AccueilGuerre et sociétés contemporaines (2003)

SéminaireNon classée

Dates

Catégories

    *  *  *

    Publié le mardi 28 janvier 2003 par Natalie Petiteau

    Résumé

    Mercredi 5 février 2003 à 14 h 30 : Marie-Pierre d'Udekem d'Acoz (RUG): "Pour le Roi et la Patrie". La noblesse belge dans la Résistance. Ce séminaire donnera la parole à Marie-Pierre d'Udekem d'Acoz. Cette historienne de Gand a mené à bien au

    Annonce

    Mercredi 5 février 2003 à 14 h 30 :
    Marie-Pierre d'Udekem d'Acoz (RUG): "Pour le Roi et la Patrie". La noblesse belge dans la Résistance.


    Ce séminaire donnera la parole à Marie-Pierre d'Udekem d'Acoz. Cette historienne de Gand a mené à bien au CEGES des recherches consacrées à la noblesse belge. Elles ont, très récemment, donné lieu à la publication d'un livre intitulé Pour le Roi et la Patrie. La noblesse belge dans la résistance. Elle y analyse la place de la noblesse dans la Résistance, la valeur de la notion d'engagement et s'interroge sur les causes d'une présence aussi nombreuse. Comment ce groupe a-t-il perçu son engagement et quelles sont les valeurs qui l'ont cimenté ? Se distingue-t-il nettement des autres catégories sociales ?

    Mercredi 5 mars 2003 à 14 h 30 :
    Bénédicte Rochet CEGES): Gérer l'Etat en temps de guerre.


    Bénédicte Rochet, chercheuse au CEGES, viendra nous exposer les fruits de trois années de recherche consacrée à l'administration belge. Dans la conception traditionnelle belge, l'administration a pour tâche essentielle d'exécuter et de veiller à l'exécution des dispositions législatives et réglementaires et d'assurer en leur faveur la coercition nécessaire. En 1940, un Gouvernement et un Parlement en exil lui procurent également le pouvoir de légiférer, de réglementer, de sanctionner et cela dans des domaines d'intervention de plus en plus larges. Sous la pression de l'occupant, l'administration, ossature de l'Etat, se retrouve seule pour assurer le fonctionnement de l'Etat. Comment les agents de la fonction publique, responsables du bien-être de la société, vont-ils gérer un Etat occupé ? Dans quelle mesure, leurs attitudes et pratiques vont-elles influencer la modernisation du cadre organique de la fonction publique et la mise en place de l'organisation économique et sociale de l'après-guerre ?



    Mercredi 26 mars 2003 à 14 h 30 :
    Staf Vos (KUL): 'Een symphonie van jonge, onstuimige harten'. Muziek, moderniteit en ideologie in Vlaanderen tijdens het Interbellum.


    Nous accueillerons Staf Vos, un jeune historien de la KUL, qui nous emmènera sur un terrain jusqu'ici inexploré par nos séminaires: celui de la musique. Le débat historique sur la "musique idéale" n'est en effet pas seulement réservé aux musicologues mais est également d'un intérêt tout particulier pour l'historien. Il s'agit d'analyser les textes portant sur la musique à la lumière de considérations idéologiques et extra-musicales. Dans la Flandre de l'entre-deux-guerres, ces débats prennent une connotation toute particulière dans le cadre d'un débat où s'opposent de jeunes modernistes aux héritiers du compositeur Peter Benoît.

    Mercredi 23 avril 2003 à 14 h 30 :
    Virginie Devillez (MRBAB): Fausses continuités ou vraies ruptures ? Le Retour à l'Ordre dans les arts plastiques en Belgique.


    Virginie Devillez, docteur en histoire de l'ULB, proposera une relecture de l'histoire des arts plastiques en Belgique durant la Seconde Guerre mondiale, sujet auquel elle a consacré sa thèse de doctorat. Alors que depuis la crise des années trente, créateurs et décideurs appellent de leurs voeux une réforme de la politique culturelle avec, en toile de fond, le modèle italien, qu'en est-il de la période de guerre, celle qui exalte l'art communautaire et ethnique par excellence ? L'occupation, c'est en effet l'heure de gloire des rêves corporatistes, l'attrait du beau métier, la glorification de l'art wallon et de l'art flamand. La Libération sonne l'heure de l'épuration et se traduit aussi par la volonté de faire table rase d'un passé proche et encombrant.

    Mercredi 21 mai 2003 à 14 h 30 :
    Jolande Withuis (NIOD): Oorlogstrauma in Nederland : van ontdekking tot banalisering.


    Jolande Withuis, chercheuse au Nederlands Instituut voor Oorlogsdocumentatie, nous présentera son dernier ouvrage Erkenning - Van oorlogstrauma naar klaagkultuur. En remontant à la fin de la Seconde Guerre mondiale, elle analyse comment, dès cette époque, les psychiatres ont bel et bien perçu l'importance des dégâts psychiques de l'expérience concentrationnaire. mais cette attention est, par la suite, repassée à l'arrière-plan. Ce n'est qu'à la faveur des années 1970 que le traumatisme de guerre a réémergé, la notion de "trauma" étant aujourd'hui devenue monnaie courante. Au terme de l'évolution, on peut d'ailleurs parler d'une véritable banalisation de la notion.

    Les séminaires se déroulent au Résidence Palace, dans la salle de lecture du CEGES (Bloc E / étage 0), 155 rue de la Loi à 1040 Bruxelles (Métro Schuman, sortie 'Résidence').

    Lieux

    • Bruxelles, Belgique

    Dates

    • mercredi 05 février 2003

    Contacts

    • Chantal Kesteloot
      courriel : pubhisint [at] gmail [dot] com
    • CEGESOMA #
      courriel : cegesoma [at] cegesoma [dot] be

    Pour citer cette annonce

    « Guerre et sociétés contemporaines (2003) », Séminaire, Calenda, Publié le mardi 28 janvier 2003, http://calenda.org/187769