AccueilRencontres Identités & Démocratie

ColloqueNon classée

Dates

Catégories

    Rencontres Identités & Démocratie

    Rencontres Identités et Démocratie.

    *  *  *

    Publié le mercredi 10 juillet 2002 par Natalie Petiteau

    Résumé

    Identités régionales, développement, mondialisation et démocratie Des rencontres internationales pour décrypter le monde contemporain 25 chercheurs et professionnels du monde entier Une approche pluridisciplinaire A l'initiative de l'assoc

    Annonce

    Identités régionales, développement, mondialisation et démocratie
    Des rencontres internationales pour décrypter le monde contemporain

    25 chercheurs et professionnels du monde entier
    Une approche pluridisciplinaire
    A l'initiative de l'association Identités & démocratie - Débats internationaux (www.breizh.net/identites-democratie)

    La crainte d'être méprisé ou ignoré, le besoin d'être reconnu, sont parmi les plus puissants moteurs de l'action humaine, individuelle ou collective. Peut-être est-ce pour cela que les identités - omniprésentes aujourd'hui dans notre vie économique, sociale ou culturelle - sont au coeur d'une actualité internationale parfois tragique...

    Pour la première fois, des rencontres internationales donneront l'occasion au grand public, sensible aux questions d'identités, d'écouter les analyses les plus avancées à l'échelle mondiale et d'en débattre.
    Comment les identités peuvent-elles faire bouger la démocratie dans les années à venir?
    Comment renouveler la réflexion de façon sereine?

    Programme détaillé

    Jeudi 19 septembre 2002 - 20 h 00

    20 h 00 - Ouverture
    Josselin de Rohan, président du Conseil régional de Bretagne
    Edmond Hervé, député-maire de Rennes.

    20 h 30 - Allocution inaugurale
    John Hume, prix Nobel de la paix - Irlande

    20 h 45 - Introduction
    Ronan Le Coadic, président de l'association " Identités et démocratie - Débats internationaux ", auteur de L'Identité bretonne.

    Jeudi 19 septembre 2002 - 21 h 00

    Globalisation et identités

    Plus le monde se globalise, plus il semble se fragmenter. En donnant la parole à des spécialistes de la géographie urbaine, des politiques d'intégration, du développement, on s'attachera à comprendre pourquoi la globalisation s'accompagne d'une affirmation des identités, en particulier régionales. Les intervenants mettront en évidence la complexité des différentes manifestations identitaires liées à la globalisation et tenteront de nous éclairer sur leurs implications.

    Président de séance : Didier Pillet, rédacteur en chef du journal Ouest-france - Rennes - France
    Avec :
    Jan Nederveen Pieterse, professeur à l'Université de l'Illinois, Urbana - États-Unis.
    Spécialiste des religions, des théories du développement du tiers-monde en particulier de l'Asie, il réfléchit à la globalisation comme phénomène d'hybridation, de métissage.
    Saskia Sassen, professeur à l'Université de Chicago - États-Unis.
    Géographe et sociologue, spécialiste internationale de la globalisation. En croisant les approches disciplinaires, elle s'est intéressée aussi bien à l'impact des villes globales, des migrations ou du féminisme qu'à celui des technologies de l'information ou des inégalités sociales.
    Michel Wieviorka, directeur d'études à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales - Paris - France.
    C'est l'un des chef de file de la sociologie française actuelle. Il a notamment travaillé sur la violence, le racisme, la différence culturelle ou le multiculturalisme, autant de phénomènes qu'il aborde en relation avec les réalités de la globalisation.

