AccueilPluralisme culturel et identités régionales au Canada et dans l'Europe des régions

*  *  *

Publié le mardi 16 décembre 2003 par Anne Gentil-Beccot

Résumé

Ce colloque porte sur les relations entre « identité collective » et « diversité culturelle » dans les États, provinces ou régions où se concentrent des groupes nationaux ou des identités culturelles minoritaires.

Annonce

Pluralisme culturel et Identités régionales
au Canada et dans l’Europe des régions

Colloque International, Bordeaux, les 15 et 16 janvier 2004

Organisé par
Le Centre de recherche et d’étude sur le Canada et le Québec en sciences sociales de l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux (CRECQSS)
Et
La Chaire de recherche du Canada en études québécoises et canadiennes de l’Université du Québec à Montréal

Ce colloque porte sur les relations entre « identité collective » et « diversité culturelle » dans les États, provinces ou régions où se concentrent des groupes nationaux ou des identités culturelles minoritaires. L’objectif est de comprendre comment ces entités politiques réussissent à conjuguer la défense d’une identité nationale ou régionale avec la reconnaissance de la différence culturelle.

En théorie, les sciences sociales ont souvent opposé nationalisme et pluralisme. La promotion d’une citoyenneté basée sur une homogénéité culturelle et linguistique s’oppose à la reconnaissance des « autres » cultures qui sont ainsi vouées à l’assimilation ou à la marginalisation. Mais les expériences collectives récentes (sociales, politiques, institutionnelles, culturelles) qui ont mis en présence une identité nationale ou régionale en voie d’affirmation collective et des « minorités » culturelles n’ont pas pour autant conduit au pronostic wébérien de la « Guerre des dieux ». Les territoires et les entités politiques où se concentrent des groupes nationaux ou régionaux en quête de reconnaissance ne sont pas, de facto, réfractaires au pluralisme culturel. Au contraire, il semble bien que certains mécanismes institutionnels, sociaux et culturels, propres à ces entités politiques, puissent contribuer à rendre co-possibles sur ces territoires la promotion d’une identité collective et la reconnaissance de la diversité culturelle. Les structures politiques régionales auraient ainsi les capacités d’innovation politique, sociale et culturelle nécessaires – qui, de fait, ne seraient pas réservées aux seuls États multinationaux – pour contribuer à la formation d’une identité collective démocratique et ouverte à la différence culturelle.

Notre point d’ancrage est l’étude du Québec, où culture nationale et minorités culturelles se côtoient dans la vie publique ainsi que dans les pratiques et institutions sociales depuis plusieurs décennies. Au regard de cette expérience, nous pouvons affirmer que les rapports entre revendication nationale et diversité culturelle sont complexes et ne se réduisent pas à l’antinomie classique entre nationalisme et pluralisme. Il devient alors important de saisir si cette expérience s’ouvre à un modèle original d’agencement entre la solidarité nationale et la différenciation culturelle. Si le Québec constitue un point d’ancrage des recherches, la tradition du CRECQSS est aussi de favoriser les études comparatives et les échanges universitaires entre les continents américain et européen. À cet effet, le colloque veut associer des travaux portant sur des expériences canadiennes et européennes où s’entrecroisent les axes de notre thématique. L’Europe des régions, consciente de ses identités, est-elle plus tolérante vis-à-vis des apports culturels extérieurs ? Quelle est la dynamique culturelle, institutionnelle et sociale qui rend possible (ou impossible) le mariage entre le pluralisme et les identités nationales ou régionales ?

Le colloque fait appel à des contributions critiques de chercheurs canadiens et européens. La thématique « pluralisme culturel et identités régionales » sera abordée selon quatre axes touchant le domaine des institutions politiques et juridiques ; la diversité culturelle et religieuse ; les enjeux territoriaux des mouvements migratoires ; la citoyenneté et la démocratie.

 

Normes et valeurs. Cet axe a pour thème les structures institutionnelles qui favorisent ou limitent l’interaction entre identité collective et pluralisme culturel sur une base régionale. En premier lieu, existe-t-il au plan juridique une relation entre normes et valeurs qui permette, dans le respect des critères d’équité ou de justice, la double affirmation d’une identité régionale et d’un pluralisme culturel ? Par ailleurs, certaines structures politiques (fédéralisme, mise en œuvre du principe de subsidiarité, etc.) favorisent-elles la coopération ou l’entente entre une culture régionale à vocation dominante et les cultures minoritaires ou migrantes présentes sur le territoire ?

 

Mutations culturelles et religieuses. Traditionnellement, la religion et la langue ont été des facteurs de cohésion des cultures minoritaires et/ou régionales. Or, dans un contexte pluraliste d’ouverture et d’adaptation à la diversité culturelle, il y a « concurrence » sur le plan des valeurs. Les identités nationales ou régionales doivent ainsi procéder à un certain décentrement dans leur rapport à la culture, à la religion ou à l’histoire. Cela doit nécessairement transparaître dans des secteurs comme ceux de l’éducation et des politiques culturelles, où la transmission des valeurs exerce un rôle essentiel.

