AccueilBilinguisme gréco-latin et épigraphie

*  *  *

Publié le vendredi 07 mai 2004 par Natalie Petiteau

Résumé

À partir du moment où commence la conquête du monde grec par les Romains (dès le IIIe siècle av. J.-C. en Italie du sud, à partir de 200 av. J.-C. en Grèce, puis dans l'Orient hellénisé), les contacts entre les deux langues ont été permanents et intimes jusqu'à l'époque proto-byzantine. Ces contacts ont eu lieu aussi dans le midi de la Gaule, où le grec était utilisé depuis la fondation de Marseille en 600 av. J.-C.

Annonce

17-19 mai -Colloque international - Bilinguisme gréco-latin et épigraphie
    


Colloque international
Bilinguisme gréco-latin et épigraphie

Lyon, Maison de l'Orient, 17-19 mai 2004

 

Présentation du colloque




À partir du moment où commence la conquête du monde grec par les Romains (dès le IIIe siècle av. J.-C. en Italie du sud, à partir de 200 av. J.-C. en Grèce, puis dans l'Orient hellénisé), les contacts entre les deux langues ont été permanents et intimes jusqu'à l'époque proto-byzantine. Ces contacts ont eu lieu aussi dans le midi de la Gaule, où le grec était utilisé depuis la fondation de Marseille en 600 av. J.-C.

Les inscriptions grecques et latines témoignent abondamment des problèmes que posaient ces contacts presque millénaires. Par exemple il a fallu traduire ou transposer en grec les actes officiels romains (décisions du Sénat, lettres officielles des empereurs) ; il fallu traduire ou transposer en grec les termes institutionnels romains (Sénat, consul, préteur, empereur, tribun, etc) - et réciproquement (on s'est quelquefois contenté de les transcrire phonétiquement). Il a fallu transcrire en grec les noms de personnes latins - et réciproquement, etc. Ont possède des inscriptions bilingues, qui permettent d'observer de près les modalités de la traduction. On connaît même des textes grecs gravés en alphabet latin... Naturellement, les solutions que les Anciens ont apportées à tous ces problèmes ont varié selon les époques.

Les interférences linguistiques entre le grec et le latin, et en particulier le bilinguisme proprement dit, ont été beaucoup étudiés depuis trente ans, mais beaucoup plus par les spécialistes de linguistique et de littérature que par les spécialistes de l'épigraphie. Notre colloque souhaite contribuer à combler cette lacune en réunissant non seulement des latinistes et des hellénistes, mais aussi et surtout des linguistes et des épigraphistes, afin de tirer le meilleur parti possible, pour l'étude de ces phénomènes, de la richesse de la documentation épigraphique.

Ce colloque réunira une fois de plus à Lyon des spécialistes venus de nombreux pays (Italie, Angleterre, Grèce, Finlande, etc).

 

Objectifs


Cette rencontre aura pour objectifs, en confrontant des documents provenant de différentes régions du monde gréco-romain et en croisant les points de vue des hellénistes et des latinistes, des historiens et des linguistes :

de réfléchir sur les notions de bilinguisme, d'interférence et d'acculturation à partir de leurs réalisations dans les documents épigraphiques ;

en particulier, de tenter d'établir une typologie, assortie d'une terminologie,

 des divers types de documents épigraphiques pertinents et des situations historiques concrètes dont ils sont les produits (coexistence de deux populations de langues différentes, nécessités administratives, affirmation d'une culture "bilingue", etc.)

 des comportements langagiers (choix de la langue, degré de compétence linguistique) et des différents modes de coexistence et d'interpénétration des deux langues (traductions, réinterprétations, langue mixte, emprunts de mots et de formules) aux différents niveaux de l'analyse linguistique.

 

Organisateurs



Frédérique BIVILLE, professeur de linguistique latine à l'Université Lumière Lyon 2, responsable de la Jeune Équipe Romanitas, Maison de l'Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux

Jean-Claude DECOURT, chargé de recherche au CNRS, directeur du Laboratoire HISOMA (HIstoire et Sources des Mondes Antiques-UMR 5189), Maison de l'Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux

Georges ROUGEMONT, professeur d'épigraphie grecque à l'Université Lumière Lyon 2, membre du Laboratoire HISOMA (HIstoire et Sources des Mondes Antiques-UMR 5189), Maison de l'Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, responsable du DEA et du doctorat " Les mondes anciens " (École doctorale " Sciences humaines et sociales ", Université Lumière Lyon 2)

 

Comité d'organisation


Frédérique BIVILLE, professeur de linguistique latine à l'Université Lumière Lyon 2
Jean-Claude DECOURT, maître de recherche au CNRS (Maison de l'Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux)
Pierre DUCREY, professeur d'histoire grecque à l'Université de Lausanne
Jean-Louis FERRARY, directeur d'études à l'École Pratique des Hautes Études (Paris)
Athanassios RIZAKIS, chercheur à la Fondation nationale de la Recherche (Athènes, Grèce)
Georges ROUGEMONT, professeur d'épigraphie grecque à l'Université Lumière Lyon 2
Denis ROUSSET, directeur d'études à l'École Pratique des Hautes Études (Paris)
Heikki SOLIN, Institutum classicum, Helsinki

 

Catégories

Lieux

  • Lyon, France

Dates

  • lundi 17 mai 2004

Contacts

  • G. ROUGEMONT
    courriel : DEA [at] mom [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Bilinguisme gréco-latin et épigraphie », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 07 mai 2004, http://calenda.org/189102