    Vendredi 20 septembre - 9 h 30

    Globalisation et démocratie

    La globalisation bouscule les institutions traditionnelles, en particulier l'État-Nation et les concepts sur lesquels s'est fondée la démocratie. Elle pose des problèmes de régulation et de contrôle démocratique au niveau supranational et engendre de nouvelles exigences locales ou régionales. De plus, elle suscite l'expérimentation de nouvelles formes d'expression démocratique, notamment face aux multinationales, dans le cas d'enjeux sociaux ou environnementaux. Dans tous ces mouvements et ces évolutions - qui mettent aux prises les marchés les États et la société civile -, les identités constituent un enjeu important. On s'interrogera tant sur les dangers que sur les opportunités que la globalisation peut représenter pour la démocratie. Les intervenants, à la fois chercheurs et acteurs, feront état de différentes expériences et initiatives innovantes.

    Président de séance : Marc Chevallier, journaliste à Alternatives Economiques - France.
    Avec :
    Jean-Baptiste Henry, représentant du Syndicat mixte du littoral Nord-Ouest Bretagne à Lannion - France.
    Il a été l'un des animateurs de l'association de défense des communes bretonnes sinistrées par le naufrage de l'Amoco Cadiz.
    Paul Hirst , professeur à Birkbeck College de Londres - Grande-Bretagne.
    Sociologue, il revendique, face à une globalisation dont la réalité est, selon lui, exagérée, la place de la société civile et de la démocratie associative.
    John Loughlin, professeur à l'université de Cardiff - Grande-Bretagne.
    Animateur d'un réseau de chercheurs en sciences politiques sur la régionalisation en Europe ; il s'intéresse aux restructurations de l'État-Nation et à la démocratie locale. Il a participé à différentes rencontres diplomatiques liées à des enjeux identitaires régionaux en Europe.
    Gaspar Riveira Salgado, animateur du FIOB et professeur à Los Angeles - États-Unis.
    Sociologue, il est aussi le leader d'un mouvement transnational d'origine indienne, le FIOB, Frente Indigena Oaxaqueño Binacional, qui défend une politique d'intégration, un statut binational et un projet social et culturel pour les émigrés mexicains à Los Angeles.

    Vendredi 20 septembre - 15 h 00

    Identités régionales et développement

    Avec la globalisation de l'économie et le recul de l'État providence, les régions s'engagent encore plus fortement dans le développement économique. La globalisation provoque la mobilisation des acteurs locaux. Face au global, le local montre une capacité d'initiative et s'adapte. Les identités locales ou régionales sont bien souvent envisagées comme des ressources nouvelles, des marqueurs de différence ou de qualité spécifique dans un monde de compétitivité accrue. Les labels régionaux, comme " Produit en Bretagne ", utilisent l'image culturelle d'une région pour favoriser ses exportations. Divers modèles de développement régional émergent, notamment en Lombardie, en Catalogne ou en Écosse. Ils posent la question, centrale, des liens entre projet économique et projet politique dans les régions motrices en Europe.

    Président de séance : Joseph Fontaine, professeur de sciences politiques à l'université de Saint-Étienne.
    Avec :
    François Grosrichard, journaliste, Le Monde - France.
    Grand observateur de la vie des régions françaises, il porte son regard sur les expériences menées sur divers territoires.
    Michael Keating, professeur à l'Institut universitaire européen de Florence - Italie.
    Il interroge les nouveaux régionalismes dans le contexte de la construction européenne, en particulier les nouveaux modèles de développement régional.
    Angelo Pichierri, professeur de sociologie à l'université de Turin - Italie.
    Président de l'Institut de recherches économiques et sociales de la CGIL (principal syndicat italien), il a travaillé sur la lutte contre le déclin industriel, les cités-Etats et la régionalisation des politiques industrielles.
    Florimond Van De Velde, président de la Foundation Europe of Cultures - Bruxelles - Belgique.
    Promouvoir l'idée d'une Europe fondée sur des grandes régions culturelles, comprendre l'influence de la culture dans le développement économique, sont les objectifs principaux de cette fondation flamande.