 

Immigration, population et territoire. Quels enjeux représentent les mouvements migratoires pour les identités régionales ? Que ce soit dans un contexte d’ouverture à l’immigration externe (Québec) ou dans un contexte d’ouverture des frontières internes (Europe), les identités régionales sont soumises à des pressions migratoires. Il s’ensuit une quête d’équilibre ou une tentative de composition entre l’ouverture aux autres cultures et l’affirmation d’une identité collective.

 

Démocratie et citoyenneté. Comment redéfinir l’appartenance citoyenne dans ces contextes où se retrouvent des rapports identitaires complexes : identités régionales ou nationales, identités culturelles des migrants, relation à des structures fédérales ou communautaires, etc. ? La citoyenneté doit-elle se calquer sur ces différents modes d’appartenance ou systèmes de représentation(s), telle une citoyenneté différenciée ? Ou doit-elle rester l’identification commune et unique aux normes démocratiques et de justice qui transcendent toute différence ? À l’heure où les grands États-Nations et/ou les ensembles multinationaux sont confrontés à ces problématiques, les États-régions ne seraient-ils pas, eux aussi, en train de développer une nouvelle approche de la thématique ?

Programme

Mercredi 14 janvier, 16 h 30
Université Victor Segalen Bordeaux 2, 3 ter place de la Victoire, Amphithéâtre Pitres
Conférence-débat
Jean-Pierre PROULX, Président du Conseil supérieur de l’éducation du Québec
Georges FELOUZIS, Professeur de sociologie, Université Victor Segalen Bordeaux 2

La gestion de la diversité ethnoculturelle et religieuse dans l’éducation. Regards croisés Québec-France


Jeudi 15 janvier
Pôle universitaire de Bordeaux, 166, cours de l’Argonne, Bordeaux

9 h – 12 h 30 : Atelier 1 /Normes et valeurs

Alain-G GAGNON, Université du Québec à Montréal
Le fédéralisme multinational démocratique sous examen : des tensions saines et des questions non résolues

Myriam CHARBIT, Institut d’Etudes Politiques, Bordeaux
Israël, une société quasi-consociative : éclairage sur un débat contemporain

Nicolas LEVRAT, Université de Genève
L’intégration européenne et les identités régionales

François ROCHER, Université Carleton, Ottawa et Micheline LABELLE, Université du Québec à Montréal
 
 
14 h – 17 h 30 Atelier 2 / Mutations culturelles et religieuses

Xavier ITCAÏNA, Institut d’Etudes Politiques, Bordeaux
Sécularisation du politique et construction identitaire au Pays Basque et au Québec : pistes pour une comparaison

Gilles LABELLE, Université d’Ottawa 
Entre substance et procédure: le cas des récits de fondation du Québec contemporain

Louis ROUSSEAU, Université du Québec à Montréal
Le nouvel environnement global du processus de recomposition identitaire en cours dans la région montréalaise contemporaine : le travail de la référence religieuse

Jacques PALARD, Institut d’Etudes Politiques, Bordeaux
La déconfessionnalisation de l’école québécoise : l’après-rapport Proulx


Vendredi 16 janvier
Pôle universitaire de Bordeaux, 166, cours de l’Argonne, Bordeaux

9 h – 12 h 30 : Atelier 3 / Démocratie et citoyenneté

Linda CARDINAL, Craig Dobbin Chair of Canadian Studies,University College, Dublin, et Université d’Ottawa
Appartenance citoyenne et diversité : les limites de la politique de l'identité

Bernard GAGNON, Institut d’Etudes Politiques, Bordeaux
Citoyenneté et pluralisme dans le modèle québécois d’intégration des immigrants
Montserrat GUIBERNAU, Open University, Cambridge
On Catalan Identity: An account of Jordi Pujol’s theory of nationalism

Michael KEATING, Institut universitaire européen de Florence
European Integration and the Nationalities. Question

Cécile POIRIER, INRS-Urbanisation, Culture et Société et Université Bordeaux 3
Les ambiguïtés de la gestion de la diversité : retour sur l’interculturalisme et la citoyenneté locale


14 h – 17 h 30 : Atelier 4 / Immigration, population et territoire

Danielle JUTEAU, Université de Montréal
« Une île, une ville ». L'impact de la fusion municipale sur le pluralisme et
les rapports ethniques à Montréal

Christian POIRIER, Université d’Ottawa
Les villes canadiennes et la gestion de la diversité ethnique : enjeux administratifs, discursifs et politiques

Marc-Urbain PROULX, Université du Québec à Chicoutimi
Difficile appropriation territoriale au Québec

Evelyne RITAINE, Institut d’Etudes Politiques, Bordeaux

Lieux

  • Bordeaux, France

Dates

  • jeudi 15 janvier 2004

Contacts

  • Jacques Palard
    courriel : palard [at] sciencespobordeaux [dot] fr

Source de l'information

  • Jacques Palard
    courriel : palard [at] sciencespobordeaux [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Pluralisme culturel et identités régionales au Canada et dans l'Europe des régions », Colloque, Calenda, Publié le mardi 16 décembre 2003, http://calenda.org/188646