AccueilContacts de langues dans des contextes de mobilité

Contacts de langues dans des contextes de mobilité

Pratiques et représentations des contacts de langues dans des contextes de mobilité : terrains d'intervention et modèles d'analyse. Colloque organisé par l'Equipe "Plurilinguisme et Apprentissages", ENS-LSH (Lyon)

*  *  *

Publié le lundi 08 juillet 2002 par Natalie Petiteau

Résumé

Dans la suite des rencontres de Tours en 2000 et de Grenoble en 2001, l'équipe "Plurilinguisme et apprentissages" de l'Ecole normale supérieure Lettres et Sciences humaines propose d'organiser à Lyon, les 20 et 21 mars 2003, en collaboration avec d'autres

Annonce

Dans la suite des rencontres de Tours en 2000 et de Grenoble en 2001, l'équipe "Plurilinguisme et apprentissages" de l'Ecole normale supérieure Lettres et Sciences humaines propose d'organiser à Lyon, les 20 et 21 mars 2003, en collaboration avec d'autres équipes, un colloque du RFS (Réseau français de sociolinguistique) intitulé Pratiques et représentations des contacts de langues dans des contextes de mobilité : terrains d'intervention et modèles d'analyse.

La thématique s'inscrit largement dans le prolongement de celles qui avaient été retenues pour les colloques précédents, où diverses formes de pluralité avaient été au centre des interventions et des échanges et où les contacts de langues étaient posés comme objet d'intérêt majeur pour la sociolinguistique. Intérêt majeur non seulement pour des raisons tenant aux enjeux sociaux propres aux terrains où de tels contacts s'établissent, mais aussi parce que l'analyse de ces contacts soulève des questions d'ordre théorique et méthodologique où la sociolinguistique met à l'épreuve et (ré)élabore ses modèles et ses outils et entre en relation avec d'autres démarches de recherche.

Les rencontres de Tours et de Grenoble ont permis de focaliser l'attention sur des situations fort diverses de contacts de langues en France et de les examiner finement. Elles ont par ailleurs abordé des problèmes centraux et génériques touchant au statut même et à l'organisation des recherches en sociolinguistique.

La rencontre de Lyon pourrait contribuer à l'approfondissement de la réflexion collective en articulant trois questionnements de niveaux différents, mais de nature complémentaire.

1. Les contacts de langues ne se réalisent que rarement sur le mode de la juxtaposition statique pratiques donnant simplement lieu à des ajustements à la marge pour les " systèmes ", à des (re)constructions et gestions de répertoires pour les individus, à des fixations de normes et une régulation de la variation pour les collectivités. C'est d'abord dans des contextes de mobilité que se produisent les contacts : mobilité migratoire, mobilité professionnelle, mobilité d'un parcours de formation, projet de mobilité sociale passant par l'une et/ou l'autre de ces autres formes de mobilité. Ces expériences de la mobilité sont, du point de vue sociolinguistique, l'occasion de déstabilisations, de reconfigurations, souvent de réductions des réseaux d'appartenance et ces processus affectent les pratiques, les représentations et les répertoires linguistiques des acteurs concernés.

2. Centrer l'analyse sur les déplacements (les changements de lieu, de place, de statut, par nécessité ou par choix) de groupes ou d'individus, c'est se demander comment et avec quels effets, du point de vue de la sociolinguistique, s'effectue cette entrée en contact avec de nouvelles langues et variétés, cette éventuelle prise de distance ou perte de contact avec d'autres langues ou variétés, ou les mêmes, mais dans une économie autre. L'important est peut-être alors, à partir et au-delà de la diversité des situations, de poser ou de dégager des instruments d'observation et des cadres interprétatifs qui présentent une transversalité suffisante pour dépasser le niveau monographique de l'étude de cas. Etudier la mobilité suppose sabs doute des instruments plus souples, à même de saisir le mouvement, donc probablement des épistémologies en partie renouvelées.

3. Les déplacements ici rapidement thématisés intéressent aussi d'autres secteurs disciplinaires au titre de la sociologie, de l'étude des interactions, de l'acquisition des langues, ou de la relation interculturelle. Une confrontation des outils et des modèles retenus peut, autour de ces formes de changement, s'avérer fructueuse, tant pour ce qui est des options théoriques que sur le plan des interventions (politique des langues, didactique…). Descriptions, prévisions, peuvent aussi contribuer à ce que les mobilités se passent (au) mieux.

Lieux

  • ENS-LSH
    Lyon, France

Dates

  • dimanche 15 septembre 2002

Mots-clés

  • sociolinguistique plurilinguisme

Contacts

  • Marie-Anne Mochet
    courriel : mmochet [at] ens-lsh [dot] fr

Source de l'information

  • Cécile Laube
    courriel : Cecile [dot] Laube [at] ens-lsh [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Contacts de langues dans des contextes de mobilité », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 08 juillet 2002, http://calenda.org/187263