AccueilLe livre au Moyen-Age

ColloqueNon classée

Dates

Catégories

    *  *  *

    Publié le vendredi 18 octobre 2002 par Natalie Petiteau

    Résumé

    journées d'étude des 25 et 26 mars 2003 LAboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris C.N.R.S./U.M.R. 8589, Villejuif Longtemps, les historiens ont considéré les documents écrits que nous a laissés le Moyen Age comme de simples "réservoir

    Annonce


    journées d'étude des 25 et 26 mars 2003

    LAboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris
    C.N.R.S./U.M.R. 8589, Villejuif


    Longtemps, les historiens ont considéré les documents écrits que nous a laissés le Moyen Age comme de simples "réservoirs" de données textuelles ; on se préoccupait du contenu des livres, de l'information explicite qu'ils véhiculent, sans s'intéresser aux conditions d'élaboration, de lecture et de transmission des textes. Or, pour l'historien, le recours au manuscrit, envisagé sous tous ses aspects   historique, archéologique, littéraire, etc.  , se révèle fécond.

    On sait bien que la découverte d'oeuvres inédites ou de témoins inconnus d'oeuvres connues repose sur l'examen des manuscrits qui permet, éventuellement, de dresser ou de compléter la fiche d'identité des textes (auteur, date, provenance/aire de diffusion).

    Au delà de cette fonction heuristique, l'expertise des manuscrits ouvre de nombreuses perspectives du point de vue de l'histoire littéraire. L’analyse matérielle est en effet essentielle pour saisir la logique et la cohérence des documents étudiés et, parfois, repérer des singularités dans la transmission des textes qu'ils contiennent. Plus globalement, l'étude des métamorphoses et des récritures des textes suppose un contact direct avec les manuscrits.

    La prise en compte des manuscrits, notamment dans leurs caractéristiques physiques (support, format, mise en page et mise en texte) ou "paratextuelles" (gloses, notes marginales, tables des matières, index ... ), documente le chercheur sur les fonctions et l'usage concret des textes qu'ils contiennent : lecture silencieuse ou publique, méditation ou consultation ; utilisation liturgique, scolaire, homilétique...

    Les manuscrits nous renseignent sur les milieux qui les ont produits et utilisés : étudier l'activité d'un scriptorium, reconstituer l'histoire d'une bibliothèque et en caractériser le contenu, tout en étant attentif au contexte, c'est mieux apprécier le dynamisme d'un (groupe d') individu(s), mettre au jour les réseaux dans lesquels il s'insérait, mieux comprendre les courants culturels qui l'animaient.

    Enfin, des enquêtes portant sur de vastes populations de manuscrits peuvent éclairer les stratégies qui présidaient à la diffusion des textes et les grandes tendances affectant la production et la diffusion de la culture écrite au Moyen Age.

    Ces journées d'étude ont pour objet d'illustrer la richesse de l'examen matériel du livre, de sa diffusion et de l'histoire de sa transmission par la présentation de cas concrets. Les présentations du mardi 25 mars s'adressent plus particulièrement aux étudiants en maîtrise, D.E.A. ou doctorat, et plus généralement à toute personne intéressée par la culture du livre au Moyen Age. La table ronde du 26 mars développera quelques apports scientifiques récents fondés sur l'exploitation des manuscrits.

     
    PROGRAMME

    Mardi 25 mars


    9 H 30  La vie d'une communauté monastique au xve siècle : l'apport de l’expertise des manuscrits, par Xavier HERMAND

    10 H 30 Découvrir les pratiques de lecture et la circulation des textes : mise en page, cahiers et recueils, par Monique GOULLET et Darwin SMITH

    12 H 00 Déjeuner

    14 H 00 Etudier la diffusion de la culture écrite : les approches quantitatives, par
    Xavier HERMAND

    15 H 3o Editer les textes : la prise en compte de la contextualisation et des métamorphoses du texte, par Monique GOULLET et Darwin SMITH

    Mercredi 26 mars

    Table ronde organisée par Nicole PONS

    9H30 Les manuscrits dHélinand de Froidmont et de Vincent de Beauvais
     vecteurs d'une culture de masse, par Monique PAULMIER FOUCART

    1OH30 La culture historique commune au XVe siècle: les Généalogies des rois de
    France, par Anne NORBY

    12HOO Déjeuner

    14 H 00 Les Vaticinia de summis pontificibus instruments de propagande ecclésiologique à l’issue du Grand Schisme, par Hélène MILLET

    15 H 00 Les manuscrits de l’Epistre Othea de Christine de Pizan, par Gabriella PARUSSA

    16 H 00 Les traductions glosées de Laurent de Premierfait, par Carla BOZZOLO
     
     
     
     
     

    Lieux

    • Villejuif, France

    Dates

    • mardi 25 mars 2003

    Contacts

    • Monique Goullet
      courriel : goulletm [at] aol [dot] com
    • Darwin Smith
      courriel : darwin [at] vjf [dot] cnrs [dot] fr

    Pour citer cette annonce

    « Le livre au Moyen-Age », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 18 octobre 2002, http://calenda.org/187463