AccueilLa rivière aménagée

La rivière aménagée

Entre héritages et modernité.Formes, techniques et mise en oeuvre

*  *  *

Publié le lundi 03 novembre 2003

Résumé

Appel à contribution pour un colloque organisé à Orléans en octobre 2004 par la Direction régionale des Affaires culturelles de la région Centre (DRAC), l'université Paris VIII, le Centre d'Histoire des Techniques du Conservatoire national des Arts et Mét

Annonce




COLLOQUE INTERNATIONAL

ORLÉANS, 14-15 OCTOBRE 2004

organisé par
la Direction régionale des Affaires culturelles de la région Centre (DRAC),
l'université Paris VIII,
le Centre d'Histoire des Techniques du Conservatoire national des Arts et Métiers (CDHT-CNAM),
le Centre de Recherche en Histoire des Sciences et des Techniques (CRHST)
(Cité des Sciences et de l'Industrie),
en partenariat avec Voies navigables de France,
l'association Hommes et Cours d'Eau, la fédération archéologique du Loiret,
le musée des Arts et Métiers



Comité scientifique

Paul Benoit université Paris I-LAMOP, Joëlle Burnouf université Paris I, Sylvie Caucanas Archives départementales de l’Aude, Pietro Corsi CRHST, Luigi Fozzati NAUSICAA /Soprintendenza per i Beni Archeologici del Veneto Italie, André Guillerme CDHT-CNAM, Gustav Milne université d’Exeter, Royaume-Uni, Dietrich Lorhmann Historisches Institut der RWTH, Aix la Chapelle Allemagne, Marc Pabois ministère de la Culture, Eric Rieth musée national de la Marine-CNRS, Marc Suttor Hommes et Cours d’Eau, Hélène Vérin centre Alexandre Koyré-CNRS


Comité d’organisation
Liliane Hilaire-Pérez CDHT-CNAM, Dominique Massounie université Paris I-Centre Ledoux, Virginie Serna DRAC de la région Centre, Catherine Verna université Paris VIII

Ce colloque fait suite aux journées d'étude de 1999, "Archives, objets et images des constructions de l'eau, du Moyen ge à l'ère industrielle", publiées en 2002 dans les Cahiersd'Histoire et de Philosophie des Sciences, no. 51, SFHST/ENS-Editions.
Il s’agit à présent de poursuivre la réflexion en rassemblant les chercheurs et les professionnels concernés par les aménagements de la rivière sur la longue durée, des temps pré-industriels à l’époque contemporaine.
Dans ce but, nous souhaitons approfondir l’étude des formes et des rythmes des équipements de la voie d'eau, analyser la mise en œuvre des ressources humaines et matérielles ainsi que le devenir et la modernisation des sites. L’accent sera mis sur le recensement des équipements, sur le capital humain investi et légué, sur l’éventail des matériaux et les politiques d’entretien et de reclassement des aménagements anciens.

Trois thématiques sont proposées à la réflexion des participants.


1er thème. Formes de l'aménagement et traces archéologiques


Par " formes ", nous entendons l'ensemble des ouvrages et des équipements établis en rivière. La notion recouvre les rivières non canalisées, les quais, les aménagements de berges, les structures portuaires, les digues, levées et turcies, les grèves, les gués, les barrages, les installations liées aux moulins et pêcheries, aux activités artisanales au bord de l'eau et aux cultures sur berges (roselières, chanvrières ·). Dans tous les cas, il conviendra de privilégier l'aménagement de la rivière et non l'étude des équipements en tant que tels.
Ce domaine est de plus en plus investi par la recherche archéologique, tant en archéologie préventive, fouilles programmées, prospection, inventaires thématiques que dans les programmes collectifs de recherche. Dans ce cadre, peut-on rendre compte de la multiplicité des formes archéologiques reconnues et réaliser leur recensement (natures, fonctions, localisations, datations) à l'échelle des bassins ?
Deux notions pourraient être abordées.
L'une relève de l’espace technique : il s'agit du repérage, sur le continuum fluvial, des équipements que dessinent les systèmes hydrauliques combinés (ponts, pêcheries, digues, duits, levées, ...). Comment procéder à un inventaire des formes (dénombrement, identification, reconnaissance et désignation des structures archéologiques) ? Peut-on inscrire sur le cours d'eau une topographie logique et raisonnée (rive gauche-rive droite, île) des aménagements de la rivière ?
L'autre est chronologique : peut-on tenter des séquençages chronologiques en travaillant sur les notions de seuils d'équipement et de maintenance des aménagements ? La question ouvre sur les rythmes de l'aménagement et les croisements de générations techniques sur le long terme. Elle permet aussi d’aborder les rythmes et saisons de navigabilité (entre chômage et eaux marchandes) et les temporalités de l’accès à la rivière (le temps du gué, le temps des crues), justifiant des équipements éphémères : palissade, épis de bordage, corps flottants (ponts, tonneaux). Se dessineraient au travers de cet inventaire, des systèmes techniques phasés, des lieux conservatoires, des gestes et cultures fluviales, des formes d'équipement au fil de plusieurs échelles temporelles.
Les procédures d'investigations archéologiques - en préventif, programmées et prospections - seront évoquées au cours des interventions.


