AccueilPhilosophie et logique en Pologne (1918-1939)

*  *  *

Publié le dimanche 07 septembre 2003 par Natalie Petiteau

Résumé

COLLOQUE INTERNATIONAL Philosophie et Logique en Pologne (1918-1939) Contribution à l'histoire de la philosophie du XXe siècle 20 - 22 novembre 2003 UNIVERSITE DE NANCY 2 Campus de Lettres et Sciences Humaines Organisation du coll

Annonce


COLLOQUE INTERNATIONAL


Philosophie et Logique en Pologne (1918-1939)
Contribution à l'histoire de la philosophie du XXe siècle


20 - 22 novembre 2003

UNIVERSITE DE NANCY 2
Campus de Lettres et Sciences Humaines



Organisation du colloque:

Laboratoire de Philosophie et d'Histoire des Sciences
Archives Henri Poincaré
Unité Mixte de Recherches 7117
Centre National de la Recherche Scientifique
Directeur : Gerhard Heinzmann



Roger POUIVET
Université de Nancy 2,
Archives Poincaré
Joseph VIDAL-ROSSET
Université de Dijon,
Archives Poincaré

Manuel REBUSCHI
Université de Nancy 2,
Archives Poincaré

Léna SOLER
IUFM de Lorraine,
Archives Poincaré

La logistique ne prétend pas remplacer la philosophie ; sa seule tâche est de fournir à la philosophie, comme à tout autre discipline, les meilleurs instruments pour rendre la recherche plus efficace.
(Jan Lukasiewicz)



Entre les deux guerres, la Pologne redevenue un état souverain fut un lieu privilégié pour la philosophie. Ses principaux vecteurs y ont été l'École de Lvov (ville se situant maintenant en Ukraine), puis l'École de Varsovie qui s'inspire de la première, mais accentue surtout son souci de la logique et de la philosophie de la logique. L'École de Lvov-Varsovie constitue un développement fécond dans la philosophie d'Europe centrale.

Depuis des années on s'intéresse en France à l'empirisme logique du Cercle de Vienne ; on y est aussi de plus en plus sensible à la spécificité de la philosophie autrichienne, de langue allemande certes, mais radicalement différente de l'idéalisme allemand ou du néo-kantisme. Cependant, un tableau de la philosophie au XXe siècle en Europe serait incomplet s'il ne tenait pas compte de la spécificité de la philosophie polonaise. Or, cette philosophie reste fort méconnue en France.

Le fondateur de l'École de Lvov-Varsovie est Kazimierz Twardowski (dont seul un ouvrage en allemand a fait l'objet d'une traduction, surtout parce qu'il a été discuté par Husserl). Ses principaux représentants sont Jan Lukasiewicz, Tadeusz Kotarbinski, Alfred Tarski, Stanislaw Lesniewski, Tadeusz Czezowski, Kazimierz Ajdukiewicz. Une des originalités de cette école philosophique tient à la manière dont ses principaux représentants ont envisagé les rapports entre philosophie et logique. Ils ne partageaient pas le rejet empiriste de la métaphysique, si manifeste dans le Cercle de Vienne. Certains philosophes et logiciens issus de l'École de Varsovie, Józef Bochenski, Jan Salamucha, Jan Drewnowski, n'hésiteront pas à entreprendre un travail de formalisation des preuves de l'existence de Dieu de saint Thomas. Lukasiewicz ou Kotarbinski furent aussi des historiens de la philosophie et de la logique. L'idée d'appartenance à une tradition philosophique remontant jusqu'à Aristote eut pour eux une réelle importance. En revanche, ils avaient la ferme volonté de rompre avec les formes non argumentatives, herméneutiques, de philosophie, celles qu'ils jugeaient imprécises, dépourvues de rigueur, voire intellectuellement nocives.

Même si elle est dans une grande mesure l'héritière de la philosophie d'Europe centrale de la fin du XIXe siècle, tout particulièrement de Brentano ou de Alexius Meinong, l'École de Lvov-Varsovie s'est pourtant développée de façon originale, tout particulièrement avec les recherches de Tarski sur le concept de vérité dans les langages formalisés, avec celles de Lukasiewicz sur les logiques trivalentes (des recherches liées au problème du déterminisme), avec les efforts de Kotarbinski pour mettre en œuvre une conception métaphysique nominaliste : le réisme, etc. Durant la Seconde guerre mondiale, l'École continua de vivre, mais de façon clandestine. Les conditions de la vie politique après la guerre lui ont été défavorables, mais certaines de ses grandes figures (Kotarbinski ou Ajdukiewicz, par exemple) poursuivirent leur travail en Pologne. Lukasiewicz ou Bochenski diffusèrent certains aspects de philosophie polonaise, surtout dans les pays de langue anglaise.

