AccueilTransformations spatio-temporelles et nouvelles figures de l'activité

*  *  *

Publié le mardi 30 mars 2004 par Natalie Petiteau

Résumé

Annonce

Forum

Transformations spatiotemporelles et nouvelles figures de l’activité

Appel à communication

Dans le cadre du XVII

e Congrès de Sociologie de l’AISLF, les Sociologues tourangeaux proposent un appel à communication sur le thème

« Transformations spatio-temporelles et nouvelles figures de l’activité : les formes d’engagement au travail »

Université François Rabelais

UMR 6173 - Cité, Territoire, Environnement et Société (CITERES)

AXE Nouvelles figures de l’activité

L'extension de l'économie de marché se manifeste par la transformation des formes de mise au travail de la main d'œuvre et par l'évolution rapide de la division internationale du travail – phénomènes de dé(re)localisation des entreprises, sous-traitance… Les changements économiques et sociaux en cours attirent notre attention sur les modifications des échelles d’activité. Nous sommes confrontés à un nouveau modèle de société (en émergence, donc par certains côtés, confus et contradictoire) caractérisé par un cadre international de développement, une déterritorialisation et une déréglementation (relatives) des processus de production.

Toutes les frontières du travail, héritées d’une histoire riche allant de l’industrialisation aux Trente glorieuses, semblent aujourd’hui s’effriter ou se dissoudre. Les distinctions qui ont fortement structuré le monde du travail (secteur industriel / secteur tertiaire, qualification manuelle / qualification intellectuelle, travail masculin / travail féminin, local / mondial, etc.) n’ont plus aujourd’hui la même portée. Les frontières géographiques, les délimitations temporelles (délimitations d’une journée, d’une semaine, d’une vie de travail) sont plus floues, plus difficiles à saisir. L’accès massif des femmes au salariat donne une acuité plus grande à la question de l’articulation vie professionnelle / vie « privée ». À la croisée de l’entreprise et de la cité, le travail nourrit un ensemble d’interrogations sur les temps et les espaces urbains.

Les changements actuels sont fréquemment évalués à l’aune de la période dite des Trente glorieuses : originale, courte à l’échelle historique, exceptionnelle au plan des acquis sociaux, elle cristallise de nombreux représentations, espoirs et conflits, mais a aussi généré une organisation de l’espace urbain et un type d’habitat qui posent problème aujourd’hui. La période qui lui succède a généré un modèle, que l’on peut appeler postfordiste, qui fait l’objet de débats intenses : il peut être présenté comme celui de la mobilité, de l’innovation, de l’adaptation, de la modernité ; il peut, au contraire, être dénoncé comme celui de la flexibilité imposée, de la précarité, de l’exclusion, de la déstabilisation de la norme d’emploi. Il produit des configurations urbaines nouvelles qui sont en cours d’exploration (nouvelles temporalités, ville 24h sur 24, mobilités multiples, polarisation sociale, nouvelles demandes de services urbains…). Ce modèle émerge dans une période où l’on constate également une transformation des trajectoires individuelles, professionnelles et familiales : elles sont plus diverses, plus complexes, moins stables. Nous sommes confronté à la remise en cause d’un modèle de carrière linéaire et uniforme (formation initiale, activité professionnelle, retraite).

Dans le cadre de l’activité, les individus et les groupes professionnels sont appelés à faire preuve de mobilité. Cette injonction trouve sa traduction dans le vocabulaire actuel : polyvalence, flexibilité, adaptabilité… De plus en plus, les trajectoires sont discontinues, marquées par des alternances d’emploi et d’inactivité professionnelle, de travail et de formation. Les changements en cours incitent à réfléchir sur la construction de nouveaux modèles de carrière et sur les formes de production et d’acquisition des compétences.

Propositions de communication

Les propositions de communication porteront sur ces transformations, saisies tant du point de vue macro que microsociologique. Elles interrogeront la redéfinition des figures d’activité et les formes d’engagement au travail. Elles pourront s’inscrire plus précisément dans les thématiques suivantes :

• Le développement des techniques d’information et de communication, leurs usages, leurs conséquences sur les pratiques de travail et de hors travail ;

• La redéfinition des conceptions de l’engagement dans le travail du point de vue des salariés comme du point de vue des employeurs ;

• L’organisation de la disponibilité : comment les individus s’organisent-ils pour articuler vie privée et vie professionnelle ? Cette question demande bien évidemment à être affinée en fonction du sexe, de l’âge, de la profession…

Les propositions seront reçues jusqu’au 5 mai 2004. Elles doivent présenter, en 3000 à 5000 caractères, la problématique, les populations concernées et la méthodologie, ainsi que l’identité du chercheur (organisme de rattachement…). Les doctorants et jeunes docteurs sont encouragés à proposer leur communication qui sera l’objet d’une attention particulière.

Les propositions doivent être adressées par fichier électronique ou courrier postal à :

Par courriel (fichier attaché au format RTF) :

Bernard Buron

: bernard.buron@univ-tours.fr ; Claudie Rey : claudie.rey@univ-tours.fr ; Françoise Sitnikoff : francoise.sitnikoff@univ-tours.fr

N.B. : Bernard Buron, Claudie Rey et Françoise Sitnikoff sont membres du Comité local d’organisation du congrès

Par courrier postal :

Université François Rabelais

Département de Sociologie

A l’attention de Bernard Buron, Claudie Rey et Françoise Sitnikoff

BP 4103

37041 TOURS Cedex

3, rue des Tanneurs

Calendrier

Clôture des dépôts de proposition de communication : 5 mai 2004

Sélection des propositions : 15 mai 2004

Envoi des communications écrites : 20 juin 2004.

Organisation de l'atelier

La séance sera organisée à partir des présentations orales des chercheurs qui s’exprimeront brièvement (15 minutes maximum). Suivra un débat intégrant des membres sollicités de l’AISLF.

Tours, le 5 mars 2004

Catégories

Lieux

  • Tours, France

Dates

  • mercredi 05 mai 2004

Contacts

  • Bernard Buron
    courriel : bernard [dot] buron [at] univ-tours [dot] fr

Source de l'information

  • Buron Bernard
    courriel : bernard [dot] buron [at] univ-tours [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Transformations spatio-temporelles et nouvelles figures de l'activité », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 30 mars 2004, http://calenda.org/188961