AccueilFondations et ruptures au sein de l’empire colonial français

*  *  *

Publié le mercredi 14 avril 2004 par Sarah Lazaro

Résumé

Annonce

La Société d’histoire coloniale française sollicite des projets de communications individuelles, ou des propositions pour des séances entières portant sur diverses facettes de l’histoire coloniale française, pour son congrès de 2005 qui aura lieu à la Acadia University, à Wolfville, en Nouvelle-Écosse, du 1er au 4 juin.  Ces présentations peuvent ou non toucher au thème retenu, Fondations et ruptures, qui fait référence au 400e anniversaire de la fondation de Port-Royal en Acadie française et au 250e anniversaire des débuts de la Déportation des Acadiens de la Nova Scotia.  La Acadia University est située à quelques minutes du site historique de Grand-Pré, et à une heure du site de l’Habitation reconstituée de 1605 et de la charmante ville d’Annapolis Royal.

 

Les chercheurs sont invités à dégager la nature des rapports entre les colonies françaises, leurs populations respectives et leurs voisins, et à s’intéresser aux liens entre les habitants de différentes colonies (par exemple, entre Acadiens et Canadiens aux XVIIe et XVIIIe siècles).  On peut également réfléchir aux fondements et déchirements au sein de ces colonies françaises d’outre-mer : liens et conflits entre les Français et les peuples colonisés, transferts culturels entre anciens et nouveaux mondes, continuité et rupture entre les périodes pré et postcoloniales.  L’impact des considérations raciales et du « genre », c’est-à-dire la conception du féminin et du masculin, dans la fondation et les tourments des régimes coloniaux, constitue une autre piste de recherche à explorer, tout comme la tension entre les idéaux républicains de la France et le caractère autoritaire de l’empire et l’intégration de l’histoire coloniale dans la trame de l’histoire nationale française.  Tous les sujets relatifs à l’histoire coloniale française seront cependant les bienvenus.

 

Les membres du comité du programme ont décidé de se partager la tâche.  Josette Brun et Maurice Basque s’occupent des communications et des séances touchant à la période précédant le XIXe siècle (s.v.p. envoyer les propositions aux deux adresses) et William Shorrock se charge des communications et des séances portant sur les XIXe et XXe siècles.

 

Veuillez s.v.p. envoyer les projets de communication par courriel aux personnes appropriées.  Un résumé de 100 à 200 mots doit accompagner le projet proposé.  La date limite pour l’envoi de propositions est fixée au 15 septembre 2004.  La Société regrette de ne pas disposer de ressources pour offrir des subventions aux participants ou participantes au congrès. Tous les chercheurs qui font des propositions doivent assurer eux-mêmes leurs frais de transport, d'inscription, de logement, et de repas. Les questions précises peuvent être adressées aux membres du comité du programme.

Lieux

  • Nouvelle Ecosse (Canada)

Dates

  • mercredi 15 septembre 2004

Contacts

  • Josette Brun
    courriel : josette [dot] brun [at] com [dot] ulaval [dot] ca
  • Maurice Basque
    courriel : basquem [at] umoncton [dot] ca
  • William Shorrock
    courriel : w [dot] shorrock [at] csuohio [dot] edu

Pour citer cette annonce

« Fondations et ruptures au sein de l’empire colonial français », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 14 avril 2004, http://calenda.org/189009