AccueilLes transports en France 1939-1945

*  *  *

Publié le jeudi 25 septembre 2003 par Anne Gentil-Beccot

Résumé

APPEL A COMMUNICATIONS4e colloque du Groupement de recherche (GDR) 2539 du CNRSLes entreprises françaises sous l’OccupationLES TRANSPORTS EN FRANCE, 1939-1945D

Annonce

APPEL A COMMUNICATIONS

4e colloque du Groupement de recherche (GDR) 2539 du CNRS
Les entreprises françaises sous l’Occupation


LES TRANSPORTS EN FRANCE, 1939-1945

Date : 17 au 19 mars 2005

Lieu : Le Havre (Seine-Maritime), en association avec l’unité mixe de recherche (UMR) 6063 Identité et différenciation des espaces, de l'environnement et des sociétés (IDEES)-CIRTAI, Université-CNRS

Domaine :
Les services de transports de marchandises et de voyageurs. Transports routiers, ferroviaires, voies d'eau intérieures, transport maritime, transport aérien, transports urbains. Services logistiques, manutention (dockers), armement, affrètement. Gestionnaires d'infrastructures (ports, aéroports).

Orientations, axes de recherche
Les transports en France pendant la Seconde Guerre mondiale ont déjà été appréhendés pour leur rôle prééminent dans les opérations militaires et les déplacements des populations civiles, pour leur fonction au service de l'économie d'Occupation et de l'effort de guerre, souvent pour leurs lacunes ou leurs insuffisances révélées par les « crises de transports » des années 1942 et 1944, mais leur utilité, au sens économique du terme, n'a pas été envisagée dans son ensemble. Or, si la courbe des trafics de marchandises a atteint des pics inégalés en 1942, par exemple, ce signe de l'importance et des difficultés du secteur n'a pas encouragé jusqu'à présent l'étude approfondie de ce qu'il révèle.
Plusieurs entreprises du secteur public ou réquisitionnées ont été étudiées (SNCF, transports parisiens, transports urbains de grandes ville) sous l'angle des contraintes dont elles ont été l'objet, de leur participation aux opérations militaires et sous celui de l'histoire des corporations, mais beaucoup d’autres approches restent encore possibles. Par ailleurs, l'histoire des entreprises privées de transports automobiles de fret et de voyageurs, chargées ou non d'un service public, des artisans (camionneurs, autocaristes, chauffeurs de taxis, mariniers), du transport aérien, des entreprises fournissant des services logistiques (entreposage, manutention) ou commerciaux complémentaires des transports (affrètement fluvial et maritime, par exemple) reste peu connue. De même, si les structures administratives, antérieures à l'Occupation ou nées avec elles, qui les coordonnent et les organisent ont été étudiées, leur action sur la vie des entreprises et la desserte réelle des territoires sous l'Occupation, aux diverses échelles urbaine, locale, rurale, interrégionale reste difficile à percevoir.
Le colloque adopte, d'une part, une approche sectorielle qui doit restituer l'économie des transports dans la France occupée. Il étudiera les marchés offerts aux entreprises, contraints par les commandes et les réquisitions et le contrôle des tarifs et des prix, appréciera les trafics et leur évolution, leur poids dans l'économie d'Occupation comme dans l'effort de guerre allemand.
D'autre part, il s'attachera à la vie, aux performances et aux destins divers des entreprises, soumises aux contraintes générales à l'industrie, dont les deux premières au moins ont pu compromettre leur survie : partition du territoire ; restriction des approvisionnements – en tout premier lieu des carburants et combustibles, essentiels à l'exploitation, et des lubrifiants, comme des matières et pièces détachées indispensables à l'entretien des matériels – ; restriction et prélèvements de main-d'œuvre ; réquisitions et prélèvement de matériels. Il appréciera les réponses des personnels de ces entreprises, à tout niveau, à ces contraintes, leurs conséquences sur le travail et les pratiques professionnelles, comme sur les engagements individuels et collectifs et tentera d'appréhender l'évolution, durable ou non, des clientèles, de leurs motivations, de leurs pratiques et de leurs attentes.
Enfin, le colloque appréciera l'influence à moyen et long terme de l'économie dirigée sur les structures du secteur, en particulier le regroupement d'entreprises dans des groupes qui ont pris leur essor après la guerre, l'application des mesures de « coordination » antérieures qui ont pu déterminer l'avenir des réseaux, le poids relatif des modes de transport et le développement, ou non, de l'intermodalité. Il prendra en compte l'évolution de l'image des transports et des entreprises et la perception de leur rôle économique tant pendant l'Occupation qu'après la guerre.
En revanche, l’industrie des matériels de transport (constructions automobile, navale, fluviale, aéronautique, etc.) ne sera pas intégrée au programme.
Une approche des questions posées à des échelles variées est encouragée : nationale, mais aussi régionales et locales. Des comparaisons avec d’autres pays européens en guerre ou occupés sont également souhaitées.

