AccueilLe législateur et la loi dans l'Antiquité grecque et romaine

Le législateur et la loi dans l'Antiquité grecque et romaine

Colloque sur le législateur et la loi dans l'Antiquité gréco-romaine organisé à l'Université de Caen

*  *  *

Publié le lundi 06 janvier 2003 par Natalie Petiteau

Résumé

Colloque organisé dans le cadre du CRHQ, en colloboration avec l'UFR d'Histoire et le Centre de Recherche sur l'Antiquité de l'Université de Caen

Annonce

Colloque organisé dans le cadre du CRHQ, en colloboration avec l'UFR d'Histoire et le Centre de Recherche sur l'Antiquité de l'Université de Caen

Le colloque s’étendra sur trois jours, du jeudi après-midi 15 mai au samedi matin 17 mai 2003. Il comprendra trois axes majeurs : l’un consacré à l’écriture et à la conception de la loi, l’autre aux conditions politiques de son application et le troisième aux figures du législateur ; si le monde grec peut apparaître comme domaine d’étude privilégié, le monde romain sera pris en compte afin de permettre des parallèles entre deux cultures proches et pourtant conscientes de leurs différences. Une ouverture vers d’autres civilisations antiques n’est pas exclue.
La cité grecque à l’époque archaïque est le lieu d’émergence de la loi au sens à la fois d’ordonnance (thesmos) et de règle (nomos). Elle est aussi le moment d’une réflexion sur les conditions de son application et sur ses limites.
Ainsi, dans les années 70, les travaux de Jean-Pierre Vernant ont souligné combien le politique grec est fondé sur une règle du partage du pouvoir comme limite aux ambitions concurrentes des maisons aristocratiques. Ils ont aussi souligné que l’isonomie ou règle de répartition du pouvoir ne peut se comprendre sans une connaissance approfondie des écoles philosophiques du temps, et en particulier des Pythagoriciens. Sur ce point, l’étude menée par Pierre Vidal-Naquet et Pierre Lévêque sur Clisthène l’Athénien, reste un modèle de réflexion historique (1973).
Si ces recherches ont établi une base théorique et des pistes de recherches, la découverte de nombreux décrets, la publication de recueils comme les Nomima : Recueil d’Inscriptions Politiques et Juridiques de l’archaïsme grec (deux volumes, EFR, 1994 et 1995) de Henri van Effenterre et de Françoise Ruzé ou encore, pour le monde romain, les Roman Statutes sous la direction de Michaël Crawford (deux volumes, Londres, 1996), conduit aujourd’hui à un retour vers la documentation. La richesse et la diversité des documents permet, en effet, d’être plus attentif à la chronologie et aux évolutions et de mieux étudier les conditions sociales et politiques de la naissance des lois. A cela s’ajoutent de nombreuses études qui, parce qu’elles sont en particulier attentives à définir le vocabulaire politique, renouvellent l’approche de la documentation.
Grâce à ces recueils, aux études épigraphiques les plus récentes, nous pouvons organiser une rencontre fructueuse entre historiens du politique, de la société et spécialistes de l’histoire du droit, pour tenter une mise au point sur la loi et les législateurs dans le monde grec et romain. Dans le monde grec, notamment, l’étude de l’œuvre et de la personnalité des législateurs a toujours été difficile en raison de la prégnance de la légende qui, très tôt, s’est constituée autour d’eux et qu’il convient aujourd’hui de mieux circonscrire.
Les champs d’application des lois sont divers. Ainsi, dans la sphère du sacré, on peut chercher à discerner dans quelle mesure la loi contribue à une tradition (nomos) permanente et commune à tous les sanctuaires (par exemple si l’interdit de la souillure revêt les mêmes formes de Dodone à Délos) ou, au contraire, s’inscrit d’abord dans la diversité du sacré conforme à la polymorphie des dieux et à la diversité des cultes. Enfin, la loi est aussi un instrument du politique. Des communications souligneront comment, de l’époque archaïque temps hellénistiques puis à l’époque impériale, s’articulent les relations entre le législateur et les pouvoirs, à travers l’image du magistrat et du prince bienfaiteur de son peuple ou restaurateur de la tradition.

A l’occasion de ce colloque, un hommage sera rendu à Françoise Ruzé, auteur de Délibération et Pouvoir dans la cité grecque de Nestor à Socrate (Publications de la Sorbonne, 1997). Par ses articles et la publication des inscriptions juridiques archaïques - en collaboration avec Henri Van Effenterre – évoquée précédemment, Françoise Ruzé a en effet profondément renouvelé notre approche et notre perception du droit grec. Les réactions des universitaires et des chercheurs à notre projet ont été unanimes et éloquentes. Nous avons été vivement encouragés à organiser cette rencontre internationale qui semble répondre à un réel besoin, comme si après les travaux sur la violence, il convenait de s’intéresser désormais à la loi, à ceux qui la créent et tentent de la faire respecter.

