AccueilLa vie démocratique au quotidien au 19e siècle.

La vie démocratique au quotidien au 19e siècle.

La vie démocratique au quotidien au 19e siècle.

*  *  *

Publié le lundi 17 mars 2003 par Natalie Petiteau

Résumé

La politique de la société civile: la vie démocratique au quotidien au 19e siècle. Nous sollicitons des propositions d'articles pour un numéro du Bulletin d'histoire politique (http://www.unites.uqam.ca/bhp/). Les articles devront traiter

Annonce

La politique de la société civile: la vie démocratique au quotidien au 19e siècle.


Nous sollicitons des propositions d'articles pour un numéro du Bulletin d'histoire politique (http://www.unites.uqam.ca/bhp/).


Les articles devront traiter du rôle politique du citoyen, mais dans une perspective différente de celle de l'histoire politique traditionnelle. Rappelons que l’histoire politique s'intéresse habituellement aux voies institutionelles établies, que ce soit les institutions administratives publiques, la vie parlementaire et les partis politiques. Lorsqu'elle s'intéresse plus particuliérement à la société civile, c'est généralement pour traiter des “réussites” des grands mouvements sociaux, que ce soit la reconnaissance de certains droits constitutionnels ou la mise en place de grandes politiques “progressistes.”


Ainsi, la dimension politique de la société civile en régime démocratique est rarement analysée pour elle-même... D'une part, comment rendre compte de ces mille moments où les individus s'organisent librement autour d'objectifs communs? De Alexis de Tocqueville au début du 19e siècle à Robert Putnam au tournant du 21e, se pose le problème de faire de la démocratie une pratique quotidienne, davantage qu'une distribution abstraite du pouvoir. Ces pratiques démocratiques concrètes peuvent être autant des activités éphémères, comme le boycott, la manifestation ou la pétition, que des activités associatives plus structurées. En somme, nous sollicitons des propositions d'articles qui ciblent la vie démocratique elle-même plutôt que les “objectifs” explicites de ces pratiques.


D'autre part, comment rendre compte de la « politique de la société civile » telle qu'elle se met en place au 19e siècle dans le monde occidental? L'un des paradoxes fondamentaux de la société civile est que, même si elle se définit en opposition aux institutions politiques, elle se développe en interdépendance avec l'État libéral. D'un côté, il est évident que le dynamisme de la société civile repose en grande partie sur la reconnaissance politique des libertés individuelles et, ultimement, des libertés collectives ( droit d'association, etc.) D'un autre côté, il est tout aussi évident que l'État libéral, pensé dans une fonction minimale, doit avoir recours à la société civile pour asseoir l'organisation sociale générale. Évoquons, par exemple les réseaux de charité qui se développent sous la protection bienveillante de l'État au 19e siècle. Peut-on dire, à partir de ce constat d'interdépendance, que “l'invention” de la société civile répond au problème politique du maintien de l’ordre dans une société démocratique en construction ?


La date limite pour la réception des propositions d'articles, ayant une longueur d'environ 250 mots, est le 30 avril 2003. Les articles retenus, ayant une longueur d'environ 4000 mots, seront remis le 30 septembre 2003. Conformément aux pratiques habituelles de la Revue, les articles seront soumis pour évaluation.

Dates

  • mercredi 30 avril 2003

Mots-clés

  • société civile, 19e siècle, histoire sociale, histoire politique

Contacts

  • Martin Petitclerc
    courriel : petitclerc [dot] martin [at] uqam [dot] ca
  • Steven Watt
    courriel : stevenwatt [at] roadrunner [dot] nf [dot] net

URLS de référence

Source de l'information

  • Martin Petitclerc
    courriel : petitclerc [dot] martin [at] uqam [dot] ca

Pour citer cette annonce

« La vie démocratique au quotidien au 19e siècle. », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 17 mars 2003, http://calenda.org/187919