AccueilLa "proximité" dans le champ politique

La "proximité" dans le champ politique

usages, rhétoriques, pratiques

*  *  *

Publié le lundi 18 août 2003 par Marin Dacos

Résumé

Journées d'études : “La "proximité" dans le champ politique: usages, rhétoriques, pratiques ” 18-19 septembre 2003 Université Lille 2 Journées organisées par le CERAPS (Lille 2) et le CRAPE (Rennes) et coordonnées par Christian Le Bart et Rémi Lefebv

Annonce

Journées d'études : “La "proximité" dans le champ politique: usages, rhétoriques, pratiques ”
18-19 septembre 2003 Université Lille 2

Journées organisées par le CERAPS (Lille 2) et le CRAPE (Rennes) et coordonnées par Christian Le Bart et Rémi Lefebvre (maîtres de conférence en science politique)



Le constat au principe de ces journées d'études est le suivant : le terme de proximité fait l'objet d'un véritable fétichisme dans le champ politique. Son usage inflationniste ne peut que frapper. La proximité, invoquée, martelée et déclinée sur tous les modes par des acteurs politiques très divers, est devenue un mot magique sans cesse mis en avant. La locution "de proximité" donne lieu à une véritable prolifération d'usages : démocratie de proximité (objet d'une loi récente), élus de proximité, police de proximité, justice de proximité, communication de proximité... Ce nouveau mot totem est ainsi devenu un incontournable dans le lexique et le répertoire politique. Autour de cette notion aussi prégnante que sémantiquement indéterminée semblent se cristalliser de nouvelles représentations de la légitimité politique. Le mouvement affecte autant le discours du personnel politique que les dispositifs d‚action publique. C'est par la proximité érigée en impératif catégorique que les liens sociaux et politiques sont appelés à être refondés, que la démocratie représentative est invitée à se ressourcer. C'est aussi par elle que l'action publique doit renouveler sa raison d'être et que les processus de décision et de traitement des problèmes doivent être modifiés en profondeur.

Le succès social et politique de la proximité est à la mesure de ses ambiguïtés. Il est permis d'ailleurs de douter de la consistance de cet objet. La tentation est grande en effet de ne voir dans cette topique qu'un nouveau lieu commun politique, un épiphénomène social ou un simple artefact journalistique (la génération terrain dont la presse fit un enseignement du scrutin municipal de 2001) ou communicationnel (les formules de Jean-Pierre Raffarin). On est confronté à un objet à la fois prégnant et fuyant, dont les prescriptions sont fortes mais le contenu diffus. La notion de proximité est en elle-même d'ailleurs éminemment relative. Analyser la proximité c'est forcément s'attacher à la construction sociale de la distance. Ce référent constitue par ailleurs un cadre normatif des processus d‚action publique mais ne constitue pas sans doute un référentiel en ce qu‚il n'est pas le résultat univoque d'un processus de production de connaissances et de normes. Il résulte d'un travail social d'accréditation éclaté et flou dont il est difficile de rendre compte tant il est multiforme. Le risque est grand enfin de surévaluer la nouveauté de ce discours. Or la rhétorique de la proximité est ancienne, elle constitue l'idéologie professionnelle traditionnelle des élus locaux et des maires en particulier. De manière plus générale, les travaux théoriques sur la représentation politique ont démontré que la proximité est inhérente au principe même de légitimation du lien représentatif.

Mais, en dépit de ces réserves, notre parti-pris est ici de prendre au sérieux cette rhétorique de la proximité et de la prendre aux mots autour d'une hypothèseque l'on voudrait étayer : le fétichisme de la proximité témoigne d'une mutation des représentations de la légitimité politique et d'un basculement des hiérarchies symboliques. Conformément à un modèle longtemps dominant, la modernisation politique impliquait un procès de dépersonnalisation des relations politiques et d'éradication des relations clientélaires de dépendance personnelle. Se parer de la modernité politique ce fut longtemps, comme aux temps fondateurs de la Cinquième République promouvoir les logiques de la planification (la légitimité d'en haut et du temps long) et s'attaquer aux féodalités locales qui faisaient écran à l'intérêt général. Moderniser la vie politique c'est au contraire aujourd'hui, pour ses thuriféraires, apporter des réponses "en temps réel" aux problèmes "là où ils se posent" et multiplier les relations individualisées et les contacts entre représentants et représentés, entre institutions et citoyens.

