AccueilGuerre et Sociétés contemporaines

SéminaireNon classée

Dates

Catégories

    *  *  *

    Publié le mardi 17 septembre 2002 par Natalie Petiteau

    Résumé

    Séminaire du Centre d'Etudes et de Documentation "Guerre et Sociétés contemporaines" L'objectif des séminaires est: - de permettre à des historiens fraîchement diplômés ou non de livrer le fruit de leurs travaux à la communauté scientifique;

    Annonce

    Séminaire du Centre d'Etudes et de Documentation
    "Guerre et Sociétés contemporaines"

    L'objectif des séminaires est:

    - de permettre à des historiens fraîchement diplômés ou non de livrer le fruit de leurs travaux à la communauté scientifique;
    - de mettre en évidence de nouveaux domaines de la recherche;
    - d'offrir un forum de discussion à des publications sur des sujets controversés;
    - de promouvoir l'approche comparatiste en invitant des chercheurs étrangers.
    En tant qu'institution fédérale, le CEGES se veut donc être une plaque tournante, un lieu de rencontres et d'échanges entre chercheurs de tous horizons. Chaque année, sont organisés au Centre des séminaires où sont présentées des recherches originales en histoire contemporaine traitant à la fois des enjeux belges et étrangers.
    Ces séminaires se tiennent au Résidence Palace , un mercredi après-midi par mois à 14h30 en fonction des possibilités des orateurs.



    Mercredi 16 octobre 2002 à 14 h 30 :
    Eliane Gubin (ULB): Le grand siècle de la nationalité belge.


    Notre premier séminaire sera l'occasion de découvrir l'un des ouvrages essentiels de la rentrée et de rendre ainsi hommage à Jean Stengers, décédé le 15 août dernier. Dans quelques jours paraîtra aux éditions Racine le second volume attendu de l'histoire du sentiment national en Belgique. Cet ouvrage, Jean Stengers l'a écrit en compagnie d'Eliane Gubin, professeure à l'ULB. A travers la période abordée, de 1830 à 1918, il sera question de la question cruciale de la création du sentiment national belge dans un pays perçu avant tout comme un non-Etat par ses voisins. Comment ce sentiment national va-t-il se créer et surtout comment 1918 marque-t-elle la fin d'une époque à travers ce que l'on peut qualifier de paradoxe de la guerre, paradoxe d'une période où le sentiment national belge est à son paroxysme alors que dans le même temps émerge un sentiment national concurrent qui s'en prend directement à la Belgique.

    Mercredi 6 novembre 2002 à 14 h 30 :
    Hans Blom (NIOD): Het geval Srebrenica. Historisch onderzoek op het snijvlak van politiek en wetenschap.



    Le mercredi 6 novembre, nous aurons le plaisir d'accueillir Hans Blom, professeur et directeur du « Nederlands Instituut voor Oorlogsdocumentatie » En 1996, le gouvernement néerlandais confiait au NIOD la rédaction d'un rapport sur les événements qui se sont produits avant, pendant et après la chute de l'enclave de Srebrenica qui se trouvait sous la protection des Nations Unies, faisant partie de l'on appelait alors les "Safe Areas". Au cours de l'attaque menée par les troupes du général Mladic, des milliers de musulmans ont perdu la vie sans que les troupes néerlandaises des Nations Unies n'interviennent. Aux Pays-Bas, l'affaire a pris une dimension essentielle, ce qui explique la mission confiée au NIOD. Cinq ans plus, un rapport de plus de 6.000 pages a été rendu public. Sa parution a entraîné la chute du gouvernement néerlandais. Tous ces éléments posent la question des rapports entre politique et histoire, sur le sens de telles missions confiées aux institutions scientifiques, sur la nature et la portée de la démarche de l'historien, autant de thèmes qui seront abordés au cours de ce séminaire .


    Mercredi 4 décembre 2002 à 14 h 30 :
    Denis Peschanski (CNRS): Les camps français d'internement 1938-1946. Entre volontarisme politique et poids de la conjoncture.



    Le mercredi 4 décembre, Denis Peschanski, chercheur au CNRS, nous exposera les résultats de son doctorat d'Etat consacré à la France des camps, ouvrage paru aux éditions Gallimard. L'auteur y analyse la politique d'internement mise en œuvre en France de 1939 à 1946. Au cours de cette période, quelque 600.000 personnes ont été touchées par une politique qui va d'une logique d'exception à une logique d'exclusion et connaît son paroxysme à travers la logique de déportation et d'extermination à partir de 1942. Ces recherches reposent sur la consultation de nombreux fonds d'archives tant en France (archives nationales, départementales, gendarmerie) qu'ailleurs (Allemagne, Espagne, Russie, Etats-Unis…) .

    Mercredi 18 décembre 2002 à 14 h 30 :
    Delphine Hajaji (RUG): Journalisten voor censuur ? Arthur Wauters en het Ministerie van Nationale Voorlichting (september 1939-januari 1940).



    Enfin, le 18 décembre, notre séminaire ouvrira ses portes à une jeune licenciée en histoire de l'Université de Gand qui vient d'achever un mémoire très remarqué consacré au socialiste Arthur Wauters. De sa carrière riche et multiple, elle a choisi de nous éclairer sur un aspect à tout le moins étonnant : son rôle en tant que ministre de l'information. Etonnant car l'homme qui a eu en charge la mission de censure des journaux belges était également journaliste et directeur du quotidien socialiste, Le Peuple. Comment sa politique a-t-elle été perçue et comment ont évolué les relations entre la presse et le gouvernement ? Comment a-t-il pu mener une telle politique fort de son expérience et de ses pratiques journalistiques ?

    Les séminaires se déroulent au Résidence Palace, dans la salle de lecture du CEGES (Bloc E / étage 0), 155 rue de la Loi à 1040 Bruxelles (Métro Schuman, sortie 'Résidence').
    Pour de plus amples informations: chantal.kesteloot@cegesoma.be

    Lieux

    • Bruxelles, Belgique

    Dates

    • mercredi 16 octobre 2002

    Contacts

    • Chantal Kesteloot
      courriel : chantal [dot] kesteloot [at] cegesoma [dot] be

    Pour citer cette annonce

    « Guerre et Sociétés contemporaines », Séminaire, Calenda, Publié le mardi 17 septembre 2002, http://calenda.org/187350