AccueilAprès les frontières, avec la frontière : quelles territorialités transfrontalières?

*  *  *

Publié le vendredi 05 décembre 2003 par Natalie Petiteau

Résumé

Les territorialités contemporaines, de multiples manières, s'affranchissent des frontières. Que l'on considère la dispersion, le nomadisme et l'ubiquité issue des technologies de communications en ce qui concerne les pratiques spatiales, les logiques de r

Annonce

ANNONCE DE COLLOQUE ET APPEL A COMMUNICATIONS

 

Institut de géographie Alpine
Laboratoire TERRITOIRE / UMR-PACTE
Université Joseph-Fourier, Grenoble
Cité des territoires
14 bis, avenue Marie-Reynoard
38100 Grenoble


Après les frontières, avec la frontière : quelles territorialités transfrontalières ?


2 et 3 juin 2004



Les territorialités contemporaines, de multiples manières, s’affranchissent des frontières. Que l’on considère la dispersion, le nomadisme et l’ubiquité issue des technologies de communications en ce qui concerne les pratiques spatiales, les logiques de réseau dans les structurations des échanges, les conséquences des intégrations régionales et des transformations des limites institutionnelles pour les structurations politiques, nombreux sont les phénomènes qui concourent à modifier significations, pratiques et fonctions des limites politiques des territoires.
Ces derniers, on le sait en sont ébranlés, dans leur configuration comme dans leur nature. Initialement défini comme un espace construit dans des limites et par ces limites, le territoire est aujourd’hui confronté à ces pratiques de mobilité et de réseau qui en questionnent les formes et la figure, sans pour autant le remettre en cause. Après les frontières, comment se redéfinissent alors les territorialités dans ces nouveaux espaces flous, de bordure, de passage ou d’articulation ?
Les frontières institutionnelles sont souvent examinées dans leur opposition à ces dynamiques : leur caractère d’ancienneté et leur fixité en feraient des éléments relictuels. Déplacées, resignifiées, virtualisées ou incorporées dans les représentations et les pratiques, elles continuent pourtant à imprégner les territorialités, se trouvent insérées dans des processus de construction territoriale novateurs. Que se fabrique-t-il alors avec la frontière ? Comment intervient-elle, sous quelles formes et quels rôles, dans les relations entre territoires ?
C’est cette complexité des nouvelles territorialités qu’il s’agit d’examiner, en ce qu’elles procèdent de configurations anciennes et de dynamiques nouvelles. De ce point de vue les analyses d’espaces « transfrontaliers » permettent de travailler la notion de territoire au sens fort du terme : des mutations de la frontière -dans ses expressions spatiales concrètes et dans ses significations-, dans de nouveaux rapports au territoire dans les zones de frontière -dans les pratiques et dans les sentiments d’appartenance-, l’on attend une compréhension des territorialités contemporaines.

Après le colloque de Bordeaux des 26-27 février « frontières, frontière », ce colloque de Grenoble interrogera plus particulièrement les formes de construction des identités et les façons dont elles intègrent aujourd’hui la discontinuité. Au-delà des réflexions sur la dé-fonctionnalisation / re-fonctionnalisation des frontières, il s’agira d’envisager les recompositions territoriales dans leur rapport aux frontières institutionnelles. Pour ceux qui la vivent au quotidien, parce qu’ils habitent à proximité, comme pour ceux qui l’utilisent dans leurs stratégies politiques et économiques, depuis les villes qui l’entourent notamment. L’interrogation sur le devenir contemporain des frontières conduira alors mettre en évidence l’intégration de la discontinuité dans le territoire, les nouvelles manières dont les territoires se positionnent les uns par rapport aux autres, s’articulant, s’interpénétrant, se réajustant selon les cas, les problèmes et les modes de gestion institutionnelle qui en sont la conséquence. Elle permettra de poser le rapport entre territoire et discontinuité non plus en termes de rapport à une altérité matériellement distinguée mais en fonction d’une construction complexe, articulée et réticulaire. Elle sera l’occasion de repenser les modes de construction du bien commun qui fait substrat territorial ainsi que les processus de différenciation qui l’accompagnent.

Des programmes de recherche récents ont interrogé de façon plus approfondie le rapport entre frontières et montagnes, faisant apparaître ces espaces comme significatifs de l’évolution du statut et de l’approche des discontinuités territoriales. Longtemps conçues de l’extérieur comme des figures de rupture et de barrière alors que s’y développaient traditionnellement des formes variées de mobilité, les montagnes constituent désormais des lieux où le rapport à la discontinuité et à la mobilité a beaucoup évolué. A ce titre, on se propose d’interroger tout particulièrement les montagnes, dans ce qu’elles révèlent de la transformation du rapport entre frontière et identité.

Dans ce contexte problématique, le colloque souhaite proposer des communications s’intéressant :
- à la morphologie des espaces transfrontaliers,
- au statut de la discontinuité dans les territoires,
- aux configurations qui caractérisent les territoires traversés par la frontière,
- à la frontière en actions (formes de mobilisation et d’instrumentalisation de la frontière),
- aux formes de mobilité induites par le franchissement de la frontière et aux territorialités circulatoires qu’elles engendrent.

Comité Scientifique


Anne-Laure Amilhat Szary (Université de Grenoble), Christiane Arbaret-Shutz (Université de Haute-Alsace), Benoît Antheaume (IRD), Bernard Debarbieux (Université de Genève), Ruggero Crivelli (Université de Genève), Cédric Dupont (Institut universitaire des hautes études internationales, Genève), Marie-Christine Fourny (Université de Grenoble), Sergio Gonzalès (Université de Santiago du Chili), Jean-Luc Piermay (Université de Strasbourg), Claude Raffestin (université de Genève), Jean-Pierre Renard (Université d’Artois), Bernard Reitel (Université de Haute-Alsace), Michel Roux (université de Toulouse), Gian Paolo Torricelli (Observatoire du territoire, Canton du Tessin, Suisse) ; Hélène Vélasco (Université de Bordeaux).



Proposition de Communication à envoyer avant le 5 janvier 2004 :
Nom : Prénom :
Organisme, équipe de recherche :
Adresse
Tél :
e-mail :
Titre proposé :

Joindre un résumé de 3 000 signes :


A adresser à
Cité des Territoires
Institut de Géographie Alpine, Université Joseph-Fourier (Grenoble I)
laboratoire TERRITOIRE-UMR PACTE
14 bis avenue Marie Reynoard
38100 Grenoble
Tél : (33)(0)4 76 82 20 00
Fax: (33)(0)4 76 82 20 01

Marie-Christine Fourny fourny-kober.marie-christine@ujf-grenoble.fr
Anne-Laure Amilhat Szary anne-laure.amilhat@ujf-grenoble.fr

Si vous ne souhaitez pas proposer de communication, merci de prendre contact avec nous pour recevoir le programme du colloque et les modalités d’inscription.

Catégories

Lieux

  • Grenoble, France

Dates

  • lundi 05 janvier 2004

Contacts

  • FOURNY #
    courriel : fourny-kober [dot] marie-christine [at] ujf-grenoble [dot] fr
  • AMILHAT SZARY
    courriel : anne-laure [dot] amilhat [at] ujf-grenoble [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • JUGE #
    courriel : lionel [dot] juge [at] laposte [dot] net

Pour citer cette annonce

« Après les frontières, avec la frontière : quelles territorialités transfrontalières? », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 05 décembre 2003, http://calenda.org/188629