L'objectif de ces journées est de croiser les regards (ceux des spécialistes du discours politique, du métier politique, des politiques publiques, des médias), de multiplier les focales d'analyse et de diversifier les terrains de recherche. La question de la proximité doit être à notre sens appréhendée à la fois sous l'angle de la rhétorique (quels sont les constituants de cette topique de la proximité ? quels acteurs la constituent en saillance discursive ? à quels fins ? quel univers de sens la "proximité" contribue-elle à objectiver?) et au prisme des pratiques (analyse concrète des pratiques relevant de ce que les élus labellisent comme "proximité", mise en œuvre opérationnelle de cette catégorie dans les processus d'action publique·).

PROGRAMME

18 septembre, 9 heures 30

Introduction : Christian Le Bart et Rémi Lefebvre

Première demi-journée : Mise en perspective historique et théorique (sous la présidence de Frédéric Sawicki, professeur de science politique, Lille 2)

* Pierre Rosanvallon, professeur au Collège de France (sous réserves), Proximité et représentation politique

* Philippe Genestier, chargé de recherche à l'Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, directeur du laboratoire Théorie des Mutations Urbaines, Quand les instances de proximité deviennent les figures de salut

* Eric Doidy, ATER en science politique, chercheur à l'EHES, Les régimes de la proximité

* Nicolas Mariot, chercheur au CNRS, L'appel de la province : les voyages présidentiels ou le culte de la proximité

* Patrick Le Lidec, docteur en science politique, Paris I, La proximité, idéologie professionnelle des maires (à travers l'histoire de l'Association des Maires de France)

12 heures 30 : repas

14 heures : Deuxième demi-journée : Proximité et espace public local (sous la présidence de Loïc Blondiaux, professeur de science politique, IEP de Lille)

* François Rangeon, professeur de science politique, Amiens, Peut-on parler d'un "intérêt général local"?

* Rémi Lefebvre, maître de conférences en science politique, Lille 2, La proximité à distance, les interactions élus locaux-citoyens

* Marion Paoletti, maître de conférences en science politique, Bordeaux-Montesquieu, Proximité et féminisation de la vie politique locale

* Magali Nonjon, ATER en science politique, Lille 2, Ressorts et usages de la proximité dans les dispositifs participatifs



19 septembre, 9 heures 30

Troisième demi-journée : L'action publique de proximité (sous la présidence de Pierre Muller, directeur de recherches au CNRS)

* Tanguy le Goff, ATER en science politique, chercheur au CRAPE, Les maires et la sécurité

* Dominique Montjardet, directeur de recherches au CNRS, La police de proximité, pléonasme ou contradiction?

* Jane Rasmusen, professeur de sciences sociales, chercheuse au CRAPE, Les élus face au quotidien des banlieues

* Fabien Desage, ATER en science politique, Lille 2, La proximité pour s'isoler (la modernisation des services à la Communauté urbaine de Lille)

12 heures 30 : repas

14 heures : Quatrième demi-journée : Médias et proximité (sous la présidence de Grégory Derville, maître de conférences en science politique, Lille 2)

* Nicolas Kaciaf, doctorant à Paris 1, France de Paris / France des Régions - Les mises en scène des enjeux politiques (dans Le journal de 13heures de TF1)

* Christiane Restier-Melleray, maître de conférences, Letraitement journalistique de la proximité

* Pierre Leroux, maître de conférences, Réenchanter les campagnes, proximité contre médiatisation

* Christian Le Bart, maître de conférences en sciences politiques, Rennes, Métier politique et ubiquité, l'art d'être là



Contact : Younès Haddadi
Tél. : 00.33.(0)3.20.90.74.51
Fax: 00.33.(0)3.20.90.77.00
Mail : craps@hp-sc.univ-lille2.fr

UNIVERSITE DE LILLE II
1, Place Déliot - BP 629
F - 59024 Lille Cedex
Tél.: 03 20 90 74 51
Fax : 03 20 90 77 00


Catégories

Lieux

  • Lille, France

Dates

  • jeudi 18 septembre 2003

Contacts

  • Younès Haddadi
    courriel : craps [at] hp-sc [dot] univ-lille2 [dot] fr

Source de l'information

  • Liens-socios #
    courriel :

Pour citer cette annonce

« La "proximité" dans le champ politique », Colloque, Calenda, Publié le lundi 18 août 2003, http://calenda.org/188264