AccueilGuerre et droit

Guerre et droit

De la guerre et du droit pendant la Révolution française : enjeux et héritages

*  *  *

Publié le lundi 31 mars 2003 par Natalie Petiteau

Résumé

Commission Internationale d’Histoire de la Révolution française (CIHRF) Lors de sa réunion pleinière tenue le 12 août 2000 sous la présidence du Professeur Michel Vovelle, à l'occasion de la tenue à Oslo du XIXe Congrès international des sc

Annonce

Commission Internationale d’Histoire de la Révolution française (CIHRF)



Lors de sa réunion pleinière tenue le 12 août 2000 sous la présidence du Professeur Michel Vovelle, à l'occasion de la tenue à Oslo du XIXe Congrès international des sciences historiques, une nouvelle direction a été élue pour animer et diriger l’activité de la Commission Internationale d'Histoire de la Révolution française: celle-ci est composée des Professeurs Tadami Chizuka (Tokyo), Allan Forrest (York), Michel Pertué (Orléans), Vice-Présidents, et de Monsieur Pascal Dupuy, Maître de conférences à l'Université de Rouen qui en sera le secrétaire et trésorier. La Présidence de la Commission a été confiée à Anna Maria Rao, professeur à l'Université de Naples.

Cette Commission est reconnue comme Commission interne du Comité international des sciences historiques (CISH) et depuis le Congrès d’Oslo en 2000 elle est reconnue comme Organisme international affilié du CISH. A ce titre, les colloques qu'elle tient tous les cinq ans à l’occasion du Congrès international, ont toujours connu d'indéniables succès; ils ont en outre offert le moyen à nombre d’historiens spécialistes de se mieux connaître et d’accueillir les jeunes historiens et chercheurs qui se montrent soucieux d'oeuvrer à leur tour dans le vaste chantier de l’histoire de la Révolution française comme événement certes, mais plus encore dans sa signification universelle.

En 2005, le XXe Congrès international des sciences historiques se tiendra à Sydney. Notre Commission s’y réunira. Dans cette perspective, un thème suffisamment large a étét défini afin de réunir le plus grand nombre de chercheurs. Vous en trouverez une présentation ci-dessous qui a valeur d’appel à contributions.

(Il est par ailleurs possible de soutenir les travaux de la Commission en versant le montant de la cotisation quinquennale habituelle au CIHRF :

Institutions, Centres de recherches, Sociétés : 77 Euros ou 77 Dollars U.S.
Membres actifs et adhérents: 30 Euros ou 30 Dollars U.S.
Etudiants, cotisations de soutien : 15 Euros ou 15 Dollars U.S.

Le règlement est à adresser par chèque, virement ou mandat postal, à l'ordre de notre Trésorier, Pascal Dupuy. La domiciliation bancaire est à présent à Rouen, au Crédit Lyonnais :
Compte N° 0000082113M – Pascal Dupuy
Adresse: Crédit Lyonnais, 48 rue Jeanne d’Arc, 76000 Rouen-France
Code Banque : 30002 Code Guichet : 08300 Clé RIB : 96
IBAN (Identifiant international du code bancaire) : FR 30 3000 2083 0000 0008 2113 M96
BIC (Identifiant international banque) : CRLYFRPP

Il est recommandé de bien spécifier les noms des personnes ou des institutions qui envoient leur cotisation.)

Notez, je vous prie, adresses et coordonnées des membres du Bureau de la Commission :
Anna Maria RAO, Via Chiaia 168 80121 Napoli ITALIE annamrao@unina.it
Tadami CHIZUKA, 5.40.2, Shimouma, Setagaya-Ku, Tokyo 154 JAPON
Alan FORREST (University of York, Heslington, York YO 15DD RU), 11 Stockton Lane, York YO31 1BP, Angleterre aif1@york.ac.uk
Michel PERTUE, 65 rue Alexis Martin, 45000 Orléans, FRANCE LABOCL.DEG@univ-orleans.fr
Pascal DUPUY, 10 rue de Fontenelle, 76000 Rouen France Pascal.Dupuy@univ-rouen.fr



Appel à contribution


On sait comment, à la fin du XVIIIe siècle, la Révolution française a marqué une étape déterminante dans l'évolution de la guerre entre états, dans la mutation des formes de la bataille, la tactique de combat et dans le mouvement de la pensée stratégique en relation avec les enjeux politiques et nationaux du temps. Mais les guerres révolutionnaires – et celles qu’on leur opposa – doivent aussi être appréciées en fonction des enjeux de forces, des choix plus ou moins subjectifs des acteurs et des débats intérieurs qui les ont précédées ou accompagnées à la suite de la proclamation par la «Révolution de France» du principe à portée universaliste du Droit des peuples à disposer d’eux-mêmes dont l’affaire d’Avignon puis la question des droits des princes allemands possessionnés en Alsace, allaient illustrer l’inévitable effet. De la Déclaration de paix au monde du 22 mai 1790 aux différentes déclarations de guerre ou entrées en guerre qui scandent la politique extérieure de la «France en révolution» et bientôt «révolutionnée» de 1792, au Traité de Lunéville et à la Paix d'Amiens, un vaste chantier de travail et de réflexions demeure soumis à l'observation pertinente des historiens.
Au travers du thème général de «Guerre et Droit», ce sont également les problèmes de ‘frontières’ et d’espaces frontaliers, des échanges de toute nature qui en marquent l’histoire vécue, les questions du poids des armées sur les populations et les économies des états belligérants, des prélèvements opérés dans les pays occupés ou alliés et soumis à contributions, les réactions, le cas échéant socialement et culturellement différentielles ou évolutives, des habitants des «Républiques sœurs» et des pays soumis, qui peuvent être abordés ou revisités.

Le thème envisagé, volontairement étendu, souhaite pouvoir réunir le plus grand nombre d’intervenants internationaux dans la mesure où il permet de marquer les spécificités en fonction des différentes aires et échelles territoriales et culturelles ou encore politiques, depuis le local jusqu'au national et au cosmopolitique, et plus encore d’aborder la question du droit des peuples et l’évolution subséquente du «droit des gens» affirmé antérieurement dans le siècle.
La politique nationale française de la décennie révolutionnaire comme celle des pays impliqués dans la guerre avec la France révolutionnaire, tout en provoquant le débat et le dialogue autour des concepts-clefs comme celui de «Grande Nation», celui d’universalité ou de souveraineté nationale (ou «populaire») ou encore celui de «légitimité historique» des souverainetés princières héritées de l’histoire, permettra à n'en pas douter de fructueux et féconds échanges entre spécialistes de l’histoire du droit et de l’histoire culturelle des relations internationales.
Nous vous invitons donc à nous proposer (Pascal.Dupuy@univ-rouen.fr et annamrao@unina.it) le titre d’une communication à notre colloque d’Organisme international affilié du CISH, suivi d’un bref résumé afin que nous puissions sélectionner les interventions proposées, répartir celles que nous auront retenues sous des axes thématiques, de manière à donner le maximum de cohérence à la rencontre projetée.

Pour la Commission,
Le secrétaire
Pascal Dupuy
Le président
Anna Maria Rao



Dates

  • mardi 30 septembre 2003

Contacts

  • Anna Maria Rao
    courriel : annamrao [at] unina [dot] it
  • Pascal Dupuy
    courriel : pascal [dot] dupuy [at] univ-rouen [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Guerre et droit », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 31 mars 2003, http://calenda.org/187959