AccueilLa géographie et le militaire

ColloqueNon classée

Dates

Catégories

    La géographie et le militaire

    Colloque organisé par Université Paris IV-Sorbonne, UFR de géographie, Société de géographie, Comité national français de géographie(Commission de géographie historique, Commission française d’histoire militaire

    *  *  *

    Publié le dimanche 06 avril 2003 par Natalie Petiteau

    Résumé

    LA GEOGRAPHIE ET LE MILITAIRE 14 JUIN 2003 Grand Amphithéâtre Institut des études hispaniques Université Paris-Sorbonne Université Paris4-Sorbonne, Grand amphithéâtre de l'Institut d'études hispaniques, 31 rue Gay Lussac 75005 Paris La g

    Annonce

    LA GEOGRAPHIE ET LE MILITAIRE
    14 JUIN 2003
    Grand Amphithéâtre
    Institut des études hispaniques
    Université Paris-Sorbonne

    Université Paris4-Sorbonne, Grand amphithéâtre de l'Institut d'études hispaniques, 31 rue Gay Lussac 75005 Paris

    La géographie participe de manière évidente à l’art militaire, et pourtant cette influence reste mal connue. Depuis les origines, elle intervient dans la manière de préparer ou de conduire la guerre. Mais la conception de l’espace dans le combat préoccupe très tardivement les hommes. Aujourd’hui encore, les géographes universitaires laissent cette approche de l’espace aux seuls militaires. La géographie dans l’art militaire n’est donc pas un objet d’étude à part entière, ni une discipline géographique reconnue.

    Depuis les premiers traités de stratégie, la dimension spatiale, toujours accompagnée de la dimension temporelle, suscite la réflexion des stratèges. En Chine, Sun Tse recommande dans L’Art de la Guerre, au Ve siècle avant J.C, de s’y intéresser. Une armée en mouvement, pense-t-il, doit tenir compte de l’influence du terrain. Aux XIXe et XXe siècles, les stratèges et stratégistes continuent de penser l’espace comme une nécessité. La géographie demeure inhérente à la guerre au même titre que le temps qui s’écoule dans le mouvement. Entre autres exemples, Karl von Clausewitz (1780-1831) évoque, dans De la guerre, que l’espace est source de force et de puissance, non seulement grâce à ses composants topographiques, climatiques, hydrographiques mais aussi par ses données humaines. Cette idée revient sous la plume des grands stratèges. La géographie appartient intrinsèquement à l’art militaire. A des niveaux différents selon les auteurs, elle forme un cadre de réflexion central dans la pensée militaire. Le rayonnement international de l’Ecole de géographie militaire française en témoigne entre 1871 et 1939. Des officiers se spécialisent dans le rapport entre la géographie et la guerre. Ils favorisent, au Service géographique de l’armée et dans les écoles militaires, l’apprentissage du terrain et de l’espace auprès des soldats.

    Aujourd’hui encore, la géographie est un composant déterminant pour préparer et conduire une opération militaire. Que ce soit en Bosnie ou au Kosovo, l’information relative au terrain ou aux populations locales se révèle décisive pour les militaires français. La géographie à l’usage des militaires est donc un savoir qui revêt une dimension appliquée. Elle s’appuie de plus en plus sur l’emploi des nouvelles technologies (images satellites, outils informatiques) tout en préservant un héritage théorique et riche d’expériences. Quelle est la géographie du militaire et quelle est son application concrète dans les conflits passés, contemporains et à venir ?


    Cette journée d’étude, organisée par Philippe Boulanger, maître de conférences en géographie à l’Université Paris IV-Sorbonne, se propose de faire un état des connaissances sur le rapport entre la géographie et le militaire. Elle abordera deux thèmes distincts :

    1. La pensée géographique du militaire : les méthodes d’apprentissage et l’enseignement de la géographie dans le milieu militaire, l’apport des outils cartographiques et informatiques à la connaissance géographique, la pensée géographique militaire dans son ensemble.


    2. L’application de la géographie sur les théâtres d’opérations : l’exploitation et l’aménagement du terrain dans la tactique, la pratique de l’espace dans la stratégie.




    Samedi 9h00-12h40 : LES HERITAGES

    9h00-9h15 : Accueil.

