AccueilParaître et apparences dans l’histoire

Paraître et apparences dans l’histoire

(Europe du Nord-Ouest v. 1400- v. 1970)

*  *  *

Publié le lundi 23 juin 2003 par Natalie Petiteau

Résumé

Journées d’étude Paraître et apparences dans l’histoire (Europe du Nord-Ouest v. 1400- v. 1970) Le paraître et les apparences sont désormais des objets d’histoire à part entière. L’apparence d’un individu définit son identité sexuelle

Annonce

Journées d’étude

Paraître et apparences dans l’histoire
(Europe du Nord-Ouest v. 1400- v. 1970)


Le paraître et les apparences sont désormais des objets d’histoire à part entière. L’apparence d’un individu définit son identité sexuelle, son appartenance à un groupe social et sa place dans la hiérarchie des fortunes et des rangs, ainsi que sa fonction. Cette apparence est à la fois corporelle et matérielle. Elle se manifeste par la tenue du corps, par ses gestes ou son hygiène, comme par les parures de celui-ci : vêture et accessoires, coiffure, parure cosmétique, odeurs et parfums ou bijoux…. Mais le paraître ne se réduit pas à l’apparence corporelle d’un individu. Il se met aussi en scène dans un cadre matériel allant du type d’habitat en passant par le mobilier ou encore la consommation alimentaire.

Des journées d’étude sur cette thématique permettraient d’essayer d’appréhender le paraître comme un ensemble, alors que jusqu’à présent, les travaux s’effectuent plutôt sur une de ses formes. Le vêtement, par exemple, est depuis une trentaine d’années en France, objet d’enquêtes menées par F. Piponnier et O. Blanc pour le Moyen Age, par D. Roche et N. Pellegrin pour le XVIIIe s., ou encore par Ph. Perrot pour le XIXe s. On y aborde la description des systèmes de parure vestimentaire d’une époque comme l’économie des apparences (production et consommation vestimentaires). Les tables-rondes seraient l’occasion de réintégrer le vêtement et chaque élément définissant l’apparence dans une conception plus générale du paraître, les différents champs de recherche pouvant s’enrichir ainsi mutuellement.

L’Europe du Nord-Ouest de 1400 à 1970 est retenue comme cadre géographique et temporel afin de déterminer si il s’y développe un sens du paraître et des apparences particulier dans l’histoire. Aussi, la comparaison avec l’Europe méditerranéenne et orientale ainsi que le continent américain ou asiatique, doit-elle être prise en compte.

Objectif des journées d’étude

Le but de ces journées d’étude est de créer une dynamique de recherche qui mettrait en contact des chercheurs travaillant sur ces problématiques et qui, par le jeu des échanges, stimulerait leurs réflexions. Aussi, afin d’enrichir la réflexion la participation et les commentaires de spécialistes d’autres sciences humaines, comme l’anthropologie et la sociologie par exemple, permettraient sans doute de fertiliser les différents champs de recherche.

Thématiques des journées d’étude

1. Les sources du paraître et des apparences (24 septembre 2004- Maison de la Recherche - Université de Lille 3 – salle 008)

S’interroger sur une question aussi complexe que le paraître et les apparences mériterait que soient faites, d’une part, des mises au point sur les sources à notre disposition, très inégales selon les périodes étudiées. Certaines sources sont particulièrement connues et utilisées, comme les inventaires de garde-robes, les inventaires après décès ou encore les lois somptuaires.
L’iconographie est souvent utilisée mais encore insuffisamment exploitée en tant que telle comme une source du paraître pour certaines périodes historiques.
Des sources mériteraient d’être plus explorées, comme, par exemple les ouvrages anciens de cosmétologie ou de coiffure. Certaines sources nécessiteraient d’être, si l’on peut dire, « inventées », comme par exemple les catalogues de vente par correspondance.

D’autre part, il s’agirait, dans le cadre de cette thématique, d’envisager le rôle qu’ont pu jouer, dans la diffusion du paraître et des apparences, quelques sources particulières comme les portraits, les journaux de modes ou les catalogues cités ci-dessus, auxquels on pourrait peut-être ajouter le cinéma ou la publicité. Ces derniers ont largement contribué à la diffusion des modes vestimentaires ou à la construction du goût pour des cadres de vie (mobilier par exemple) particuliers à l’époque contemporaine.

2. Signes et codes du paraître (2005)

Il s’agirait ici d’envisager les signes et les codes du paraître et des apparences dans leurs différents domaines d’application pour les sociétés anciennes : parures du corps, tenue du corps et ‘manières’ corporelles, cadre matériel de vie, etc. Les travaux en certains de ces domaines ou pour certaines périodes historiques sont particulièrement avancés (par exemple, le vêtement aux XVIIIe et XIXe s., l’hygiène au XIXe s. …). Mais d’autres sont en chantier ou mériteraient d’être ouverts.
Il s’agirait encore d’étudier la définition des apparences et sa construction historique pour certains groupes sociaux : du haut en bas d’une hiérarchie sociale, hommes et femmes, clergé, militaires, monde ouvrier…Une codification du paraître, qui peut être mouvante, se fait jour, s’appliquant aux groupes sociaux ci-dessus, mais aussi à des groupes régionaux ou nationaux. On pourrait par ailleurs ouvrir la problématique vers des chantiers moins familiers, comme par exemple celui de l’apparence des morts.

