AccueilInstitutions du patrimoine

Institutions du patrimoine

Appel à communication du groupe de travail GT 14 "Patrimoine"

*  *  *

Publié le lundi 09 février 2004 par Marin Dacos

Résumé

Travailler sur les institutions du patrimoine, c'est chercher à mieux connaître les diverses manières selon lesquelles les groupements humains (ré)utilisent les différents matériaux de leur histoire pour affirmer la continuité de leur existence temporelle

Annonce

Congrès AISLF

Appel à communication

Groupe de Travail GT 14 « Institutions du patrimoine »

(Yvon Lamy, Jean Davallon, André Micoud)


XVII eCongrès de l’AISLF à Tours, 5-9 juillet 2004.

Travailler sur les institutions du patrimoine, c’est chercher à mieux connaître les diverses manières selon lesquelles les groupements humains (ré)utilisent les différents matériaux de leur histoire pour affirmer la continuité de leur existence temporelle. Ce programme de recherche lui-même, bien entendu, est à situer dans l’espace et dans le temps. S’il est vrai que la sociologie est une discipline du temps présent, elle n’en a pas moins constitué elle aussi un patrimoine (on dit également une « tradition ») qui en fait une institution. Dans le cadre problématique de ce Congrès, on se demandera si le lien social qu’elle a privilégié - peut-être trop exclusivement social et trop exclusivement contemporain - n’a pas oblitéré deux autres types de liens également « sociaux » : celui que les individus entretiennent avec leur généalogie d’une part et avec leur habitat d’autre part, et qui, par là, en font des êtres autrement singuliers. Du coup, que les institution des patrimoines culturels aient de plus en plus recours à l’ethnologie et que celles qui s’occupent des patrimoines naturels s’adossent aux savoirs écologiques (les deux pour un développement durable), est peut-être à mettre en rapport avec l’importance accordée par les sujets à ces nouveaux types d’inscription.

Plus précisément, l'importance du patrimoine collectif (dans ses dimensions monumentales, ethnographiques, écologiques...) vient de ce qu'il suppose, d'une part, la reconnaissance officielle des pouvoirs publics (Etat et collectivités), d'autre part l'investissement du mouvement associatif (sous ses formes locales et fédératives). L'alternance du travail de la mémoire et de l'oubli, parfois la lutte entre les deux, au sein de groupes sociaux spécifiques (professionnels, fonctionnaires, élus, experts, universitaires, agents du patrimoine, associations...), est aujourd'hui le théâtre du champ patrimonial. Cette dynamique lui donne sa légitimité. Le conflit des interprétations qui met aux prises acteurs, associatifs, experts, décideurs, ainsi que les effets de ce conflit sur les destructions et les réhabilitations, les sauvegardes et les valorisations... reflètent la complexité des forces et l'entrelacement tant des discours de qualification sur le patrimoine que des opérations concrètes dont il est l'objet.

La date limite de dépôt de proposition de communication est, officiellement le 15 février 2004. Merci d’essayer de la respecter (de façon à apparaître dans le programme officiel). Dernier délai : 15 mars.

Catégories

Lieux

  • Tours, France

Dates

  • lundi 05 juillet 2004

Contacts

  • André Micoud
    courriel : andre [dot] micoud [at] sfr [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Institutions du patrimoine », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 09 février 2004, http://calenda.org/188789