AccueilEconomies et sociétés médiévales

*  *  *

Publié le mardi 04 novembre 2003 par Anne Gentil-Beccot

Résumé

Séminaire dirigé par François Menant (ENS), Régine Le Jan (université Paris-I) et John Drendel (université du Québec à Montréal).

Annonce

Séminaire dirigé par François Menant (ENS), Régine Le Jan (université Paris-I) et John Drendel (université du Québec à Montréal).
Ecole Normale Supérieure, 45 rue d‘Ulm, 75230 Paris cedex 05
Salle d‘histoire du 3e étage, escalier D.
Certains mercredis, de 17 h30 à 19 h30.

Thématique


Le séminaire poursuit cette année deux thèmes qui avaient été esquissés au cours des deux années précédentes :

La conjoncture de 1300. Les séances consacrées à ce thème au premier semstre constituent un élément d‘un programme qui a commencé avec le colloque „Postan et Duby“ de Montréal en octobre 2002, et qui se poursuivra par une série de rencontres organisées à l‘Ecole française de Rome à partir de février prochain. Il s‘agit d‘examiner les lectures possibles de la conjoncture économique et sociale de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècles : les travaux de Michael Postan (à partir de 1949), approfondis et nuancés en 1962 par une synthèse mémorable de Georges Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, ont imposé l’idée que la peste de 1348 avait frappé une Europe déjà en grave difficulté ; dans les dernières décennies du XIIIe siècle, la phase d’expansion qui durait depuis trois siècles aurait buté sur l’incapacité technique de l’agriculture à nourrir une population en constante augmentation. Les famines qui ont touché l’Europe, du Nord-Ouest surtout, au début du XIVe siècle, seraient la marque du retournement de la conjoncture. La peste n‘aurait fait que porter le coup de grâce à une économie et une population déclinantes.

Ce schéma d’inspiration malthusienne a été depuis un demi-siècle admis sans guère de discussion, en concurrence avec une explication marxiste appuyée sur des présupposés analogues. Depuis quinze ans toutefois, les historiens anglo-saxons ont élaboré une nouvelle interprétation qui révise ces idées de fond en comble en donnant un rôle central à la commercialisation de la production agricole.

Les séminaires qui se tiendront à l‘ENS au premier semestre 2003-2004 examineront, à la lumière de ce renouvellement historiographique, différents aspects de cette conjoncture dans l‘Europe du Nord-Ouest, à titre de comparaison avec les régions méditerranéennes qui seront étudiées ultérieurement.

L‘entreprise en cours actuellement vise en effet principalement, en dernière analyse, à vérifier si ce modèle anglo-saxon s‘applique à l‘Europe méditerranéenne, et plus largement à se demander, région par région, s‘il y a vraiment une „crise“ autour de la Méditerranée occidentale, comment elle se manifeste, et comment l‘ont interprétée les historiens espagnols, italiens, français. Une première rencontre, les 27 et 28 février 2004 à Rome, concernera les disettes de l‘époque 1250-1350, leurs mécanismes, leur portée démographique et leurs conséquences structurelles sur la distribution de la propriété et du revenu agricole.


Les élites rurales au Moyen Âge.


Ce thème, qui nous occupera au second semestre, a déjà été abordé dans plusieurs séances de l‘année dernière. Il est coordonné au programme de recherche dirigé par Régine Le Jan, „Les élites dans le haut Moyen Âge“ (http://lamop.univ-paris1.fr), dans son séminaire de Paris-I („Hiérarchie, ordre social et légitimation “) et dans une série de collloques dont les premiers sont prévus en novembre 2003 („L‘historiographie des élites du haut Moyen Âge“, Paris et Marne-la-Vallée) et mai 2004 („Crises et renouvellements“, Rome). Ce thème reprend également la question des intermédiaires dans la société rurale (intermédiaires du prélèvement fiscal, du pouvoir, du crédit, de la culture…), c‘est-à-dire l‘un des fils conducteurs de l‘enquête sur „l‘anthropologie du prélèvement seigneurial“ qui s‘est déroulée ces dernières années.

