AccueilL'anthropologie appliquée aujourd'hui

*  *  *

Publié le vendredi 17 octobre 2003 par Jean-Pierre Masse

Résumé

L'anthropologie appliquée, telle que la présentent les " grands textes " (Bastide, 1971) repose sur deux paradigmes : le premier pose la relative séparation entre le chercheur et le praticien - la

Annonce

L'anthropologie appliquée, telle que la présentent les " grands textes " (Bastide, 1971) repose sur deux paradigmes : le premier pose la relative séparation entre le chercheur et le praticien - la théorie et son application, et d'autre part, la distinction entre les observés et les observateurs. Or, par exemple la recherche-action américaine ou l'interactionnisme s'appuient sur des principes différents : ils réclament ou constatent les influences des unes sur les autres. En outre, malgré leur relative rareté, les expériences extrêmement diverses où l'anthropologie est utilisée dans l'activité " civile " méritent un nouvel examen tant changent situations et contextes.

Le premier axe du colloque pourrait se constituer autour de la confrontation entre diverses traditions comme la séparation européenne clercs/praticiens qui s'oppose à l'engagement des américains ou les intenses expériences de nos collègues espagnols avec la mise en place des autonomies provinciales. Ces pratiques diversifiées et souvent isolées méritent un examen.

Le second axe pourrait s'organiser autour des multiples expériences auxquelles participent sous des formes et à des titres divers les anthropologues. Des bourses Cepag, aux bureaux d'études en passant par les divers contrats avec les administrations ou les réponses aux " appels d'offre ", nous rencontrons une infinité de formes d'" application " de notre discipline. Une confrontation des ces différents objectifs, points de vue, tâches et statuts devient nécessaire.

Le troisième axe ne peut que s'interroger sur la place de l'anthropologie dans le paysage culturel et académique français où, s'appuyant sur des documents hétéroclites rapidement assemblés, sciences politiques et géographie proposent des décisions impératives alors qu'une connaissance plus sérieuse entraîne la prudence. Lisons dans Le Monde durant le mois de septembre 2001 les propos assurés des multiples " spécialistes " de l'Afghanistan et l'évident embarras de Pierre Centlivres, le seul à connaître intimement cette société.

Enfin, le quatrième axe pourrait s'interroger sur l'influence de ces pratiques sur la théorie anthropologique. En effet, la place attribuée au " discours naturel " (au sens de langue naturelle), les distorsions qu'entraînent nécessairement la soumission à des normes étrangères au seul développement interne des enquêtes et de la démarche scientifique, l'attention plus ou moins conséquente portée aux " savoirs assujettis " infléchissent la formation du discours académique et la mise en place d'une " science normale ". Prendre la mesure de cette inévitable pression permet d'y échapper au moins partiellement.

Suffisamment ouverts, ces quatre axes devraient permettre de faire le point sur les formes d'implication de l'anthropologie et de ses accointances avec les décisions " politiques ". Préciser les formes et l'état de ces relations permet non seulement de prendre en compte les modalités de son développement, l'avenir de nos étudiants mais aussi les directions vers lesquelles elle sera amenée à se développer. Quoiqu'elles en dise l'anthropologie des science nous enseigne que les sciences n'obéissent pas aux seules logiques internes.

Catégories

Lieux

  • Bordeaux, France

Dates

  • dimanche 30 novembre 2003

Contacts

  • Bernard Traimond
    courriel : Bernard [dot] Traimond [at] cere [dot] u-bordeaux2 [dot] fr

Source de l'information

  • Société d'ethnologie française
    courriel : Bernard [dot] Traimond [at] cere [dot] u-bordeaux2 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L'anthropologie appliquée aujourd'hui », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 17 octobre 2003, http://calenda.org/188416