AccueilSport et genre. XIXe-XXe siècles

Sport et genre. XIXe-XXe siècles

11ème carrefour d'histoire du sport organisé par le centre de Recherche et d'Innovation sur le Sport de l'Université Lyon 1

*  *  *

Publié le mardi 13 mai 2003 par Natalie Petiteau

Résumé

11ème carrefour d’histoire du sport Appel à communication Sport et genre XIXe-XXe siècles Centre de Recherche et d’Innovation sur le Sport Lyon, 28-30 octobre 2004 Comité scientifique : Pierre Arnaud, Christine B

Annonce

11ème carrefour d’histoire du sport

Appel à communication

Sport et genre
XIXe-XXe siècles

Centre de Recherche et d’Innovation sur le Sport

Lyon, 28-30 octobre 2004


Comité scientifique : Pierre Arnaud, Christine Bard, Philippe Liotard, Yves Lequin, Catherine Louveau Michelle Perrot, Patrick Porte, André Rauch, Florence Rochefort, Rebbeca Rogers, Jean-Philippe Saint-Martin, Anne-Marie Sohn, Thierry Terret (coord.), Françoise Thébaud, Georges Vigarello, Michelle Zancarini-Fournel

Comité d’organisation : Pierre Arnaud, Natalia Bazoge, Pascal Charroin, Frédéric Dutheil, Tony Froissart, Timothée Jobert, Marianne Grégoire, Pierre Gros, Elisabeth Lê-Germain, Philippe Liotard, Céclie Ottogali, Laurence Poncet-Prudhomme, Alex Poyer, Anne Roger, Nathalie Rosol, Jean-Philippe Saint-Martin, Pierre-Olaf Schut, Thierry Terret, Guilhem Vézier, Sylvain Villaret

Programme scientifique

En 1994, le Centre de Recherche et d’Innovation sur le Sport prenait l’initiative d’organiser des journées internationales sur l’histoire du sport féminin. En accueillant dix ans plus tard le 11ème carrefour d’histoire du sport sur le thème des relations entre sport et genre, le CRIS souhaite à la fois prendre acte de la transformation et de l’extension des regards sur la question, faire le point sur les travaux en cours et impulser éventuellement de nouvelles orientations historiographiques.
En dix ans, le chemin parcouru est en effet sensible. Là où il s’agissait surtout de redonner aux femmes une visibilité dans une histoire du sport qui les avait passablement négligées, voire d’aborder la question des relations entre les sexes à travers la domination que les hommes ont historiquement imposée aux femmes, les analyses tendent à investir désormais de nouvelles voies. D’une part, l’histoire du sport féminin ne se limite plus à celle de ses institutions ou à celle de ses discours, mais s’enrichit d’une réflexion sur les pratiques, les valeurs et les représentations. D’autre part, abandonnant momentanément « la femme », les travaux actuels portent sur la construction sociale « des féminités », remettant en question à la fois l’unicité des modèles et leur biocentrisme. Plus récemment encore, les historien/nes du sport ont commencé à intégrer la question des masculinités dans leurs perspectives, bien que beaucoup reste encore à faire en ce domaine : du modèle « hégémonique » de masculinité jusqu’au sport gay, les pistes à investir sont ici nombreuses. Des perspectives se dégagent également quant au rôle des pratiques et du spectacle sportif dans la remise en cause des rapports traditionnels entre les sexes. Dès lors, les relations de domination entre hommes et femmes ne constituent plus le seul mode d’interprétation du genre. L’histoire des femmes n’est plus seulement appréhendée comme celle de leur marginalisation. Leurs luttes, leurs résistances, leurs conflits internes, leur formes d’excellence deviennent objets de recherches, de même que l’histoire des masculinités en sport ne se réduit pas à l’affirmation des symboles de la virilité.
Le programme retenu pour ce 11ème carrefour porte sur l’histoire des relations entre le sport et le genre et se veut le plus intégrateur possible. Le sport doit être pris dans son sens le plus large comme l’ensemble des pratiques d’exercices corporels incluant à la fois les formes compétitives, les pratiques récréatives et le loisir, les jeux traditionnels, la gymnastique, la danse et l’éducation physique. Le genre devra être compris à la fois comme les formes d’expressions sociales de la féminité et de la masculinité, et l’ensemble des signes, pratiques et symboles qui dénotent une appartenance identitaire et fondent un type de relation (pouvoir, hiérarchie…) entre les sexes ou au sein de chacun des sexes. Les communications, qui pourront développer des études de cas comme des approches plus générales, s’inscriront dans les axes suivants :

1. Genre, corps et entretien de soi
Dès le 19ème siècle se multiplient des pratiques privées, souvent commerciales, où le corps devient l’objet d’une construction et d’une mise en scène originales. De la gymnastique de chambre à l’aérobic, du culturisme au body-building, une multiplication de modèles invite, depuis, hommes et femmes à modifier apparences corporelles et perception de soi, quitte à transgresser éventuellement les codes de genre.

