AccueilL'éducation nouvelle : genèse et métamorphoses

*  *  *

Publié le mercredi 26 novembre 2003 par Natalie Petiteau

Résumé

Appel à contribution pour le 26ème Congrès de l'International Standing Conference for the History of Education (ISCHE)

Annonce

26ème Congrès
de l'International Standing Conference
for the History of Education (ISCHE)

L'Education nouvelle:
genèse et métamorphoses

Université de Genève,
14-17 juillet 2004, Uni Mail

Centrée sur l’histoire de l’Education nouvelle, sa genèse et ses métamorphoses jusqu’à la fin du 20e siècle, ISCHE 26 invite à une réflexion historique sur la continuité et le changement en éducation.

L’historiographie fait traditionnellement de l’année 1889 – date de la fondation de la New school d’Abbotsholme par Cecil Reddie – le moment inaugural du mouvement dit des «écoles nouvelles».

La fin du 19e siècle voit aussi naître la notion d’Education nouvelle (Reformpädagogik ou New Education), qui désignera, sous diverses latitudes, le renouveau pédagogique et éducatif qui se manifeste dès le début du 20e siècle, et plus encore au lendemain de la Première Guerre mondiale, dans des institutions scolaires privées aussi bien que publiques, dans les écoles mais aussi en dehors d’elles.

Au lendemain de la Deuxième Guerre, l’urgence d’un renouveau éducatif est proclamée encore une fois avec insistance et cette exigence devient un enjeu majeur de la deuxième moitié du 20e siècle, à travers la création d’écoles dites «actives», «alternatives», ou «autogérées», à travers des «mouvements pédagogiques» – tel le «mouvement Freinet» – ou diverses «innovations» intervenues au cœur ou aux marges des systèmes éducatifs. Ces différentes pratiques du changement font assurément écho à celles qui sont apparues dans la première moitié du 20e siècle. Mais en quoi au juste ? ISCHE 26 entend fournir des éléments de réponse à cette question cruciale.

Réunissant des participant-e-s venant de nombreux horizons différents, le congrès cherchera à éclairer, dans une perspective historique et comparative, la généalogie de l’Education nouvelle ainsi que ses métamorphoses, perçues comme autant de transformations pédagogiques ou éducatives plus ou moins radicales survenues à travers des configurations d’acteur-e-s et de facteurs – scientifiques, pédagogiques, politiques, culturels, économiques, religieux, etc. – qu’il s’agira de caractériser. Ce faisant, on veillera à éviter aussi bien les errances hagiographiques que les interprétations historiques réductrices du sens et de la dynamique de ce passé.




Les propositions de communication devront pouvoir s’intégrer dans l’une ou l’autre des six thématiques générales suivantes, considérées comme autant de composantes clés de l’histoire de l’Education nouvelle, de sa genèse et de ses métamorphoses. Chacune d’elles a été déclinée en sous-thématiques indicatives de la grande diversité des questions qui peuvent être traitées dans le cadre de la problématique proposée pour ISCHE 26.

1. Institutions scolaires et extrascolaires : organisation et pratiques

  • Les rapports aux pouvoirs: autorité, discipline, autonomie
  • Les rapports à l'argent: écolages, subsides, mécénat
  • Les rapports aux savoirs: méthodes, programmes, cursus
  • Les rapports au corps, à l’espace et au temps
  • Les enseignants, les élèves et leur famille en tant qu’acteurs collectifs
  • Innovations pédagogiques ou éducatives dans les champs scolaire, extrascolaire ou familial
  • Education spéciale (et/ou enseignement spécialisé) et innovation pédagogique

2. Acteur-e-s et réseaux

  • «Figures» et «figurants»
  • Le(s) rôle(s) des femmes
  • Formes et lieux de communication: échanges épistolaires, associations, organismes, congrès et revues
  • Témoignages écrits et oraux

3. Education(s) nouvelle(s) et science(s) de l’éducation

  • Les conceptions de l’enfant (ou de l’élève) et de son développement : théories et pratiques
  • Innovations pédagogiques et sciences de l'éducation : imbrications, contradictions
  • Le savant et le militant ; l’expert et le pédagogue

4. Enjeux politiques et sociaux

  • «Ecoles nouvelles» (ou «actives» ou «autogérées», etc.) et innovation pédagogique au niveau des systèmes d’enseignement privés ou publics
  • Entre l’exaltation de la marginalité et celle du rendement
  • La question de l’«homme nouveau», entre messianismes et cultes de soi
  • Entre nationalismes et internationalismes
  • Entre élitisme et promotion de «l’égalité des chances»

5. L’éducation nouvelle avant l’«Education nouvelle»

  • Idées et pratiques
  • Acteur-e-s et institutions
  • Généalogies et filiations: entre précurseurs et prédécesseurs

6. Enjeux historiographiques

  • «Ecoles nouvelles», «écoles autogérées», «alternatives» ou autres :
    même géographie? mêmes combats?
  • «Education nouvelle», «mouvements pédagogiques» et réformes scolaires :
    du pareil au même?
  • Une histoire riche en images propagandistes (films, photos, etc.)
  • Entre sites d’archives reconnus et nouveaux sites d’archives à développer
  • Changements d’époques et d’approches dans l’écriture de cette histoire?



Catégories

Dates

  • mercredi 31 décembre 2003

Contacts

  • Charles Magnin
    courriel : Charles [dot] Magnin [at] pse [dot] unige [dot] ch

Source de l'information

  • Charles Magnin
    courriel : Charles [dot] Magnin [at] pse [dot] unige [dot] ch

Pour citer cette annonce

« L'éducation nouvelle : genèse et métamorphoses », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 26 novembre 2003, http://calenda.org/188591