2e thème. Mise en œuvre, hommes et matériaux


Il s'agira d'étudier les travaux d'aménagement, de la conception à la réalisation effective, en mettant l'accent sur le rôle des communautés humaines, leurs moyens et leurs savoirs techniques. L'aménagement est considéré comme la mise en œuvre de ressources intellectuelles et matérielles, qu’elle émane de groupes (communautés, Métiers·) ou d’individus (experts, ingénieurs, artisans·). La notion d'aménagement rejoint celle de projet, d'organisation et d'entreprise. Plusieurs pistes peuvent être ouvertes.
L’une s’appliquera à cerner les modalités de l’intelligence pratique à l’échelle d’aménagements et de travaux spécifiques : les savoirs de conception, notamment dans leurs formes écrites et graphiques (dessins, plans, tableaux, devis, enquêtes), ceux produits dans le cours de l’action ou infléchis pendant la réalisation, y compris en envisageant les savoirs d’organisation, de gestion des chantiers. Le but est d'approcher des savoirs techniques sur un site d’intervention impliquant de multiples registres de connaissance.
L’étude se porte sur les temps longs de la technique, sur les transmissions de savoirs entre les générations, sur les cultures techniques inscrites dans le territoire de la rivière, portées par les communautés de riverains, savoirs longtemps implicites mais qui supposent une connaissance des matériaux, des plantes, des courants, des variations hydrographiques que les ingénieurs, comme Bélidor, n’hésitent pas à se réapproprier.
Sur le versant de la réalisation, quels sont les niveaux d'intervention, comment s'organisent les entreprises ?
Quels sont les types de travaux ? Qui sont les entrepreneurs, les investisseurs, comment sont constituées les équipes, quelle est la part des mobilités à différentes époques, quelles sont les qualifications et les hiérarchisations ? Peut-on préciser l'organisation du travail, la gestion comptable, depuis le rôle de la corvée jusqu'à la sous-traitance de la maîtrise d'ouvrage ? Quelles sont les formes de contrôle, les modalités de l'expertise ?
On s’interrogera également sur les matériaux propres aux constructions de l’eau. Leur diversité exprime la multiplicité des cultures techniques. Elle atteste aussi des temporalités croisées de la technique: si le bois, la terre, la pierre, les végétaux, le ciment, la maçonnerie marquent les aménagements pré-industriels, le fer, le béton, les matériaux composites ne les ont pas éliminés comme le suggère l'actualité du génie végétal.


3e thème. Abandonner, entretenir, moderniser

Il s'agit de cerner les politiques d'exploitation sur le long terme, de comprendre les enjeux, les moyens et les difficultés de la pérennisation des sites à travers trois rapports à la durée : abandon, entretien, modernisation.
D’abord s’impose la question très actuelle de l'abandon des installations, du déclassement de rivières navigables, avec les pertes de savoirs et de gestes et l’oubli de techniques qu’ils supposent. Les exigences économiques de la navigation commerciale (trafics, coûts d'exploitation) engendrent des reclassements caractéristiques des problèmes du secteur des transports. Si les tensions économiques sur la voie d'eau ne sont pas l'apanage de l'époque contemporaine, dans le passé, il s'agissait plutôt de conflits de surexploitation ; la polyvalence des usages sur les rivières mettait aux prises les pouvoirs seigneuriaux, les villes, les communautés rurales, l’armée, les marchands de l'eau, les riverains, les artisans et les utilisateurs de l'eau industrielle, etc.
La longue durée est aussi à saisir à travers l'entretien qui maintient la rivière vivante. Pratiques banales, l'entretien des sites et la réparation des installations constituent les modes d'intervention les plus fréquents, le quotidien de l'aménagement, loin du prestige des grands travaux. Qui en sont les acteurs ? Quels sont les financements ? Quelles en sont les spécificités techniques en termes de moyens et de compétences (cultures héritées, gestes répétés, innovations ordinaires, savoirs récupérés) ?
Faire durer, c'est aussi adapter à l'usage, aux nouvelles exigences d'utilisation, en un mot, moderniser. La réutilisation (et la réouverture) de sites anciens se développe à la faveur d'un changement de regard sur les rivières, de l'essor du tourisme fluvial et des politiques patrimoniales, non sans concurrence. Comment les acteurs (professionnels, chercheurs, associations, usagers) perçoivent-ils ces choix ? Comment conçoivent-ils la valeur économique de la rivière, ses enjeux culturels et sa place dans le paysage ?




Les propositions de communication sont à adresser d'ici le 30 janvier 2004, sous la forme d'un résumé, par voie électronique à Virginie Serna (voir fiche contact ci-dessous)

Catégories

Lieux

  • Orléans, France (45)

Dates

  • vendredi 30 janvier 2004

Contacts

  • Virginie Serna
    courriel : virginie [dot] serna [at] culture [dot] gouv [dot] fr

Source de l'information

  • Fabrice Bensimon
    courriel : fbensimon [at] free [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La rivière aménagée », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 03 novembre 2003, http://calenda.org/188494