AccueilDu bagne d’enfants à l’institution éducative : l’image des institutions pour mineurs de justice

*  *  *

Publié le mercredi 21 juillet 2004 par Natalie Petiteau

Résumé

L’Association pour l’Histoire de l’Éducation Surveillée et de la Protection Judiciaire des Mineurs (AHESPJM) et le Centre National de Formation et d’Études - Protection Judiciaire de la Jeunesse (CNFE-PJJ) organisent avec la collaboration de diverses universités et institutions cinq journées d’étude consacrées à la naissance de l’Éducation surveillée.

Annonce

L’Association pour l’Histoire de l’Éducation Surveillée et de la Protection Judiciaire des Mineurs (AHESPJM) et le Centre National de Formation et d’Études - Protection Judiciaire de la Jeunesse (CNFE-PJJ) organisent avec la collaboration de diverses universités et institutions cinq journées d’étude consacrées à la naissance de l’Éducation surveillée. Ces rencontres, largement ouvertes aux acteurs du secteur et aux chercheurs, se dérouleront en 2004-2005. Elles sont structurées autour de cinq thèmes.

Deux journées sont d’ors et déjà programmées, dont celle du 17 décembre 2004, en collaboration avec le CREDHESS/Université de Paris I, où il sera question des images des institutions judiciaires pour mineurs.

Dans les années 1930, l’Éducation surveillée, alors simple bureau de l’administration pénitentiaire, n’a pas bonne presse. Pourtant réalisé avec l’appui du directeur de l’administration pénitentiaire, le livre-reportage de Louis Roubaud, Les enfants de Caïn, censé redorer le blason des colonies pénitentiaires et correctionnelles pour mineurs, avait, dés 1925, ému et scandalisé l’opinion. Quand, en 1934, la révolte de la colonie de Belle-Ile-en-Mer éclate, aucune réforme véritable n’a été tentée. Roger Vaillant et surtout Alexis Danan lance alors une campagne pour la disparition de ces « bagnes d’enfants ». Toutes les transformations, toutes les évolutions ultérieures devront composer avec ce passé. Comment l’Éducation Surveillée de 1945, direction autonome du ministère de la Justice, a-t-elle gérée cette image désastreuse ? Quelles autres représentations de l’éducation des mineurs de justice s’inscrivent en faux par rapport aux institutions disciplinaires et punitives vilipendées par les campagnes de presse ?

Les communications porteront sur les toutes les images de la rééducation dans tous les supports (cinéma, presse, télévision, photo, roman, théâtre, etc.). Elles pourront aussi traiter des stratégies de communication interne et externe de l’Éducation surveillée ou des établissements éducatifs.

Le 20 mai 2005, en collaboration avec l’HIRES/université d’Angers nous nous pencherons sur les théories explicatives et éducatives à l’œuvre dans le secteur de la justice des mineurs. Les trois autres journées porteront sur :

- Les fondateurs d’Éducation surveillée : biographies et prosopographie des acteurs d’une administration entre le judiciaire et le socio-éducatif

- L’évolution des méthodes éducatives et des formes de prise en charge : de l’enfermement au « milieu ouvert ».

- Les mineurs de justice : sociologie d’une population sous main de justice.

Catégories

Lieux

  • Paris, France

Dates

  • samedi 30 octobre 2004

Contacts

  • Jean-Jacques Yvorel, ~
    courriel : Jean-Jacques [dot] Yvorel [at] justice [dot] fr

Source de l'information

  • Fabrice Audebrand
    courriel : fabrice [dot] audebrand [at] justice [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Du bagne d’enfants à l’institution éducative : l’image des institutions pour mineurs de justice », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 21 juillet 2004, http://calenda.org/189247