Le colloque propose de présenter ce mouvement philosophique polonais à partir de la question de la relation entre philosophie et logique. Il concerne la méthodologie de la philosophie. La publication envisagée à l'issue du colloque ne chercherait évidemment pas à être exhaustive sur le sujet. Cependant, en soulignant les particularités méthodologiques de l'École de Lvov-Varsovie, cette publication pourrait constituer une première introduction en français à l'étude de ce mouvement philosophique. Le colloque entend mettre en évidence le rôle que les philosophes polonais ont accordé aux méthodes formelles ou semi-formelles en philosophie et discuter les valeurs de précision, de rigueur et d'argumentation dont ils se sont réclamés.

Programme

Jeudi 20 novembre


14h00-14h45
Ouverture du colloque
par MM. Jan TOMBINSKI, Ambassadeur de Pologne en France,
Herbert NÉRY, Président de l'Université de Nancy 2,
Gerhard HEINZMANN, Directeur des Archives Poincaré.

Présentation du colloque
par Roger POUIVET, Directeur du département de philosophie,
Manuel REBUSCHI, Maître de Conférence à l'Université de Nancy 2

14h45-15h40
Urszula ZEGLEN (Université Nicolas Copernic, Torun)
On the Applicability of Logic to Philosophy in the Program of the Lvov-Warsaw School

15h40-16h35
Roger POUIVET (Université Nancy 2)
Kotarbinski et l'éthique intellectuelle

Pause

17h00-17h55
Kevin MULLIGAN (Université de Genève)
La psychologie descriptive polonaise



Vendredi 21 novembre

09h00-09h55
Joseph VIDAL-ROSSET (Université de Bourgogne, Dijon)
Tarski et l'indécidabilité


09h55-10h50
Pierre JORAY (Université de Neuchâtel)
Axiomatique et définition dans les systèmes logiques de Lesniewski, Tarski et Lukasiewicz

Pause

11h15-12h10
Denis MIÉVILLE (Université de Neuchâtel)
Lesniewski : une manière originale de penser la métalangue

Repas

14h00-14h55
Peter SIMONS (Université de Leeds)
Lukasiewicz, Determinism, and Three Valued Logic

14h55-15h50
Jean-Baptiste GOURINAT (CNRS, Paris)
L'histoire du principe de bivalence selon Lukasiewicz et ses enjeux philosophiques

Pause

16h15-17h10
Jerzy PERZANOWSKI (Université de Torun)
Polish Logic Philosophy


17h10-18h05
Stanislaw FISZER (Université de Nancy 2)
Le réisme à la lumière de la polémique entre Tadeusz Kotarbinski et Stanislaw Ignacy Witkiewicz.


Samedi 22 novembre

09h00-09h55
Gerhard HEINZMANN (Université de Nancy 2)
Possible Ways of Doing Science. On Ajdukiewicz-Languages, Meaning Chance and Pragmatics

09h55-10h50
Denis VERNANT (Université de Grenoble II)
L'émergence du concept de dénégation de Frege à Slupecki

Pause

11h00-11h55
Jan WOLENSKI (Université Jagellonne, Cracovie)
Russell's Paradox and Logic in Poland

11h55-12h30
Table ronde générale et conclusions

Informations pratiques
Le colloque est ouvert à toutes les personnes intéressées, sans inscription préalable, mais sans aide logistique particulière.

Il se déroulera sur le Campus de Lettres et Sciences Humaines de l'université de Nancy 2, en salle 104.

Lieux

  • Nancy, France

Dates

  • jeudi 20 novembre 2003

Contacts

  • Roger Pouivet
    courriel : Roger [dot] Pouivet [at] univ-nancy2 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Philosophie et logique en Pologne (1918-1939) », Colloque, Calenda, Publié le dimanche 07 septembre 2003, http://calenda.org/188286