AccueilJustice et justiciables en France du Moyen Âge à nos jours: regards et représentations

*  *  *

Publié le mercredi 04 février 2004 par Natalie Petiteau

Résumé

Annonce

Justice et justiciables en France du Moyen-Age à nos jours : regards et représentations

Appel à contributions

L’Université de Provence, la Faculté de droit et de sciences politiques d’Aix-Marseille, la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme et le Conseil général des Bouches-du-Rhône organisent, avec l’appui de l’Association française pour l’histoire de la justice, un colloque interdisciplinaire qui se tiendra à Aix-en-Provence les vendredi 15 et samedi 16 octobre 2004, à l’occasion de l’ouverture au public du nouveau centre aixois des Archives départementales.

Ce colloque, qui prend place dans une séquence particulièrement dense de rencontres scientifiques sur le monde judiciaire, veut tenter une approche sur la longue durée, du Moyen-Age à nos jours, du monde judiciaire en France, de quelque ordre qu’il relève (judiciaire, ecclésiastique, militaire, administratif, etc.), dans ses rapports avec les justiciables, tels qu’ils semblent structurellement marqués par les tropismes antagonistes de la distance et de la connivence. Empruntant une démarche résolument généalogique pour mieux cerner des phénomènes dont l’origine continue d’éclairer la signification, il doit permettre de confronter les analyses des historiens et des historiens du droit et celles de spécialistes d’autres sciences humaines : sociologie, ethnologie, sciences politiques, histoire de l’art et de la littérature.

Dans cette perspective transdisciplinaire, quatre thèmes ont été retenus :

1. Temps et lieux de justice : l’ambition est d’explorer ces deux champs de façon autonome, en s’arrêtant par exemple sur la durée du processus judiciaire, condition pour les professionnels d’une justice de qualité non moins que motif d’exaspération pour nombre de justiciables, mais aussi d’étudier les liens qui se tissent entre l’espace et le temps du judiciaire (soit l’organisation de l’espace judiciaire dans le temps de la procédure) ; c’est ici que peut également prendre place l’analyse du décorum et du cérémonial judiciaires, tels qu’ils s’inscrivent dans la hiérarchie des lieux et tels que les agence aussi le déroulement de l’année judiciaire, ou encore celle de l’impact des compétences et des modes de fonctionnement des différents types de justices et de juridictions.

2. Le regard du monde judiciaire sur les justiciables : le balancement entre objectivation, stigmatisation et compassion paraît devoir être appréhendé par la procédure et ses avatars, tant historiques que juridiques (justice ecclésiastique vs civile, justice civile vs pénale, commerciale vs prud’homale, judiciaire vs administrative), mais aussi par la représentation (quelle vision/quelle idéologie du justiciable se dégage, par exemple, des programmes iconographiques des palais de justice).

3. Le regard et les attentes des justiciables sur le monde judiciaire : on pourra s’attacher ici à l’analyse des demandes de réparation comme à celle des stratégies d’évitement ou, à l’inverse, d’instrumentalisation, mais aussi à l’étude de la perception des conflits de compétences par les justiciables, ou encore à celle des relations des deux groupes en-dehors de l’enceinte judiciaire, quand le magistrat ou l’avocat est aussi un propriétaire aux prises avec ses fermiers/locataires, ou un homme politique sollicité et jugé par ses électeurs.

4. L’imaginaire du judiciaire : on scrutera enfin les permanences et les ruptures qui affectent la représentation de l’appareil judiciaire, des lieux comme des hommes de droit, dans toutes les branches de la création artistique et fictionnelle, y compris la plus triviale (telle que, par exemple, la série télévisée). Les chercheurs intéressés sont invités à se manifester jusqu’au 7 mars 2004 en faisant parvenir un résumé de leur proposition d’intervention avec leurs coordonnées (incl. qualités et identification de l’organisme de recherche de rattachement) à l’adresse électronique suivante : anne.giovannelli@cg13.fr A toutes fins utiles, il est précisé que les organisateurs n’excluent pas la possibilité d’une prise en charge partielle des frais de transport et de séjour des intervenants.

Le comité scientifique est composé de Gabriel Audisio, professeur d’histoire moderne à l’université de Provence, de Catherine Delplanque, secrétaire scientifique de l’Association française pour l’histoire de la justice, de Julie Fontanel, conservateur du patrimoine (Arch. dép. des Bouches-du-Rhône), de François Gasnault, directeur des Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, d’Etienne Jollet, directeur du département d’histoire de l’art (Université de Provence), d’Anne Leborgne, directrice de l’institut d’études judiciaires (faculté de droit et de sciences politiques d’Aix-Marseille), d’Yves Ozanam (archiviste-bibliothécaire de l’ordre des avocats à la cour d’appel de Paris), de Marc Pena, professeur d’histoire du droit à la faculté de droit et de sciences politiques d’Aix-Marseille, de Liberto Valls, directeur adjoint des Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, et de Laure Verdon, maître de conférences d’histoire médiévale à l’université de Provence
.……………………………………………………………………………………………

Proposition d’intervention
Nom et prénom :
Adresse électronique :
Téléphone :
Adresse :
Qualité :
Organisme de recherche de rattachement :
Titre de l’intervention proposée :
Résumé de l’intervention proposée :

Catégories

  • Droit (Catégorie principale)

Lieux

  • Aix-en-Provence, France

Dates

  • dimanche 07 mars 2004

Contacts

  • Anne Giovannelli
    courriel : anne [dot] giovannelli [at] cg13 [dot] fr

Source de l'information

  • Laure Verdon
    courriel : laure [dot] verdon [at] univ-amu [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Justice et justiciables en France du Moyen Âge à nos jours: regards et représentations », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 04 février 2004, http://calenda.org/188770