2. Sport, genre et institutions éducatives
Qu’elles reposent sur la mixité ou sur la division des sexes, les pratiques corporelles à l’école et, plus largement, dans les mouvements d’éducation, contribuent manifestement à l’apprentissage des rôles masculins et féminins : sous quelles formes et dans quelles limites ces processus se sont-ils développés ?

3. Femmes, conquête sportive et résistances
La progressive conquête institutionnelle du sport par les femmes commence à être aujourd’hui mieux connue. Mais au sein même des structures associatives ou fédérales, qu’elles soient ouvertes ou non aux deux sexes, comment le sport véhicule-t-il, conforte-t-il ou remet-il en cause les modèles traditionnels de féminité (voire de masculinité) ; comment s’opère l’apprentissage des stéréotypes et dans quelle mesure les traditions médicales, politiques, culturelles ou encore religieuses interviennent-elles dans ce processus ?

4. Pionnières, championnes et excellence sportive
Dans le domaine institutionnel ou sur les terrains, des femmes d’excellence ont su s’imposer par leur talent et leurs initiatives. En France comme à l’étranger, de Alice Milliat à Suzanne Lenglen ou Jeannie Longo, comment ces figures d’exception s’inscrivent-elles dans l’histoire ?

5. Les symboles du genre : costume, techniques, attitudes
Le sport est un milieu particulier où la quête de la performance pourrait gommer les manifestations extérieures du genre : comment historiquement l’athlète renvoie-t-il/elle une image conforme à son identité sexuelle ou, au contraire, donnant à lire un corps émancipé ou transgressif ?

6. Sport et masculinités
6-1. Sport et « masculinité hégémonique » : ce concept (Connel 1987) définit la forme la plus dominante de masculinité (agressive, virile, hétérosexuelle, hiérarchisante…) par rapport à la féminité et aux autres formes de masculinité. Il se retrouve largement incarné par le comportement de certains champions, voire par certaines pratiques (rugby, boxe…). Quelles en sont les expressions et comment le sport a-t-il historiquement promu puis véhiculé un tel modèle ?

6-2. Sport et modèles de masculinité : les masculinités sont multiples et sans cesse redéfinies, créant alors d’éventuels conflits ou incompréhensions, de même que des lieux et des institutions où chacune d’entre elles peut s’épanouir. Dans quelle mesure le sport fournit-il de tels espaces ?

7. Genre, sport, médias, art et littérature
Les discours journalistiques, les productions artistiques et littéraires sur le sport, les rencontres ou les athlètes rendent compte et produisent simultanément des effets de genre. Avec quelles spécificités, quelles formes et quels effets ?

8. Sport, homosexualité, homosocialité et homophobie
8-1. Le sport est un lieu paradoxal où les formes traditionnelles des rapports de genre sont l’objet de remises en cause : en quête de reconnaissance ou de visibilité, des clubs, des fédérations et des manifestations sportives (Gay & Lesbian Games) affichent ainsi ostensiblement les affinités homosexuelles de leurs membres : l’histoire de ces mouvements est en France encore à faire.
8-2. Les convictions sur les identités de genre sont aussi ébranlées par la connaissance des pratiques de dopage et des recherches sur l’appartenance sexuelle des athlètes, de même que plus généralement par le transsexualisme : dans quelles conditions et avec quelles perceptions ?
8-3 L’histoire du sport est enfin riche de réactions antiféministe ou homophobe qu’il convient de repérer et d’analyser.

9. Sport, sexe et érotisme
Le sport possède une charge érotique et une dimension sexuelle plus ou moins mise en évidence selon les moments et, inversement, le thème sportif devient très tôt un élément des scénarios érotiques, qu’il s’agisse de la littérature ou de la production pornographique. Peut-on en analyser les caractéristiques et les transformations ? D’autre part, en quoi l’imaginaire même de la performance participe-t-il à la construction de la masculinité ?