    9h15-9h30 : Ouverture de la journée d’étude.


    1) Les savoirs géographiques du militaire

    9h30-9h50 : Marie-Anne de Villèle (Conservateur en chef au Service historique de l’armée de terre) : La naissance d’un corps de doctrine de géographie militaire sous la Restauration (1815-1830).

    9h50-10h10 : Alan Baker (Professeur à Emmanuel College Cambridge): Des aspects géographiques des sociétés de préparation militaire 1870-1914.

    10h10-10h30 : Philippe Boulanger (Maître de conférences à l’Université de Paris-Sorbonne) : L’essor de la géographie militaire française (1871-1939).

    10h30-10h50 : Samy Bouazzaoui (Chercheur à l’Université de Jérusalem) : Henri Poisson de la Martinière, explorateur-géographe-diplomate au Maroc (1884).

    10h50-11h00 : Discussion.

    11h00-11h10 : Pause.


    2) Les milieux géographiques et le militaire

    11h10-11h30 : Jean-François Pernot (Maître de conférences au Collège de France) : Valorisation et organisation de l’espace, terrains et défenses permanentes.

    11h30-11h50 : Pierre Pagney (Professeur honoraire à l’Université de Paris-Sorbonne) : Le froid, la neige, la bataille et la guerre.

    11h50-12h10 : Jean-Paul Amat (Professeur à l’Université de Paris-Sorbonne) : Perception, aménagement et gestion de l’espace frontalier du Nord-Est de la France dans la « période de transition » post-guerre et pré-guerre (1870-1914).

    12h10-12h30 : Nicolas Todorov (Doctorant à l’Université de Panthéon-Sorbonne) : Vaincre la mer par la terre (à partir des projets de débarquement aux Iles Britanniques conçus par Napoléon).

    12h30-12h40 : Discussion.



    Samedi 14h30-18h00 : LES CONCEPTIONS ET LES PRATIQUES ACTUELLES

    3) Les conceptions géographiques et le militaire


    14h30-14h50 : Hervé Coutau-Bégarie (Directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études) : Géopolitique, géoéconomie, géostratégie... de l’inflation des géosciences.

    14h50-15h10 : Etienne Auphan (Professeur à l’Université de Paris-Sorbonne) : Le fait militaire, acteur ou objet de la géographie ?

    15h10-15h30 : André Vigarié (Professeur à l’Université de Nantes) : Géographie maritime et géostratégie des océans.

    15h30-15h50 : Gérard-François Dumont (Professeur à l’Université de Paris-Sorbonne) : Les effets géographiques de la restructuration des armées en France.

    15h50-16h00 : Discussion.

    16h00-16h10 : Pause.


    4) Les pratiques géographiques et le militaire en opérations

    16h10-16h30 : Colonel Danny Laude-Bazin (Chef de corps du 28e Groupe géographique)° : Les géographes du 28e Groupe géographique en opérations.

    16h30-16h50 : Jean-Louis Dufour (Consultant militaire et stratégique): Guerre et terrain urbain.

    16h50-17h10 : Capitaine de Corvette Philippe Brillet (Etat-major de la Marine) : Marine et géographie : de la terre vers la mer.

    17h10-17h30 : Colonel Jean-Armel Hubault (Chef du Bureau géographique interarmées) : L’information géographique et sa place dans la nouvelle donne stratégique.

    17h30-17h50 : Jean-Dominique Merchet (Spécialiste des questions militaires à Libération) : Le regard du candide.

    17h50-18h00 : Discussion et clôture de la journée d’étude.

    Lieux

    • Paris, France

    Dates

    • samedi 14 juin 2003

    Mots-clés

    • Géographie, Géographie militaire, Histoire de la géographie, géostratégie, géopolitique

    Contacts

    • Philippe Boulanger
      courriel : Philippe [dot] boulanger [at] univ-paris8 [dot] fr

    Source de l'information

    • Philippe Boulanger
      courriel : Philippe [dot] boulanger [at] univ-paris8 [dot] fr

    Pour citer cette annonce

    « La géographie et le militaire », Colloque, Calenda, Publié le dimanche 06 avril 2003, http://calenda.org/187989