    Vendredi 20 septembre - 20 h 30

    Identité et reconnaissance

    La demande de reconnaissance - des individus et des groupes - est en jeu dans les revendications identitaires. Elle serait même " un besoin humain vital ", selon Charles Taylor, l'un des moteurs principaux des mobilisations sociales. Comment satisfaire les aspirations à la reconnaissance ? Comment concilier le besoin de reconnaissance et l'affirmation sereine d'une identité émancipée des blessures d'une domination passée ? Philosophes, écrivains et artistes s'interrogent sur les mises en œuvre de la reconnaissance, en particulier dans ses expressions culturelles.

    Président de séance :Pierre-Jean Simon, professeur de sociologie à l'Université de Rennes 2 - France.
    Avec :
    Patrick Chamoiseau, écrivain - France.
    Prix Goncourt, théoricien de la créolité, il s'interroge sur le métissage et sur le dépassement de la domination culturelle.
    Axel Honneth, professeur à l'université de Francfort - Allemagne.
    Philosophe, il a pris la succession de Jürgen Habermas à l'université de Francfort. Il considère la demande de reconnaissance comme le moteur des mouvements sociaux et de l'évolution sociale.
    Patrick Savidan, maître de conférences à l'université de Paris 4 - Sorbonne.
    Ce philosophe est aussi rédacteur en chef de la revue " Comprendre " et traducteur en France de Will Kymlicka, deux responsabilités qui lui ont valu de se pencher sur les enjeux contemporains posés par la reconnaissance des identités culturelles.
    Yaël Tamir, professeur à l'université de Tel Aviv - Israël.
    Ancienne ministre israélienne de l'intégration, cette philosophe a réfléchi à une conciliation des principes du nationalisme, ceux de la solidarité collective, et du libéralisme, ceux de liberté individuelle. Elle s'intéresse aussi au rôle du système éducatif dans l'intégration, au sein d'une même société, de cultures différentes, en particulier aux Etats-Unis.
    Alan Stivell, artiste - Bretagne.
    Pionnier du renouveau culturel breton, artiste engagé, il porte un regard privilégié sur le chemin parcouru, depuis plus de trente ans, par la culture bretonne dans la voie de la reconnaissance. Il interroge, à partir de sa pratique, les notions d'enracinement et d'ouverture.

    Samedi 21 septembre - 9 h 30

    Identité régionale et autonomie

    Contrairement à une vision couramment répandue, la volonté de reconnaissance d'un peuple ou d'une nation sans État n'est pas forcément synonyme de violence, de repli sur soi ou d'égoïsme. Elle ne mène pas systématiquement non plus à la séparation ou la sécession. Nombreuses sont les situations intermédiaires où des expériences d'autonomie essaient de concilier la satisfaction d'une aspiration identitaire propre et la volonté d'appartenance à des ensembles plus vastes. A ces solutions institutionnelles correspondent bien souvent des constructions sociales et une " vision civique " de la revendication identitaire. Partout dans le monde, de nouvelles formes d'organisation institutionnelles ou sociales apportent des solutions aux besoins de mutation des États-Nations. Un responsable politique, un historien, une sociologue et une juriste interrogent ces aspirations autonomistes et leurs effets sur la démocratie et le lien social.

    Président de séance :Michel Nicolas, professeur à l'université de Rennes 2 - France.
    Avec :
    Jaume Angerri i Auberni, directeur général du commerce, Generalitat de Catalunya - Espagne.
    Ministre du commerce de la région autonome de Catalogne, il mesure les effets d'une situation d'autonomie et réfléchit à l'avenir du statut de son pays.
    Montserrat Guibernau, maître de conférences à la London School of Economics - Grande-Bretagne.
    Elle étudie les " nations sans État " - Catalogne, Québec, Écosse - qui construisent des projets politiques et sociaux et inventent une citoyenneté particulière, articulée à un État-nation plus vaste.
    Ruth Lapidoth, professeur à l'université hébraïque de Jérusalem - Israël.
    Spécialiste internationale de la question de l'autonomie, elle compare les situations expérimentées dans différents endroits du monde.
    Pascal Ory, professeur à l'université de Paris 1 - Sorbonne - France.
    Spécialiste de l'histoire des idées politiques, il s'interroge sur les notions de région et de nation.