Comité scientifique
• John Barzman, professeur à l'université du Havre (CIRTAI, Centre de recherche sur les transports et les affaires internationales, UMR Idées 6063 CNRS) ;
• Marie-Françoise Berneron-Couvenhes, attachée d'enseignement et de recherche à l'université de Paris-Sorbonne (Paris IV) ;
• Christophe Bouneau, professeur à l'université Michel-de-Montaigne - Bordeaux III, membre du conseil scientifique du GDR, membre du comité scientifique de l'AHICF ;
• François Caron, professeur émérite à l'université de Paris-Sorbonne (Paris IV), président du comité scientifique de l'AHICF ;
• Christian Chevandier, maître de conférences à l'université Paris I – Panthéon-Sorbonne, membre du conseil scientifique du GDR, membre du comité scientifique de l'AHICF
• Hervé Joly, chargé de recherche CNRS (UMR LARHRA, Équipe Pierre Léon CNRS-Université Lumière Lyon 2), directeur du GDR ;
• Michel Margairaz, professeur à l'université Paris VIII, membre du conseil scientifique du GDR ;
• Michèle Merger, chargée de recherche au CNRS (Institut d'histoire moderne et contemporaine), membre du comité scientifique de l'AHICF ;
• Marie-Noëlle Polino, secrétaire scientifique de l’AHICF ;
• Georges Ribeill, directeur de recherche à l'Ecole Nationale des Ponts et Chaussées (LATTS), membre du comité scientifique de l'AHICF ;
• Philippe Verheyde, chercheur associé à l’Institut d’histoire du temps présent, secrétaire général du GDR ;
• Maurice Wolkowitsch, professeur émérite à l'université de la Méditerranée, membre du comité scientifique de l'AHICF ;
• Henri Zuber, conservateur du Patrimoine, responsable de l'Unité Mémoire de l'entreprise – Information documentaire de la RATP, vice-président de l'Association des archivistes français, membre du conseil scientifique GDR.

Sélection des interventions
Les propositions d’intervention, d'une page au maximum, comprenant les titres et qualités des auteurs et le rappel de leurs récentes publications, seront reçues jusqu'au 1er janvier 2003 à l’adresse électronique suivante :
gdr2539@ish-lyon.cnrs.fr
Le comité scientifique fera connaître son avis aux auteurs des propositions au plus tard le 15 février 2004.

Les interventions orales seront limitées à 20 minutes. Elles pourront être présentées en français ou anglais.

Recherches préparatoires
Les différents partenaires du colloque sont susceptibles de proposer des bourses d'étude à des étudiants qui consacreraient leur travail de maîtrise ou de DEA pendant l'année universitaire 2003-2004 à des sujets en rapport avec le thème du colloque ; le secrétariat du GDR est à la disposition des directeurs de travaux pour leur fournir de plus amples informations. Dans tous les cas, les dossiers de candidatures complets qui auront été demandés devront parvenir à leurs destinataires avant le 1er novembre 2003.

Organisation
Les frais engagés par les intervenants au colloque pour assurer leur déplacement et leur hébergement seront pris en charge par les organisateurs.

Publication
Les actes du colloque feront l’objet d’une publication en volume. Les textes des interventions devront parvenir au secrétariat du GDR pour être soumis au comité scientifique avant le 1er juillet 2005.

Lieux

  • Le Havre
    Le Havre, France

Dates

  • jeudi 01 janvier 2004

Mots-clés

  • Transport, Seconde guerre mondiale

Contacts

  • Hervé Joly, directeur du GDR 2539 ~
    courriel : gdr2539 [at] ish-lyon [dot] cnrs [dot] fr

URLS de référence

Pour citer cette annonce

« Les transports en France 1939-1945 », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 25 septembre 2003, http://calenda.org/188348