AccueilVilles élues, villes déchues

*  *  *

Publié le lundi 10 février 2003 par Natalie Petiteau

Résumé

Dans le cadre de la deuxième semaine de la ville TOURS – du 4 au 8 MARS 2003 Château de Tours - Logis de mars 25 Avenue André Malraux - Tours MSH " Villes et territoires " - Université de Tours, CNRS, Ville de Tours, Con

Annonce

Dans le cadre de la deuxième semaine de la ville

TOURS – du 4 au 8 MARS 2003


Château de Tours - Logis de mars
25 Avenue André Malraux - Tours


MSH " Villes et territoires " - Université de Tours, CNRS, Ville de Tours, Conseil Régional du Centre, Conseil Général d’Indre et Loire




Forum ouvert à tous
vendredi 7 mars 2003 - 15h00 à 18h00
Château de Tours - Logis de mars - 25 Av. A. Malraux

Villes élues, villes déchues

Organisé par Sylvie Aprile et Philippe Chassaigne, centre de recherche CEHVI
" Centre d’Histoire de la Ville moderne et contemporaine "

La ville ne peut être étudiée aujourd’hui sans examiner la place du pouvoir qui s’y exerce à diverses échelles et les capitales ont été et demeurent l’un des enjeux majeurs de cette relation complexe. De nombreuses villes que le hasard ou la nécessité ont faites capitale soit par délégation en période de guerre (à l’époque contemporaine notamment) ou par la volonté d’un monarque (situation qui correspond à toutes les périodes de l’histoire ) ont été marquées par cette situation dont la temporalité varie : plusieurs siècles, quelques années, quelques mois. Elues puis déchues, elles sont un moyen de percevoir des effets variés et gradués de pouvoir sur la ville. Pour la France, dans le cadre de l’histoire contemporaine, l’exemple qui vient à l’esprit est celui de Vichy, mais ce forum vise à donner sa place à d’autres capitales éphémères françaises comme le couple Paris-Versailles, les résidences royales (pour la période moderne) ; Bordeaux et Tours pour l’époque contemporaine.

Qu’en est-il des traces laissées par des logiques de production et de représentations nouvelles, par des réaménagements pensés, inachevés ou aboutis ? Comment se superposent ou s’affrontent les différentes échelles du pouvoir ?, Quelles lectures en ont fait les contemporains et quels souvenirs ou quelles occultations subsistent de cette " anormalité " dans l’histoire d’une ville ?

Cette analyse demande à être élargie au moins au monde occidental et à permettre ainsi des démarches comparatistes . Le couple Berlin/Bonn paraît une donnée tout aussi importante pour l’Allemagne, tout comme la situation italienne qui est restée longtemps indécise lors de l’unification...On peut aussi s’interroger sur l’absence même éphémère de toute bicéphalie en Grande-Bretagne.

Public visé : chercheurs et enseignants-chercheurs, étudiants


Programme

15h00 – 15h20 : Présentation par Sylvie Aprile

15h20 - 16h45: Quatre intervenants

Michel Vergé-Franceschi : Corte capitale paolienne face à Bastia capitale génoise

Hélène Harter : New York, une capitale éphémère pour la jeune nation américaine: 1785-1790

Catherine Brice : Rome, Turin, Florence : Quelle capitale pour l’Italie ?

Michèle Cointet : Vichy , capitale de l’État français...

17h00 – 18h00 : Table ronde animée par Philippe Chassaigne : Usages et pratiques mémorielles dans la ville-capitale

Lieux

  • Tours, France

Dates

  • vendredi 07 mars 2003

Mots-clés

  • capitales

Contacts

  • sylvie aprile
    courriel : sylvie [dot] aprile [at] univ-lille3 [dot] fr
  • Laura Verdelli
    courriel : laura [dot] verdelli [at] univ-tours [dot] fr
  • Nicole Rigault
    courriel :
  • Florence Dieudonné
    courriel :

URLS de référence

Source de l'information

  • sylvie aprile
    courriel : sylvie [dot] aprile [at] univ-lille3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Villes élues, villes déchues », Colloque, Calenda, Publié le lundi 10 février 2003, http://calenda.org/187814