    Samedi 21 septembre - 15 h 00

    Identité minoritaire et universalisme

    La soif de reconnaissance identitaire qui parcourt nos sociétés va de pair avec l'émergence d'un universalisme concret, surgi de la prise de conscience que les grands enjeux contemporains - écologiques, économiques ou sociaux - ont, de plus en plus, une dimension planétaire. Avènement difficile d'une société mondiale, poussées fondamentalistes, difficultés de la construction européenne, affirmations régionales, problèmes des banlieues, tous les jours, de multiples questions d'actualité nous rappellent combien il est difficile de concilier le particulier et l'universel. Parallèlement, la thématique des identités ressort de l'un des débats philosophiques les plus importants de notre temps. Elle s'inscrit dans la contradiction entre universalisme et particularisme, qui alimente, depuis vingt ans, dans l'univers anglo-saxon, de riches échanges entre les communitarians, tenants des droits collectifs, et les liberals, partisans de la primauté de l'individu. Ces débats, qui semblent aujourd'hui aboutir à un consensus, permettent-ils d'éclairer les grandes questions de notre temps ? Quelles peuvent être leurs implications sur les réflexions sur le modèle républicain en France ?

    Président de séance : Michel Denis, professeur émérite à l'IEP de Rennes - France.
    Avec :
    Ash Amin, professeur à l'université de Durham - Grande-Bretagne.
    Géographe urbain, il étudie l'intégration des populations immigrées à l'espace public, le processus de construction européenne et la définition du lien social.
    Nathan Glazer, professeur émérite à l'Université de Harvard - États-Unis.
    Sociologue, spécialiste de l'Éducation, il a beaucoup travaillé sur les questions de race, d'immigration, de politique sociale et de développement urbain aux États-Unis, il est aussi l'auteur d'ouvrages sur l'ethnicité ou le multiculturalisme.
    Albert Memmi, écrivain (sous réserve).
    Auteur du Portrait du colonisé et de L'Homme dominé, la complexité identitaire est au cœur de son œuvre et de ses réflexions. Daniel Weinstock , professeur à l'université de Montréal - Canada.
    Ancien élève de Charles Taylor - le théoricien du multiculturalisme -, il travaille sur le fédéralisme et l'avenir de l'État-Nation.

    Informations pratiques

    Frais d'inscriptions: 15 euros
    Inscriptions:
    Rennes Métropole, Direction des Affaires culturelles
    16 boulevard Laënnec -CS 44220 -35042 Rennes cedex
    Contact: Jeannick Gauvin - T: 02-99-01-86-13
    e-mail: contact-culture@agglo-rennesmetropole.fr

    Renseignements:

    Association "Identités et démocratie -Débats internationaux"
    26 avenue du Général de Gaulle -29 270 Carhaix-Plouguer
    T/F:02-98-99-43-86
    e-mail: cdv-idem@club-internet.fr

    Rencontres réalisées en partenariat avec:
    - Rennes Métropole
    - le Conseil Régional de Bretagne
    - les Conseils généraux des Côtes-d'Armor, du Finistère, d'Ille-et-Vilaine et du Morbihan

    Avec le soutien de:
    - Ouest-France
    - Le Monde
    - Radio France

    Lieux

    • Rennes, France

    Dates

    • jeudi 19 septembre 2002

    Mots-clés

    • identités,identity,globalization,globalisation,démocratie,democraty,regions,regionalisme,minorités,minorities,

    Contacts

    • Association « Identités et démocratie - Débats internationaux » ~
      courriel : cdv-idem [at] club-internet [dot] fr

    Source de l'information

    • Fabrice Patez
      courriel : fabrice [dot] patez [at] uhb [dot] fr

    Pour citer cette annonce

    « Rencontres Identités & Démocratie », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 10 juillet 2002, http://calenda.org/187267