AccueilL'intégration par le sport : état des recherches

L'intégration par le sport : état des recherches

Colloque à Rabat (Maroc) le 25 mars 2004

*  *  *

Publié le mardi 23 septembre 2003 par Anne Gentil-Beccot

Résumé

Appel à communications pour le colloque« L’intégration par le sport : état des recherches »Institut National des Sports de Rabat (Maroc) - 25 mar

Annonce

Appel à communications pour le colloque

« L’intégration par le sport : état des recherches »

Institut National des Sports de Rabat (Maroc) - 25 mars 2004

Université de Reims Champagne Ardenne
Université de Besançon – Université de Lille 2

La fin du 20e siècle a vu se développer des discours, des politiques et des pratiques que l’on a pu regrouper sous l’appellation d’intégration par le sport.
Parler d’intégration en soi n’a pas de sens. L’utilisation de cette notion est inextricablement liée aux caractéristiques de l’entité dans laquelle on veut intégrer les individus visés par une politique, un programme ou des pratiques d’intégration ou d’insertion par le sport. Veut-on intégrer dans un groupe social, une communauté ethnique ou religieuse, un quartier, un certain type d’organisation, une collectivité nationale, une entreprise ?
Approfondir cette question, c’est donc avant tout poser la question des objectifs liés à ces pratiques : leurs caractéristiques, leur degré de clarté dans les discours et dans les consiences, dans leur formalisation écrite, dans leur médiatisation. Or toutes ces données varient selon les caractéristiques (sociales, politiques…) de ceux qui les conçoivent, les mettent en œuvre, les médiatisent.
C’est peut-être toute une vision idéalisée qui n’est souvent qu’implicite, et qui peut conduire à des incompréhensions voire des conflits sur la définition des objectifs et des moyens à mettre en œuvre pour réaliser de tels programmes. Par ailleurs d'autres incomprehensions existent et concernent la définition des critères d’attribution de crédits et d’évaluation des actions menées, selon que l’on soit :
1) un homme politique (selon l’envergure et l’obédiance)
2) un professionnel (avec des fonctions et des enjeux institutionnels ou pédagogiques)
3) à un niveau global ou local, dans des espaces politiques et sociaux centraux ou périphériques
4) dans une logique institutionnelle du sport traditionnel, dans une dynamique d’animation ou de médiation ou encore dans une perspective d’insertion professionnelle et économique

Dans certains cas, on pourrait se demander si l’intégration par le sport n'est pas perçue comme une baguette magique ou ne vise pas en fin de compte une intégration du sport en tant qu’institution en mal de reconnaissance ?
Les pratiques elles-mêmes et leur encadrement sont des domaines intéressants à explorer dans leur diversité, dans les effets qu’un encadrement spécifique a sur les modalités de pratique. De nombreux jeunes ont trouvé dans ces pratiques une voie d’insertion professionnelle en tant qu’animateurs socio-sportifs, dont le statut est cependant souvent caractérisé par une grande précarité. On peut s’interroger sur certains effets néfastes du sport, qui, loin de favoriser l’intégration, provoquerait l’exclusion voire une dés-intégration.
Enfin, ces pratiques et représentations à propos du sport comme outil d’intégration dépendent du contexte dans lequel elles se développent. Elles s’inscrivent dans l’histoire politique et sociale d’un pays et d’une région, c’est-à-dire un état particulier des rapports de force et des enjeux dans les territoires concernés. On ne peut confondre par exemple le contexte français des « quartiers sensibles » définis par la politique de la ville, où l’intégration par le sport correspond à une tentative, à moindre coût, d’insérer ou de réinsérer des jeunes délinquants, grâce à la pratique sportive, dans des organisations locales (centres sociaux, clubs sportifs,…), et le cas du Maroc pour lequel l’intégration par le sport a plus été dans la période récente une manière d’inventer de nouvelles activités économiques et professionnelles, dans un souci de développement socio-économique (au niveau local et international).

Les communications attendues correspondront aux différentes thématiques évoquées :
- les discours sur l’intégration par le sport (formalisation écrite, discours oral, médiatisation) : leur objet, leur contenu, leur évolution, leur signification sociale et politique
- la diversité des publics et des pratiques issues des programmes d’intégration par le sport, d’initiative nationale ou locale, publique, associative ou privée
- l’encadrement des activités d’intégration par le sport : les caractéristiques des personnels d’encadrement, les conflits qui y sont liés
- l’évaluation des pratiques issues des programmes d’intégration par le sport
- l’analyse comparative des programmes et pratiques d’intégration par le sport (et leur évolution dans le temps) dans différents pays selon leurs contextes sociaux, économiques et politiques

En dehors des approches historiques attendues seront privilégiées les communications qui s’appuient sur la collecte de données originales et récentes (qu’il faudra donc citer sommairement dans le projet de communication).

Spécifications pour l’envoi d’un projet de communication :
Date limite de remise du projet : 31 décembre 2003.
Résumé de la communication en maximum 3000 signes (espaces compris).
Présentation sommaire du communicant : caractéristiques professionnelles et institutionnelles ainsi que les deux publications majeures.
Coordonnées complètes du communicant (adresse postale et électronique, téléphones).

Le projet est à envoyer par courriel (en fichier attaché au format word ou RTF) à Michel Koebel : koebel@univ-reims.fr

Echéancier :
Réception des projets de communication : 31 décembre 2003
Lecture des projets puis réunion du comité scientifique : janvier 2004
Notification de la décision du comité : 3 février 2004
Date limite de réception de la version écrite des communications retenues : 15 mars 2004 par courrier à la même adresse koebel@univ-reims.fr en maximum 30 000 caractères (espaces compris). Les communications feront l’objet d’une publication ultérieure mais seront distribuées aux participants sur place.
Tenue du colloque : 25 mars 2004 à Rabat (Maroc). Les communicants sont nourris et logés du mercredi 24 jusqu’au dimanche 28 mars 2004 et les frais de déplacement sont pris en charge en partie. 

Comité scientifique :
Bouchet Patrick, maître de conférences à l’Université de Bourgogne
Bouhaouala Malek, maître de conférences à l’Université de Lille 2
Charrier Dominique, maître de conférences à l’Université de Caen
Falcoz Marc, maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne
Gasparini William, maître de conférences (HDR) à l’Université Marc Bloch de Strasbourg 2
Koebel Michel, maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne
Moustaquim Isaad, enseignant-chercheur à l’Institut National des Sports de Rabat
Naja Abdellatif, enseignant-chercheur à l’Institut National des Sports de Rabat
Potocki-Malicet Danielle, professeur à l’Université de Reims Champagne Ardenne
Vieille-Marchiset Gilles, maître de conférences à l’Université de Besançon
Vulbeau Alain, professeur à l’Université de Paris 10 Nanterre

Catégories

Lieux

  • Rabat, Maroc

Dates

  • mercredi 31 décembre 2003

Contacts

  • Michel Koebel
    courriel : mkoebel [at] unistra [dot] fr

Source de l'information

  • Michel Koebel
    courriel : mkoebel [at] unistra [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L'intégration par le sport : état des recherches », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 23 septembre 2003, http://calenda.org/188339