AccueilLa coopération entre l'Union européenne élargie et son Nouveau voisinage : enjeux et perspectives

*  *  *

Publié le vendredi 05 décembre 2003 par Natalie Petiteau

Résumé

Il s'agit d'un colloque pluri-disciplinaire qui bénéficie du patronage du Parlement européen et du Ministère français délégué aux Affaires européennes.

Annonce

La coopération entre l'Union européenne élargie et son Nouveau voisinage : enjeux et perspectives

Il s'agit d'un colloque pluri-disciplinaire qui bénéficie du patronage du Parlement européen et du Ministère français délégué aux Affaires européennes. Ce colloque est organisé par la Chaire Jean Monnet en Intégration régionale comparée de l'Université Montesquieu-Bordeaux IV en collaboration avec l'INSEA de Rabat (Maroc). La date-limite de proposition de communication (deux ou trois pages) est fixée au 15 janvier 2004. Cette manifestation aura lieu à Rabat les 28 et 29 avril 2004.


IVemes JOURNEES INTERNATIONALES D’ETUDES JEAN MONNET


sous le patronage du Parlement européen
et du Ministère délégué aux Affaires Européennes



INSEA, RABAT (MAROC)

MERCREDI 28 ET JEUDI 29 AVRIL 2004

APPEL A COMMUNICATIONS

La Chaire Jean Monnet en Intégration régionale comparée organise les mercredi 28 et jeudi 29 avril 2004 à l'INSEA de Rabat (Maroc) à l’occasion de ses IV Journées internationales d’Etudes, un colloque pluridisciplinaire sur le thème suivant :

La coopération entre l'Union européenne élargie et son nouveau voisinage : enjeux et perspectives


L’élargissement de l’Union européenne en mai 2004 va modifier les frontières extérieures de l’Europe actuelle et lui donner de nouveaux voisins (Russie, Ukraine, Belarus, Moldova, Etats balkaniques occidentaux) d’une part, et va amener l’ensemble des pays méditerranéens à ses portes, d’autre part. Une population de plus de 450 millions d’habitants et un PIB d’environ 10 000 milliards d’euros accorderont à cette nouvelle union de 25 pays un poids politique, géographique, et économique considérable sur le continent européen.
Un nouveau contexte géopolitique

La zone d’influence politique et institutionnelle de l’Union européenne va s’accroître. Sur un plan économique, l’allocation des ressources (facteurs de production, production et échange des biens et des services marchands et collectifs, etc) va s’en trouver sensiblement modifiée. Et au-delà des frontières extérieures, l’élargissement affectera les relations politiques, économiques et sociales que l’Union européenne entretient avec d’autres parties du globe incluses dans sa zone d’échanges naturelle. Il va donner par conséquent une nouvelle impulsion aux actions entreprises pour se rapprocher des 385 millions d'habitants des pays qui se trouveront aux frontières extérieures terrestres et maritimes de l'Union, à savoir la Russie, les NEI occidentaux et les pays du Sud de la Méditerranée. Avec l'adhésion des nouveaux États membres, l'Union aura davantage intérêt encore à renforcer ses relations avec ses nouveaux voisins dans tous les domaines (politique, juridique, économique et social). Au cours de la prochaine décennie et au-delà, la capacité de l'Union à garantir à ses citoyens la sécurité, la stabilité et le développement durable sera principalement liée à l'intérêt apporté à une coopération étroite avec ses voisins.

