femme migrante en effet est souvent une travailleuse, dont l'emploi, peut-être plus encore que celui des hommes obéit à des logiques
spécifiques, la gouvernante, la servante de ferme, la femme de ménage, et l'inventaire n'est pas exhaustif, apparaissent ainsi, jusque dans les représentations comme des professions de migrantes. Nous nous interrogerons également tant sur le statut que sur le rôle de la femme
migrante, nous demandant si la loi, la réglementation, la pratique administrative lui dessinent une place spécifique, et si la situation de migrante impose à celle-ci des pratiques ou des rôles qui la distingue tant des femmes autochtones que des femmes demeurées au pays, il s'agit en
fait de se demander si la migration conduit à une redéfinition des genres, en étant attentif à la probable diversité des phénomènes en fonction de l'origine, du moment et du lieu. Il nous faudra enfin nous intéresser aux
filles de ces femmes, tant à leurs parcours, socioprofessionels ou matrimoniaux qu'aux spécificités éventuelles de leur inscription dans l'espace social et familial.

Calendrier des séances


25/10/2002

P. Rygiel
Ouverture

8/11/2002
Nancy Green



13/12/2002

Françoise de Barros
Les collectivités locales et les migrants

24/1/2003

Janine Ponty
Les migrantes agricoles

07/02/2003

Sophia Lamri
Mères algériennes de France

14/03/2003

Nacira Guénif
Filles d'Algériennes

avril

Stéphane Beaud
Migrantes, filles de migrantes et système scolaire

16/05/2003

Linda Guerry
Une étude longitudinale et comparative de femmes immigrées à Marseille dans l'entre-deux-guerres.





Les séances se tiennent un vendredi par mois, de 14h30 à 16 heures, salle Roland Barthes, École Normale Supérieure, 45 rue d'Ulm, 75005 Paris


Lieux

  • Paris, France

Dates

  • vendredi 25 octobre 2002

Contacts

  • Philippe Rygiel
    courriel : prygiel [at] ens [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le genre migratoire », Séminaire, Calenda, Publié le lundi 24 juin 2002, http://calenda.org/187246