AccueilDe la dégénérescence à la psychanalyse : les théories à l'œuvre a l'éducation surveillée

De la dégénérescence à la psychanalyse : les théories à l'œuvre a l'éducation surveillée

Naissance d’une administration : l’éducation surveillée, des réformes des années trente aux années soixante

*  *  *

Publié le mercredi 21 juillet 2004 par Natalie Petiteau

Résumé

L’Association pour l’Histoire de l’Éducation Surveillée et de la Protection Judiciaire des Mineurs (AHESPJM) et le Centre National de Formation et d’Études - Protection Judiciaire de la Jeunesse (CNFE-PJJ) organisent avec la collaboration de diverses universités et institutions cinq journées d’étude consacrées à la naissance de l’Éducation surveillée.

Annonce

L'Association pour l'Histoire de l'Éducation Surveillée et de la Protection Judiciaire des Mineurs (AHESPJM) et le Centre National de Formation et d'Études - Protection Judiciaire de la Jeunesse (CNFE-PJJ) organisent avec la collaboration de diverses universités et institutions cinq journées d'étude consacrées à la naissance de l'Éducation surveillée. Ces rencontres, largement ouvertes aux acteurs du secteur et aux chercheurs, se dérouleront en 2004-2005. Elles sont structurées autour de cinq thèmes. Pour chacun des thèmes abordés, il s'agira à la fois de faire un bilan des connaissances et d'ouvrir des pistes de recherche. Les communications, soumises à une discussion collective, pourront donc être construites autour de travaux en cours. La publication de ces journées sous forme d'actes n'est pas prévue, mais les travaux les plus aboutis pourront être publié dans Le temps de l'histoire. Revue d'histoire de l'enfance « irrégulière ».

Le 20 mai 2005, en collaboration avec l'HIRES/université d'Angers nous nous pencherons sur les théories explicatives et éducatives à l'œuvre dans le secteur de la justice des mineurs. Pour réformer ses pratiques ou les justifier, l'Éducation surveillée qu'elle contrôle) s'est appuyée sur les théories élaborées par les sciences humaines et les sciences sociales. La criminologie, la psychiatrie et la neuropsychiatrie, les diverses branches de la psychologie et de la psychologie sociale, la psychanalyse, parfois la sociologie voire la philosophie ont été tour à tour ou conjointement appelées au chevet de l'enfance et de l'adolescence déviantes. Ces discours experts devaient expliquer les origines et les formes de la délinquance et contribuer à la mise en place des " remèdes ". Au-delà de l'écart entre pratiques effectives et théories de références, (les acteurs d'une institution très comportementaliste peuvent très bien tenir des discours très psychanalytiques) nous voulons interroger " l'entrée en Éducation surveillée " des divers courants de pensée et évaluer l'influence qu'ils peuvent avoir eu sur la politique générale de l'ES et sur les pratiques locales. Ces questions seront posées aussi au secteur associatif.
Les communications porteront notamment sur :
- la place des diverses " sciences " à l'ES ou dans un secteur de ES (ex. la place de la psychologie clinique dans la formation des éducateurs entre 1952 et 1968 ou l'héréditarisme dans la revue rééducation.)
- les personnages qui peuvent incarner un courants de pensée (Henri Michard, le personnalisme et l'ES)
-des exemples locaux de lien théorie pratique ( la place de la psychiatrie au foyer x)
- ces disciplines ont-elles eu une influence globale sur les modes de prises en charge des jeunes et les formes de relations avec leurs familles ?
- Quel rôle la direction de l'institution réserve-t-elle aux sciences humaines et sociales (expertise, instrumentalisation…) Fait-elle des choix « théoriques » ou cultive-t-elle l'éclectisme ?

Le 17 décembre 2004, en collaboration avec le CREDHESS/Université de Paris I, il sera question des images des institutions judiciaires pour mineurs. Puis trois prochaines journées porteront sur :
- Les fondateurs d'Éducation surveillée : biographies et prosopographie des acteurs d'une administration entre le judiciaire et le socio-éducatif
- L'évolution des méthodes éducatives et des formes de prise en charge : de l'enfermement au « milieu ouvert ».
- Les mineurs de justice : sociologie d'une population sous main de justice


Catégories

Lieux

  • Angers, France

Dates

  • lundi 28 mars 2005

Contacts

  • Jean-Jacques Yvorel, ~
    courriel : Jean-Jacques [dot] Yvorel [at] justice [dot] fr

Source de l'information

  • Fabrice Audebrand
    courriel : fabrice [dot] audebrand [at] justice [dot] fr

Pour citer cette annonce

« De la dégénérescence à la psychanalyse : les théories à l'œuvre a l'éducation surveillée », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 21 juillet 2004, http://calenda.org/189248