3. Transgressions des signes et codes du paraître (2005).

Enfin, parallèlement à la définition de signes ou de codes, ce qui pourrait être particulièrement mis en valeur par cette table-ronde est la question de leurs transgressions qui peuvent être réelles ou imaginaires : quels critères les définissent (mascarades, travestissements, caractères dits monstrueux ...), comment elles s’effectuent et comment le brouillage des apparences est perçu par les sociétés. Cette question a commencé à donner lieu à des publications. Le travestissement, par exemple a été l’objet d’une étude par S. Steinberg (2001) pour l’époque moderne et attire de nombreux chercheurs anglo-saxons. La notion de transgression ou de brouillage des apparences peut cependant être appliquée à d’autres champs tels que la diffusion verticale des modes vestimentaires ou la diffusion de modèles d’intérieurs ou d’équipement ménagers, accentuée par le développement de la « société de consommation ».

4. Morales du paraître (2006)

Le paraître n’est pas seulement ce que l’on veut montrer, il est aussi ce que les autres perçoivent ou veulent bien percevoir. Le paraître et les apparences sont l’objet de discours vilipendant leurs excès, leur vanité et l’importance que leur donne – disent-ils – de plus en plus la société. On les retrouve par exemple chez les théologiens et les moralistes, dans les controverses sur le luxe et la mode, dans les satires et caricatures (littéraires ou iconographiques) ou encore dans la législation somptuaire.
Il s’agit de voir aussi comment ces morales du paraître ont été reçues de leur temps. Il pourrait aussi être envisagé d’étudier l’apparition des notions de « bon » et « mauvais » goût, ou notions équivalentes. Celles-ci recoupent les thématiques de la codification et des transgressions, ainsi que celle des morales et de l’éducation du paraître.

5. L’éducation du paraître (2006)

Pour terminer, il me semble utile de réfléchir à la transmission des apparences en insistant particulièrement sur l’éducation au paraître. Celle-ci ne concerne d’ailleurs pas uniquement les seules élites sociales.
L’éducation du paraître passe par différents vecteurs dont l’objectif est affiché (magasines féminins, manuels de civilité et livres de bonnes manières) ou beaucoup moins (les catalogues…). On peut aussi se demander quelle part les différents systèmes éducatifs ont accordée à la question du paraître et des apparences et ce à quoi ils se sont attachés (hygiène de l’apparence, discipline de la gestuelle, par exemple).


Modalités d’organisation

1. Le programme de travail est prévu sur trois ans, au rythme d’une à deux journées d’étude par an : une en 2004, deux en 2005 et deux en 2006.

2. Le temps de parole par communicant est de 30 minutes, au rythme de trois communications par demi-journée, suivies d’une discussion générale d’une heure afin qu’il puisse y avoir suffisamment d’échanges entre les participants communicants ou auditeurs. Car le but recherché, encore une fois, est autant de diffuser des informations sur les recherches en cours que de permettre les échanges entre chercheurs.

3. Afin de faciliter l’organisation de ces journées d’étude une pré-inscription est demandée, à travers le formulaire ci-dessous. Cela permettra, en fonction des propositions qui arriveront, de tenter de donner, autant que possible par journée, une cohérence interne et un équilibre entre périodes historiques et spécialités de recherche.

Organisateurs : Bertrand Schnerb (Histoire médiévale), Isabelle Paresys (Histoire moderne) et
Marc de Ferrière (Histoire contemporaine) - C.R.H.E.N.-O., université de Lille 3

Coordination : Martine Aubry (aubry@univ-lille3.fr) et Isabelle Paresys (paresys@univ-lille3.fr)
Centre de Recherche sur l’histoire de l’Europe du Nord-Ouest (C.R.H.E.N.-O.)
Journées d’étude « Paraître et apparences »
Université de Lille 3- Charles-de-Gaule
BP 149
59 653 Villeneuve d’Ascq

Journées d’étude

« Paraître et apparences dans l’histoire
(Europe du Nord-Ouest v. 1400- v. 1960) »

Formulaire de pré-inscription



NOM, Prénom :

Université/Centre de recherche :

Adresse :

Adresse e-mail : Téléphone :


Cocher la ou les journée(s) d’étude qui vous intéresse(nt).

q Les sources du paraître et des apparences (24 septembre 2004- Maison de la Recherche- Université de Lille 3 – salle 008)

q Signes et codes du paraître (2005)

q Transgressions des signes et codes du paraître (2005).

q Morales du paraître (2006)

q L’éducation du paraître (2006)



Proposition de communication



Résumé de la communication proposée (20 lignes ; à joindre en annexe)


À renvoyer à :
Martine Aubry (aubry@univ-lille3.fr) ou Isabelle Paresys (paresys@univ-lille3.fr)
Ou par courrier au
Centre de Recherche sur l’histoire de l’Europe du Nord-Ouest (C.R.H.E.N.-O.)
Journées d’étude « Paraître et apparences »
Université de Lille 3- Charles-de-Gaule
BP 149
59 653 Villeneuve d’Ascq

Lieux

  • Lille, France

Dates

  • dimanche 14 décembre 2003

Contacts

  • Isabelle Paresys
    courriel : paresys [at] univ-lille3 [dot] fr

Source de l'information

  • Benoît Beyer de Ryke
    courriel : benoit [dot] beyer [at] ulb [dot] ac [dot] be

Pour citer cette annonce

« Paraître et apparences dans l’histoire », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 23 juin 2003, http://calenda.org/188179