Des évolutions dans les conditions de production et d’échange


L'interdépendance économique de l'Union et de ses voisins est déjà bien inscrite dans les faits. Par exemple, en s'affirmant parmi les grandes devises internationales, l'euro va ouvrir de nouvelles perspectives d'intensification des relations économiques. Une proximité géographique accrue signifie que l'Union élargie et ses nouveaux voisins auront un grand intérêt à soutenir les efforts déployés pour favoriser les flux transnationaux de commerce et d'investissement. Les pays voisins apparaissent comme des partenaires essentiels à l'Union européenne pour assurer un renforcement mutuel de la production, de la croissance économique et du commerce extérieur dans un espace élargi de coopération et favoriser ainsi les échanges de capital humain, de savoirs et de cultures. L'Union européenne doit aussi veiller à ce que les disparités économiques et sociales entre régions ne s’accroissent pas, voire régressent par une régulation appropriée et ainsi préserver la cohésion sociale et le dynamisme économique, seuls garants de la stabilité et de la paix. Des régulations communautaires traditionnelles (fonds structurels) et nouvelles (action par la création d’instruments financiers ou bancaires ad hoc) devront intervenir de façon complémentaire aux régulations nationales quand elles existent. Au-delà de ses frontières extérieures, l’Union doit promouvoir la coopération et l'intégration régionales et sous - régionales, conditions préalables à la stabilité politique, au développement économique et à la réduction de la pauvreté et des divisions sociales dans un environnement désormais commun. L'ensemble des politiques économiques de l'Union (commerciale, de coopération au développement, environnementale, etc.) devront être dimensionnées à la hauteur de l'événement. En novembre 2002, le Conseil Affaires générales et relations extérieures a lancé les travaux concernant l'initiative en faveur d'une Europe élargie et a plus particulièrement souligné à cette occasion la situation de l'Ukraine (plus généralement des Nouveaux États indépendants occidentaux - Ukraine, Moldova, Belarus-) et du Sud de la Méditerranée (Algérie, Égypte, Israël, Jordanie, Liban, Libye, Maroc, Autorité palestinienne, Syrie et Tunisie). Cela étant, la coopération avec la Russie sera une composante essentielle d’un rapprochement durable et stable avec les nouveaux voisins. La Commission européenne (communication de mars 2003) et le Conseil des Ministres (conseil européen de Thessalonique de juin 2003) confirmeront par la suite tout l’intérêt accordé à une coopération active et renouvelée avec le nouveau voisinage.

La définition de nouvelles régulations


L’Union européenne est appelée à jouer un rôle important dans les évolutions institutionnelles, juridiques, politiques, économiques et sociales de sa nouvelle zone de voisinage. Elle devra veiller à ce que l’Etat de droit et le respect des droits de l’Homme deviennent la règle conditionnelle à toute coopération active, ce qui implique des progrès politiques et institutionnels dans plusieurs régions. L’Europe et ses voisins ont aussi un intérêt commun à se prémunir contre les menaces transfrontalières (problèmes de défense et de sécurité communes, lutte contre le terrorisme, la pollution atmosphérique, etc). Sur un plan économique, l’Union doit offrir à la Russie, aux NEI occidentaux et aux pays du Sud de la méditerranée une perspective de participation au marché intérieur tout en favorisant l’approfondissement de l’intégration pour promouvoir la libre circulation des personnes, des biens, des services et des capitaux. Tous les pays du nouveau voisinage, qui ont de nombreux intérêts communs, ont des chances à saisir et des défis à relever s’agissant des questions de proximité, de prospérité et de pauvreté. Cela passe par l’adaptation de leurs politiques nationales, l’assistance des politiques communautaires actuelles mais aussi par la définition de régulations originales issues d’initiatives communautaires en matière de cohésion économique, sanitaire ou sociale ou d’instruments nouveaux, en particulier financiers.
Les travaux qui débuteront et s’achèveront en séance plénière se dérouleront dans deux ateliers pluridisciplinaires autour des thématiques ci-dessous relatives aux évolutions tant dans l’Union européenne élargie que dans les pays du nouveau voisinage (énumération non exhaustive) :

