AccueilNouveaux espaces, nouveaux réseaux en Méditerranée

*  *  *

Publié le mardi 09 mars 2004 par Natalie Petiteau

Résumé

Appel à contribution pour un colloque organisé en collaboration avec l’Institut National d’Aménagement et d’Urbanisme de Rabat, et le concours scientifique du Centre Jacques Berque.

Annonce


PROPOSITION D’APPEL A COMMUNICATIONS


COLLOQUE GRERBAM


GROUPE DE RECHERCHES SUR LES ESPACES ET LES RESEAUX DU BASSIN MEDITERRANEEN (GRERBAM)


RABAT, 12 et 13 novembre 2004

Organisé en collaboration avec l’Institut National d’Aménagement et d’Urbanisme de Rabat, et le concours scientifique du Centre Jacques Berque.

NOUVEAUX ESPACES, NOUVEAUX RESEAUX EN MEDITERRANEE
PROBLEMATIQUE SCIENTIFIQUE

A l’instar d’autres grandes régions du monde, l’espace méditerranéen est l’objet de processus de recomposition territoriale à toutes échelles. La mondialisation de l’économie et le développement du libre-échange, mais aussi les évolutions socio-politiques allant le plus souvent dans la sens de l’affirmation du local à travers la généralisation des projets de décentralisation, ont de multiples impacts sur le plan territorial. Ces derniers peuvent s’analyser aussi bien à l’échelle urbaine, que régionale ou nationale, ou encore transnationale. Tandis que la création de nouvelles centralités urbaines est au cœur de nombreux projets urbains, ou résulte plus ou moins spontanément des dysfonctionnements des centres historiques, on voit sur l’ensemble du pourtour méditerranéen les hiérarchies spatiales se transformer, soit sous l’effet de l’exacerbation des disparités intra et interrégionales existantes (telles que par exemple les oppositions littoral–intérieur) ou de l’émergence de nouvelles réalités territoriales, qui peuvent tout aussi bien prendre un caractère métropolitain que résulter d’organisations territoriales plus diffuses et polycentriques. Les espaces ruraux sont alors sous la menace d’une marginalisation croissante, restant définitivement voués à une activité agro-pastorale en déclin.

L’objet de ce colloque est de mieux cerner l’ensemble des transformations territoriales en cours et à venir dans le Bassin Méditerranéen, que celles-ci puissent être perçues comme le produit d’évolutions " spontanées ", ou " planifiées " dans le cadre d’un projet territorial. C’est dire que la prospective territoriale est appelée à occuper une place importante dans l’ensemble des communications.

De toute évidence, la restructuration des territoires implique simultanément celle des réseaux, qu’il s’agisse des réseaux d’échange (de biens, de services, mais aussi d’information et de communication) ou des réseaux formels ou informels de partenariat et de coopération entre acteurs publics et privés, qu’il convient également de prendre en considération ; ne serait-ce qu’à travers leurs effets rétroactifs sur les territoires. La question des réseaux renvoie elle aussi à celle du polycentrisme, sachant que celui-ci associe deux aspects complémentaires, relationnel d’une part car basé sur des réseaux d’échanges et de coopération entre villes et territoires, et morphologique d’autre part, avec une distribution des aires urbaines reliées par des réseaux physiques.

Mais la prise en compte des réseaux implique aussi l’identification des acteurs de statut très variable qui y participent. En particulier, dans les pays du sud de la Méditerranée, une attention particulière doit être portée à cette catégorie bien spécifique que sont les migrants internes et externes. Par leurs stratégies de dé(re)localisation, ils participent largement à l’émergence de nouveaux réseaux.

L’objectif du colloque est donc d’identifier les principales transformations territoriales par une approche à la fois multiscalaire, interdisciplinaire, et prospective en essayant d’apporter des éléments de réponse à quelques questions simples dans leur formulation :

    * Voit-on émerger de nouvelles centralités urbaines ? Le développement d’un modèle polycentrique qui semble s’affirmer sous l’effet des recompositions spatiales, tant aux niveaux intra- qu’interurbain, constitue-t-il une tendance lourde de la transformation des espaces urbains méditerranéens ?

    * Les évolutions, telles qu’on peut aujourd’hui les mesurer, des disparités de développement au niveau intra- comme interrégional remettent-elles en question les (dés)équilibres territoriaux préexistants ? Quels sont les territoires " qui gagnent " et ceux qui " perdent " sous l’effet de ces transformations ? Assiste-t-on à une remise en cause des hiérarchies spatiales, que ce soit au sein de l’armature urbaine ou entre les régions ? Bien entendu ces questions comme les précédentes ne se posent pas qu’en termes morphologiques, car c’est bien aussi de la formation de nouvelles territorialités liées à l’évolution de rapports sociaux qu’il s’agit.