PROGRAMME

Jeudi 15 mai 2003 (après-midi) - Amphithéâtre Laplace

14h : Ouverture du colloque par Philippe FLEURY, Vice-Président du Conseil Scientifique et Directeur de la MRSH
14h15 : Discours inaugural de Henri VAN EFFENTERRE, professeur émérite de l’Université de Paris I.
14h30 : Introduction du colloque par Alain FOUCHARD (Université Pierre Mendès France-Grenoble II).

Penser la loi, la loi dans la pensée
Modérateur : Yves MODÉRAN, professeur d’histoire romaine à l’Université de Caen

15h : Louise-Marie L’HOMME-WERY (Université de Liège) : « Le rôle de la loi dans la pensée politique de Solon ».
15h25 : Nikos BIRGALIAS (Université de Patras) : « Nomos et Thesmos chez Hérodote et Thucydide ».

15h50 : pause

16h15 : Marcel PIERART (Université de Fribourg) : « Retour sur les Lois de Platon ».
17h40 : Jean-Marie BERTRAND (Université de Paris I) : « Rhétorique judiciaire et rétroactivité de la loi ».

17h05 : discussion


Vendredi 16 mai 2003 (matin) - Amphithéâtre Laplace

Législations, écriture et oralité
Modérateur : Geneviève HOFFMANN, professeur d’histoire grecque à l’Université de Picardie

9h00 : Dominique CHARPIN (Université de Paris I) : « Le statut des « codes de lois » des souverains babyloniens ».
9h25 : Andréas HELMIS (Université d’Athènes) : « Le degré zéro de l’écriture du droit : à propos de quelques textes législatifs fondateurs ».
9h50 : Julie VELISSAROPOULOS (Université d’Athènes) : « Codes oraux et lois écrites ».

10h15 : pause

10h40 : Michaël GAGARIN (University of Texas) : « La loi de Drakon sur l’homicide : pourquoi était-elle écrite ? »
11h05 : Giorgio CAMASSA (Université d’Udine) : « Du changement des lois en Grèce ».
11h30 : Philippe MOREAU (Université de Caen) : « Le retrait des rogationes comme mode d’amendement à la fin de la République ».

11h55 : discussion

12h30 : Déjeuner au Restaurant Universitaire A (Campus I)

Vendredi 16 mai (après-midi) – Amphithéâtre Dumont d’Urville

Le législateur, le magistrat et le prince
Modérateur : Jean-Marie BERTRAND, professeur d’histoire grecque à l’Université de Paris I.

14h15 : Françoise RUZÉ (Université de Caen) : « Lycurgue de Sparte et ses collègues ».
14h40 : Alexandre TOURRAIX (Université du Maine) : « Déiocès, législateur de modèle grec et souverain fondateur iranien ».
15h05 : Patrice BRUN (Université de Bordeaux III) : « Lycurgue d’Athènes : un nomothète ? »

15h30 : pause

15h55 : Elizabeth DENIAUX (Université de Paris X) : « Antoine et les lois ».
16h20 : Stéphane BENOIST (Université de Caen) : « Le prince, magister legum : réflexions sur la figure du législateur dans la Rome impériale ».

16h45 : discussion

Samedi 17 mai (matin) – Amphithéâtre Dumont d’Urville

La loi et l’ordre
Modérateur : Elizabeth DENIAUX, professeur d’histoire romaine à l’Université de Paris X-Nanterre

9h00 : Marie-Claire AMOURETTI (émérite, Université d’Aix-en-Provence) : « Contrats ruraux et archéologie : nouveaux regards sur l’agriculture grecque ».
9h25 : Pierre ELLINGER (Université de Reims-Champagne Ardennes) : « En marge des lois chantées : la Peste et le trouble ».
9h50 : Andreas WITTENBURG (Université de Picardie) : « Limitation de la violence et civilisation de la cité à l’époque archaïque ».

10h15 : pause

10h40 : Hélène PÉROZ (Université de Caen) : « La codification : de Rome à Bruxelles ».

11h05 : discussion

11h30 : Conclusion du colloque par Françoise RUZÉ (Université de Caen).

12h45 : Déjeuner-buffet au Musée Archéologique de Vieux-la-Romaine et visite du site

16 h : retour à Caen.





Lieux

  • Caen, France

Dates

  • jeudi 15 mai 2003

Mots-clés

  • Législateurs, législations, lois, Antiquité, histoire, droit

Contacts

  • Pierre Sineux
    courriel : PierreLSineux [at] aol [dot] com

Source de l'information

  • Pierre Sineux
    courriel : PierreLSineux [at] aol [dot] com

Pour citer cette annonce

« Le législateur et la loi dans l'Antiquité grecque et romaine », Colloque, Calenda, Publié le lundi 06 janvier 2003, http://calenda.org/187721