10. Modèles étrangers et comparaisons internationales
La construction des genres ne se réalise pas de la même manière selon les contextes nationaux, ce qui n’interdit pas, bien sûr, que soient à l’œuvre des processus d’influence entre nations. Comment le sport contribue-t-il à l’émergence ou à la consolidation des genres à l’étranger, et quels en sont éventuellement les conséquences sur la France ?
Informations générales

Principes d’organisation des carrefours d’histoire du sport

1. Les carrefours d’histoire du sport sont organisés tous les deux ans dans une ville universitaire différente. Les dates choisies se situent pendant les congés de la Toussaint.
2. Les objectifs sont de provoquer une accélération des recherches dans un domaine et de permettre à de jeunes chercheurs et étudiants de présenter leurs travaux devant leurs pairs.
3. Il est fait appel à candidature à la fin de chaque carrefour pour l’organisation des rencontres suivantes.
4. Les organisateurs ont toute liberté pour définir le thème scientifique du carrefour d’histoire du sport, s’entourer de collaborations, diffuser les informations, trouver des subventions, constituer un comité scientifique, etc.
5. Les organisateurs assument l’intégralité des bénéfices ou des déficits liés à l’organisation. Ils fixent le montant des droits d’inscription.
6. Les actes de chaque carrefour d’histoire du sport sont publiés dans la collection « Espaces et Temps du sport » aux éditions L’Harmattan dans les délais les plus brefs.

Les précédents carrefours d’histoire du sport

- « Sport et jeux dans l’histoire » dans le cadre du CTHS : Chambéry, 1991 ; Clermont-Ferrand, 1992 ; Pau, 1993 ; Amiens, 1994 ; Aix-en-Provence, 1995.
- « Le sport et la ville », 6ème carrefour, Besançon, 1996.
- « Le dirigeant, le sportif, l’entraîneur », 7ème carrefour, Montpellier, 1997.
- « Sport et identité », 8ème carrefour, Bordeaux, 1998.
- « Le sport et les Français pendant l’Occupation », 9ème carrefour, Lyon, 2000.
- « Sport, éducation physique et mouvement affinitaire », 10ème carrefour, Cergy-Pontoise, 2002.

Date et lieu du 11ème carrefour d’histoire du sport : le congrès se déroulera du 28 au 30 octobre 2004 dans les locaux de l’UFR STAPS, Université Claude-Bernard Lyon 1, 27-29 Bd du 11 novembre 1918, 69622 Villeurbanne cedex.

Instructions pour les résumés
Les résumés seront nécessairement envoyés avant le 1er février 2004 par email en fichier attaché et en indiquant la section retenue à terret@univ-lyon1.fr
Ils doivent être tapés en Times 10, interligne simple, et présenter 300 mots ± 10%.
Le titre sera placé en haut, centré et en gras. Le nom des auteurs et leurs institutions apparaîtront à droite sous le titre, après avoir passé une ligne.

Langue : Les propositions en français et en anglais sont acceptées.

Communications : Les communications des intervenants sont de vingt minutes suivies de dix minutes de questions. Les conférences invitées sont de quarante minutes.

Hébergement : Une liste d’hôtels sera adressée aux participants à réception de l’inscription.

Actes : Les consignes pour la rédaction des textes définitifs seront envoyées à réception de l’inscription. Les textes retenus par le comité scientifique seront publiés fin 2005 aux éditions L’Harmattan.

Calendrier
Envoi des résumés : 1er février 2004
Retour des expertises : 1er avril 2004
Inscription et règlement : 1er juin 2004
Envoi du programme aux participants :
1er septembre 2004
Déroulement du congrès : 28 au 30 octobre 2004
Envoi des textes définitifs : 1er décembre 2004
Navette expertise : 1er décembre 2004 – 1er mars 2005
Publication des actes : septembre 2005


Pour plus de renseignements : Thierry Terret, CRIS, Université Lyon 1, 27-29 Boulevard du 11 novembre 1918, 69622 Villeurbanne cedex, France. E-Mail : terret@univ-lyon1.fr


Fiche d’inscription (intervenants et accompagnateurs)
à retourner avec votre règlement pour le 1er juin 2004 à :

Thierry Terret, Carrefour d’histoire du sport, CRIS, UFR STAPS, Université Lyon 1,
27-29 Bd du 11 novembre 1918, 69622 Villeurbanne cedex

Lieux

  • Lyon, France

Dates

  • dimanche 01 février 2004

Mots-clés

  • Sport, genre, histoire

Contacts

  • Thierry Terret
    courriel : terret [at] univ-lyon1 [dot] fr

Source de l'information

  • Thierry Terret
    courriel : terret [at] univ-lyon1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Sport et genre. XIXe-XXe siècles », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 13 mai 2003, http://calenda.org/188102