    * Dans quelles mesures les politiques publiques d’aménagement du territoire intègrent-elles dans leurs " visions stratégiques " les transformations évoquées ci-dessus ?

    * Comment analyser la relation entre les processus de recomposition territoriale et l’organisation de nouveaux réseaux dans l’espace méditerranéen ?

Le colloque est ouvert à tous les spécialistes de l’ensemble des Sciences Humaines et Sociales, comme aux praticiens de l’Aménagement du territoire et de l’Urbanisme, dans la mesure où de toute évidence les réponses aux questions énumérées ci-dessus ne peuvent être apportées que par une approche transdisciplinaire.

Par ailleurs, l’objectif du colloque n’est pas de se limiter à un simple diagnostic des transformations territoriales, mais il entend également laisser toute sa place à la dimension du projet territorial, en tant que démarche volontariste de réorganisation des espaces et des réseaux.

PROPOSITIONS DE COMMUNICATIONS

La problématique générale développée ci-dessus peut se décliner en une série de sous-thèmes, dont la liste ci-après n’est pas exhaustive. Son objet est plus de stimuler la réflexion que de la figer dans un cadre rigide :

   1. Les dynamiques urbaines et le développement de la métropolisation en Méditerranée,

   2. Le rôle des villes intermédiaires dans les nouvelles dynamiques territoriales,

   3. La construction du polycentrisme dans les villes et les régions méditerranéennes,

   4. le polycentrisme, produit de stratégies volontaires ou héritage historique,

   5. Les acteurs du développement territorial et les nouveaux réseaux institutionnels,

   6. Les nouveaux territoires de la coopération décentralisée,

   7. nouveaux pouvoirs, nouveaux territoires, nouvelles territorialités

   8. Les territoires émergents face à la mondialisation,

   9. Libre-échange et recomposition territoriale,

  10. NTIC et équité territoriale,

  11. Réseaux de transport et transformation des hiérarchies spatiales,

  12. Convergence vs divergence territoriale ; l’évolution des disparités territoriales et les nouvelles hiérarchies urbaines et régionales,

  13. Des espaces transfrontaliers aux régions transnationales,

  14. Les politiques publiques d’aménagement et leurs impacts.

  15. migrations, recompositions des territoires et des réseaux

Les propositions de communication devront être parvenues avant le 15 mai 2004 à : Secrétariat du Colloque GRERBAM, Maison des Sciences de l’Homme " Villes et Territoires ", 4 allée du Plessis, 37000 Tours, France ou adressées par email à laura.verdelli@tiscali.it. Les lettres d’acceptation des communications seront envoyées début juillet. Les textes de communication devront être parvenus à l’adresse indiquée ci-dessus, avant le 1er Octobre 2004 pour figurer dans les actes.

COMITE SCIENTIFIQUE (liste provisoire)

Boumaza Nadir (CJB, Rabat), Carrière Jean-Paul (U. Tours), Iraki Aziz (INAU Rabat), Regnault Henri (U. Pau), Domecq Jean-pierre, (U. Pau) Roux Bernard (INRA, Paris) Sanmartin Olivier (Sc. Po, Lyon), Carabelli Romeo (URBAMA, U. Tours), Faika Charfi (U. Sfax), Jose Maria Mella Marquez (U. Autonome de Madrid)

DROITS D’INSCRIPTION

Les droits d’inscription seront de 100 Euros pour les adhérents GRERBAM à jour de leur cotisation et de 140 Euros pour les non-adhérents. Ils couvriront les actes, deux déjeuners et un dîner. Le paiement se fera soit par chèque bancaire à l’ordre de GRERBAM INTERNATIONAL envoyés au trésorier de l’Association, M. Bernard ROUX, 23 rue Vergniaud, 75013 Paris, soit par virement sur le compte de l’Association GRERBAM INTERNATIONAL après en avoir averti le trésorier (email : bernard.roux@inapg.inra.fr)

Les virements bancaires doivent être réalisés sur le compte de l’Association GRERBAM INTERNATIONAL ouvert au Crédit Agricole Touraine Poitou

Code établissement : 19406
Code Guichet : 00000
N° de compte : 90002288111
Clé : 94

Les personnes souhaitant adhérer à l’Association GRERBAM INTERNATIONAL, indépendamment de leur inscription au colloque peuvent adresser dès maintenant un paiement de 20 Euros, montant de la cotisation 2004, à Bernard Roux à l’adresse ci-dessus.



Catégories

Lieux

  • Rabat, Maroc

Dates

  • vendredi 12 novembre 2004

Contacts

  • Laura Verdelli
    courriel : laura [dot] verdelli [at] univ-tours [dot] fr

Source de l'information

  • Laura Verdelli
    courriel : laura [dot] verdelli [at] univ-tours [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Nouveaux espaces, nouveaux réseaux en Méditerranée », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 09 mars 2004, http://calenda.org/188890