AccueilArchives privées, patrimoine public ?

*  *  *

Publié le mercredi 03 décembre 2003 par Anne Gentil-Beccot

Résumé

Faut-il considérer les archives privées comme une question d’intérêt public, et si oui jusqu’à quel point ? Le droit laisse dans la notion d’archives privées un certain flou : la loi du 3 janvier 1979 les définit par la négative, en les opposant aux arch

Annonce

Archives privées, patrimoine public ?

Faut-il considérer les archives privées comme une question d’intérêt public, et si oui jusqu’à quel point ?

Le droit laisse dans la notion d’archives privées un certain flou : la loi du 3 janvier 1979 les définit par la négative, en les opposant aux archives publiques (ce qui n’est pas public est privé), et elle réglemente le statut des archives « classées », donc reconnues d’intérêt public, sans préciser les critères de ce classement. C’est sans doute que les bornes de l’intérêt public sont en la matière difficiles à poser. Dans les faits, la démarche de collecte d’archives privées des institutions publiques conservatrices d’archives n’est d’ailleurs pas uniforme. Des organismes privés de collecte et/ou de valorisation des fonds privés ont, de plus, émergé pour, peut-être, pallier un manque d’initiative. Il est vrai que les services d’archives de structures privées, entreprises, syndicats, associations ou autres, demeurent peu nombreux, et réservés aux plus importantes d’entre elles. Quant aux archives personnelles et familiales, elles ont peu de chances de survie hors d’un centre d’archives. Quoiqu’il en soit, des services d’archives publics, privés, internes, externes, contribuent ensemble à la sauvegarde de ce patrimoine. Chacun selon son mode de fonctionnement et ses objectifs propres offre un type de réponse particulier en termes de méthodes de collecte, de traitement et de mise en valeur des fonds. Cependant, si leurs moyens sont divers, le souci est commun : évaluer, pérenniser et valoriser la part d’intérêt public que recèlent les archives privées.  

L’édition 2004 des journées d’études de l’Association des Diplômés d'Archivistique de Lyon 3, cinquième du genre, fournira l’occasion d’assister à une rencontre entre archivistes du monde privé, oeuvrant dans des contextes différents, et utilisateurs de ces sources, historiens familiers de ces fonds qui nous parleront de leurs richesses et, peut-être, des particularités de leur exploitation. Ces multiples témoignages nous éclaireront sans doute sur les réels enjeux de leur collecte et de leur conservation.

Le programme

Vendredi 23 janvier

9 h – 9 h 30 : Accueil des participants

1. L’apport des archives privées au patrimoine collectif, points de vue d’utilisateurs.

·     Archives d’entreprises, un patrimoine industriel à explorer

9 h 30 – 10 h 45

Par Denis Woronoff, historien, professeur émérite à l'université Paris I Panthéon Sorbonne

·     Archives sauvages : responsabilité et déontologie pour l’historien

11 h – 12 h 15

Par Mathias Gardet, historien et chercheur associé au Centre d’histoire sociale du XXe siècle

12 h 30 – 14 h : Pause déjeuner

2. Les archives privées dans les institutions publiques.

·     Démarche de collecte de l’Institut d’Histoire du Temps Présent

 

Par Anne-Marie Pathé, archiviste documentaliste à l’Institut d’Histoire du temps présent

14 h - 15 h 15

 

·     Collecte, traitement et valorisation des archives privées au

       Centre Historique des Archives Nationales

15 h 30 – 16 h 45

Par Magali Lacousse, conservateur adjointe à la Section des Archives privées du Centre Historique des Archives Nationales,

·     Sauvegarde et mise en valeur du patrimoine privé : un domaine à

       part entière aux Archives du Calvados

17 h – 18 h

Par Martine Le Roc’h Morgère, responsable du secteur des archives du monde du travail à la Direction des Archives départementales du Calvados

SAMEDI 24 JANVIER

3. Mise en place d’un service archives interne à un organisme privé.

·     Les archives de la CFDT

9 h 30 – 10 h 45

Par Annie Kuhnmunch, conservateur des archives confédérales CFDT

 

4. Collecte et mise en valeur des fonds par des structures associatives.

 

·     Positionnement de l’Académie François Bourdon pour la sauvegarde

       des archives industrielles

11 h – 12 h 15

Par Ivan Kharaba, historien spécialiste d’Histoire contemporaine, directeur de l’Académie François Bourdon

12 h 30 – 14 h : Pause déjeuner

·     L’association Génériques : recensement d'archives sur

       l'immigration, sauvegarde, classement et valorisation de fonds.

14 h – 15 h 15

Par Patrick Veglia, historien, chargé d’études à l’association Génériques

 

·     Le Centre des archives de la Protection de l’enfance et de

       l’adolescence

15 h 30 – 16 h 45

Par Roger Bello, Président du Centre national des Archives et de l’histoire de l’éducation spécialisée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dates

  • vendredi 23 janvier 2004

Mots-clés

  • archive, patrimoine

Contacts

  • Raveneau Claudie
    courriel : cl_raveneau [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Dejob Agnès
    courriel : agnes [dot] dejob [at] paysdelaloire [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Archives privées, patrimoine public ? », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 03 décembre 2003, http://calenda.org/188617