Atelier 1 - Les défis politiques, institutionnels et juridiques, économiques et sociaux : les difficultés politiques et institutionnelles, notamment dans les pays du nouveau voisinage ; la question des minorités et le respect de leurs droits ; la pauvreté et son évolution ; les mouvements démographiques ; les risques sanitaires et l’exclusion sociale ; les migrations de main-d’œuvre ; l’immigration clandestine ; la criminalité organisée ; la corruption ; les problèmes liés à l’environnement ; les évolutions des conditions de production des biens et de leur échange ; les perspectives d’échanges commerciaux et d’investissements directs ; les évolutions du marché du travail en Europe et dans le pays du nouveau voisinage ; les risques de dumping fiscal, social, environnemental ; les chocs économiques dans les pays du nouveau voisinage ; le développement économique et social des régions transfrontalières ; l’évolution du statut de l’euro ; les risques et les canaux de transmission des crises, notamment les canaux financiers, etc.
Atelier 2 - La régulation dans le nouvel espace - des politiques d’accompagnement aux régulations communes : le partenariat stratégique Union européenne - Russie ; les politique de réformes institutionnelles des nouveaux voisins à l’Est et au Sud ; les contraintes liées aux conflits régionaux, en particulier en Méditerranée ; la politique européenne de défense et de sécurité ; la politique de défense européenne et le fédéralisme budgétaire ; les politiques de lutte contre la drogue et la criminalité organisée ;la coopération policière, judiciaire et l’assistance juridique mutuelle ; les critères de référence de la coopération Union européenne - pays méditerranéens ; la promotion du régionalisme économique ; les politiques commerciales extérieures ; les politiques d’harmonisation des conditions de production (adoption des règles du marché unique, de l’acquis communautaire, etc) ; la cohésion économique de longue période et les fonds structurels ; les politiques d’interconnexion des infrastructures ; la production des biens collectifs et le fédéralisme budgétaire ; la gouvernance économique de la zone euro et des autres régions ; le partenariat avec le monde arabe ; la création de nouveaux instruments de financement ; le dialogue interculturel ; etc.

Les propositions de contribution, de deux ou trois pages environ, sont à adresser au :

Secrétariat de la Chaire Jean Monnet "Intégration régionale comparée"
Université Montesquieu-Bordeaux IV
Avenue Léon Duguit – 33608 – PESSAC
E-mail : chaire@montesquieu.u-bordeaux.fr
Téléphone : 05-56-84-86-20

ou à :

I.N.S.E.A.
B.P. 6217 - Rabat-Instituts - MAROC
E.Mail : hamdouch@insea.ac.ma Téléphone : (212) 37-774859/60 -

avant le 10 janvier 2004


Les auteurs seront informés le 20 janvier 2004 au plus tard de la suite donnée à leur proposition de communication après examen par le Comité scientifique des IVèmes Journées d'Etude. Les textes définitifs des contributions (15 - 20 pages) devront parvenir à l’ I.N.S.E.A., B.P. 6217 - Rabat-Instituts – MAROC, au plus tard le 10 avril 2004. Le programme des Journées d'Etudes sera envoyé dans le courant du mois de mars 2004 aux différents intervenants.

Comité scientifique du colloque :
M. R. Amrani, Université Mohammed V Agdal, Rabat ;
B. Hamdouch, INSEA de Rabat ;
B. Blancheton, Université Montesquieu - Bordeaux IV ;
J. Mazier, Université de Paris XIII ;
C. Blayo, Université Montesquieu - Bordeaux IV ;
G. Orcalli, Université de Padoue ;
B. Desaigues, Université de Paris I Panthéon Sorbonne ;
J.-M. Siroën, Université Paris IX – Dauphine ;
J.-M. Figuet, Université Montesquieu – Bordeaux IV ;
D. Torre, Université de Nice Sophia Antipolis ;
C. Flaesch-Mougin, Université de Rennes I ;
B. Yvars, Université Montesquieu - Bordeaux IV.

Catégories

  • Europe (Catégorie principale)

Lieux

  • Rabat, Maroc

Dates

  • jeudi 15 janvier 2004

Contacts

  • Secrétariat de la chaire Jean Monnet
    courriel : chaire [at] montesquieu [dot] u-bordeaux [dot] fr
  • I.N.S.E.A. #
    courriel : hamdouch [at] insea [dot] ac [dot] ma

URLS de référence

Source de l'information

  • Chaire Jean Monnet en Intégration régionale comparée
    courriel : chaire [at] u-bordeaux4 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La coopération entre l'Union européenne élargie et son Nouveau voisinage : enjeux et perspectives », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 05 décembre 2003, http://calenda.org/188631