AccueilLe traitement médiatique des catastrophes

Le traitement médiatique des catastrophes

Le traitement médiatique des catastrophes : entre oubli et mémoire

*  *  *

Publié le jeudi 14 novembre 2002 par Natalie Petiteau

Résumé

Troisième colloque international sur l'histoire des risques naturels: Maison des Sciences de l'Homme - Alpes Grenoble, 10 et 11 avril 2003 Au cours des deux premières rencontres organisées par l'équipe HESOP sur l'histoire des risques naturels

Annonce

Troisième colloque international sur l'histoire des risques naturels:


Maison des Sciences de l'Homme - Alpes

Grenoble, 10 et 11 avril 2003


Au cours des deux premières rencontres organisées par l'équipe HESOP sur l'histoire des risques naturels et consacrées, l'une à la confrontation entre histoire et mémoire (novembre 1999), l'autre aux attitudes des pouvoirs publics dans l'histoire (mars 2001), les discussions ont souligné le rôle joué par les médias dans la mémorisation des événements catastrophiques et la construction (et/ou la transmission) d'une culture des risques.

Dans le cadre du programme de recherche " Risques naturels dans le sud-est " qui associe la Maison des Sciences de l'Homme-Alpes de Grenoble (MSH-Alpes), la Maison de l'Orient Méditerranéen de Lyon (MOM) et la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme d'Aix-en-Provence (MMSH), sera organisée les jeudi 11 et vendredi 12 avril 2003 une troisième rencontre internationale sur le thème " Le traitement médiatique des catastrophes : entre oubli et mémoire " qui sera l'occasion d'approfondir un certain nombre de questions autour de cette nouvelle thématique.

Le colloque sera axé autour de trois niveaux d'interrogations.
-En premier lieu, se pose la question des modalités de restitution des événements catastrophiques par les médias, et la manière dont, par ce biais, ils participent ou non à l'élaboration d'une culture du risque. L'analyse de cette restitution est évidemment indissociable de leur sensibilité à la " vulnérabilité " des personnes et des biens, en fonction de la qualité des populations concernées, de l'évolution de l'emprise humaine sur le territoire et de la prise en compte de la notion du développement durable.
-Il s'agira aussi de s'interroger sur la manière dont certains événements, récents ou anciens, ont été valorisés (sur-valorisés ?) pour devenir des " événements référents ", et à l'inverse, comment d'autres ont été oubliés ou occultés. Seront aussi envisagés les impacts sociaux, politiques ou culturels de cette transmission. Dans cette perspective, il conviendra d'étudier notamment les processus de construction des savoirs, tant vernaculaires que ceux des érudits, parfois repris par des scientifiques qui les croient établis, et les antagonismes existants entre ces savoirs et ceux transmis par les médias.
-La réflexion imposera enfin d'aborder la relation des médias au politique, qu'il s'agisse de la manière dont les pouvoirs instrumentalisent les médias - à travers la médiatisation des actions de prévention ou de secours engagées par les pouvoirs, au niveau local ou national- ou se méfient d'eux, voire des liens avec les politiques publiques correspondantes.

Ces réflexions entendent s'inscrire dans la longue durée. Naturellement, seront interrogés en priorités les différents types de médias qui se sont développés depuis le XVIIe siècle : presse sous toutes ses formes (périodiques, libelles, canards…), littérature populaire, ouvrages inscrits dans une mémoire collective et naturellement, pour les périodes les plus récentes, rôle particulier de la radio et de la télévision. Mais les chercheurs sont également invités à explorer pour les périodes plus anciennes d'autres pistes tels que supports iconographiques, récits exemplaires des prédicateurs…

La liste des questions n'est qu'indicative et chacun pourra apporter à cet égard sa propre expérience autour de la thématique retenue.
Il va de soi que les questions peuvent se poser différemment selon la nature des risques (avalanches, inondations, risques sismiques), la fréquence de leurs occurrences.
Sur toutes ces questions, une approche pluridisciplinaire s'impose à l'évidence.
Dans cette perspective, le colloque fera aussi appel à des contributions de géographes, juristes, politistes, sociologues, architectes ou des ingénieurs.
Mais, à travers une recherche historique, il entend inscrire ces réflexions dans la longue durée de manière à enrichir la réflexion contemporaine grâce aux problématiques issues des analyses des exemples du passé.

Pour le comité d'organisation
René FAVIER

Comité d'organisation
Bernard BOUHET, Directeur de la Maison des Sciences de l'Homme-Alpes, Grenoble
René FAVIER, Professeur d'histoire moderne, Université Pierre Mendès France - Grenoble 2
Maurice GARDEN, Professeur émérite, ENS Cachan
Anne-Marie GRANET-ABISSET, Maître de conférences d'histoire contemporaine, Université Pierre Mendès France - Grenoble 2
Jean GUIBAL, Directeur de la Conservation du Patrimoine, Grenoble
Bruno HELLY, Directeur de recherches au CNRS, Maison de l'Orient Méditerranéen, Lyon
Philippe LEVEAU, Professeur d'archéologie, Université de Provence
Claude GILBERT, Directeur de recherches au CNRS (CERAT), Gis Risques Collectifs et Situations de Crise



Troisième colloque international sur l'histoire des risques naturels
Les médias et la mémoire des risques naturels
Maison des Sciences de l'Homme - Alpes
Grenoble, 10 et 11 avril 2003


Nom………………………………………………
Prénom……………………………………………
Adresse…………………………………………
Tél : …………………………………………………
Fax : ………………………………………………...
E-mail : ……………………………………………..

Participera au colloque ……………………………
Propose une communication (indiquer le titre provisoire et joindre un résumé de 20 lignes au maximum) : ………………………………………………………………………
………………………………………………………………………


Suggère de contacter M. ……………………………………………








Les propositions de contribution et les résumés devront être adressés pour le 31 décembre 2002 par courrier ou e-mail à :

René FAVIER
HESOP - Maison des Sciences de l'Homme Alpes
1221 avenue centrale, Domaine Universitaire
BP 47, F-38040 GRENOBLE CEDEX 9
E-mail : rene.favier@upmf-grenoble.fr




Frais


-Droit d'inscription : 25 euros par chèque au nom de M. l'Agent Comptable de l'Université Pierre Mendès France ou bon de commande (inscription au colloque, dossier de présentation, pauses café)
-Les auteurs de communication et les étudiants sont dispensés des droits d'inscription
-Les frais de déplacement et d'hébergement des auteurs de communications seront pris en charge par les organisateurs






Lieux

  • Grenoble, France

Dates

  • mardi 31 décembre 2002

Contacts

  • René FAVIER
    courriel : rene [dot] favier [at] upmf-grenoble [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le traitement médiatique des catastrophes », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 14 novembre 2002, http://calenda.org/187592