AccueilTheodor W. Adorno et l’avant-garde artistique

*  *  *

Publié le mercredi 26 mai 2004 par Marin Dacos

Résumé

L'apport de Theodor W. Adorno à l'esthétique philosophique est concentré dans l'idée de l'œuvre d'art comme négativité, entendue au sens d'une critique sociale qui serait inscrite dans les productions artistiques à leur niveau le plus technique, celui du « matériau ». Comme on sait, c'est dans le domaine de la musique, qu'il pratiquait par ailleurs en tant que compositeur, que ce penseur aura développé son approche de la manière la plus constante et la plus sophistiquée. Les idées d'Adorno sur l'atonalisme et le dodécaphonisme sont à l'origine d'un paradigme exégétique qui, dans la seconde moitié du vingtième siècle, marque de son sceau toute la réflexion esthétique et historique sur l'avant-garde musicale.

Annonce

Après-midi d’études

Centre de Recherches sur les Arts et le Langage

Theodor W. Adorno et l’avant-garde artistique

Vendredi 28 mai 2004 / Salle 1 - 105 bd Raspail / EHESS

14 hs Présentation

14:15 Jean-Paul Olive (Paris VIII): «La Raison et son Autre : Adorno face à l’expressionnisme et au surréalisme»

14:45 Beate Perrey (Cambridge University/CRAL): «Schubert surréaliste »

15:15 Martin Kaltenecker : «Adorno, la modernité modérée, l'arrière-garde et les respirations du progrès»

pause café

16:15 Esteban Buch (CRAL/EHESS): «Adorno et les critiques de Schoenberg»

16:45 Makis Solomos (IUF/Montpellier III): «Adorno face à l’essai de Benjamin sur l’œuvre d’art»

17:15 Peter Szendy (Un. March Bloch, Strasbourg): «Es gibt eben nichts Neues, das ist die Klage » ("Il n'y a précisément rien de nouveau, c'est ça la plainte.")

17:45 Discutant: Jean-Marie Schaeffer (CRAL/CNRS)

18:15 Table Ronde (les participants plus Marianne Dautrey, traductrice)

L'apport de Theodor W. Adorno à l'esthétique philosophique est concentré dans l'idée de l'œuvre d'art comme négativité, entendue au sens d'une critique sociale qui serait inscrite dans les productions artistiques à leur niveau le plus technique, celui du « matériau ». Comme on sait, c'est dans le domaine de la musique, qu'il pratiquait par ailleurs en tant que compositeur, que ce penseur aura développé son approche de la manière la plus constante et la plus sophistiquée. Les idées d'Adorno sur l'atonalisme et le dodécaphonisme sont à l'origine d'un paradigme exégétique qui, dans la seconde moitié du vingtième siècle, marque de son sceau toute la réflexion esthétique et historique sur l'avant-garde musicale. Ce faisant, Adorno a joué un rôle fondamental dans la production d'un discours critique sur la modernité artistique en général. On propose de revenir sur les origines et le cheminement de cette pensée, en en élargissant la dimension musicale et musicologique à l'ensemble des domaines littéraire et artistique. Dans cette perspective, l'esthétique d'Adorno apparaît comme un enjeu fondamental pour penser l'actualité des avant-gardes historiques, ainsi que pour se confronter à la multiplicité des discours critiques qui, ces dernières années, ont permis d'élargir les champs disciplinaires traditionnels.

Cette rencontre est organisée par Beate Perrey et Esteban Buch

source / contact : Esteban.Buch@ehess.fr

Lieux

  • Paris, France

Dates

  • vendredi 28 mai 2004

Contacts

  • Esteban.Buch@ehess.fr ~
    courriel : Esteban [dot] Buch [at] ehess [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Theodor W. Adorno et l’avant-garde artistique », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 26 mai 2004, http://calenda.org/189172