Le séminaire de l‘ENS vise à étudier la frange inférieure des élites, au-dessous de l‘aristocratie rurale, en ouvrant l‘arc chronologique sur l‘ensemble de la période médiévale. Un objectif majeur de ces séances est la définition même de ce groupe social, selon les sources, les approches historiographiques et les époques : comment ses membres se différencient-ils des simples paysans? Et des tout petits nobles? Quelle place tiennent-ils dans les différents modèles d‘organisation sociale et politique des campagnes? Peut-on leur attribuer des caractéristiques propres, économiques, juridiques, militaires…? On continuera par ailleurs à donner des aperçus monographiques sur les élites rurales et sur leurs transformations, au gré de travaux sur différents points de l‘Occident médiéval, et en cherchant à saisir toute la diversité des sociétés rurales médiévales à partir de ce point d‘observation privilégié.


Calendrier

Premier semestre : La conjoncture de 1300. Vues sur la crise dans l‘Europe du Nord-Ouest, sous la direction de John Drendel et François Menant.


12 novembre : Mathieu Arnoux (université Paris VII, EHESS), Le concept de protoindustrialisation entre XIIIe et XIVe siècles.

26 novembre : Jean-Luc Sarrazin (université de Nantes), Les campagnes atlantiques entre XIIIe et XIVe siècles : un exemple de différenciation des ressources.

3 décembre : Erik Thoen (université de Gand), Artisanat et difficultés conjoncturelles dans les campagnes flamandes

7 janvier : Paul Benoît (université Paris-I), Le rôle de la technologie dans l‘évolution des campagnes entre XIIIe et XIVe siècles.

14 janvier : Phillipp Schofield (univ. d‘Aberystwyth), Entre deux crises : l‘Angleterre de 1325.

21 janvier : John Drendel et François Menant : la conjoncture de 1300 au Nord et au Sud de l‘Europe : un essai de bilan et des questions.

Deuxième semestre : Les élites rurales au Moyen Âge, sous la direction de Régine Le Jan, John Drendel et François Menant.


28 janvier : Jean-Marc Moriceau (université de Caen), Comment définir les élites rurales : un point de vue de moderniste.


5 février : Jean - Pierre Devroey (université libre de Bruxelles), Qu‘est-ce qu‘un paysan? un point de vue pour le haut Moyen Âge.

25 février : Florent Hautefeuille (université de Pau), Comment définir les élites rurales : un point de vue d’archéologue. L‘habitat des élites sur le site de Flaugnac d‘après la fouille et d‘après les textes (XIIe-XVe siècles).

3 mars : Etienne Renard (université de Namur), Les élites paysannes face au pouvoir royal : les charges militaires des petits alleutiers à l’époque carolingienne.

17 mars : James Masschaele (Rutgers University) : Une source pour l‘identification des élites rurales : l‘enquête fiscale anglaise de 1347.

31 mars : Régine Le Jan, Clercs et élites rurales en Alsace à l‘épque carolingienne.

7 avril Henri Bresc (université Paris-X), Elites rurales de Sicile à la fin du Moyen Age.

28 avril
John Drendel, Elites rurales provençales entre XIIIe et XIVe siècles.

19 mai
Constance Berman (university of Iowa), Moniales cisterciennes et élites rurales dans la région parisienne au XIIIe siècle.


Catégories

Lieux

  • Paris, France

Dates

  • mercredi 12 novembre 2003

Contacts

  • François Menant
    courriel : menant [at] ens [dot] fr

Source de l'information

  • François Menant
    courriel : menant [at] ens [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Economies et sociétés médiévales », Séminaire, Calenda, Publié le mardi 04 novembre 2003, http://calenda.org/188506