AccueilAuschwitz : mémoire, histoire et transmission

*  *  *

Publié le lundi 01 novembre 2004 par Natalie Petiteau

Résumé

Ce colloque a pour objet de commémorer la libération du camp d’Auschwitz, en faisant écho à une manifestation européenne, la journée de la mémoire de l'Holocauste et des crimes contre l'humanité, le 27 janvier 2005, l'institution de cette journée ayant été décidée le 18 octobre 2002 par 48 ministres européens de l'Education, réunis au Conseil de l'Europe, à Strasbourg.

Annonce

Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah
Amicale d'Auschwitz
(Midi-Pyrénées)

et

Bibliothèque de Toulouse

Colloque

Auschwitz : mémoire, histoire et transmission

18-19 janvier 2005

« Dans la haine nazie, il n’y a rien de rationnel : c’est une haine qui n’est pas en nous, qui est étrangère à l’homme, c’est un fruit vénéneux issu de la funeste souche du fascisme, et qui est en même temps au-dehors et au-delà du fascisme même. Nous ne pouvons pas la comprendre; mais nous pouvons et nous devons comprendre d’où elle est issue, et nous tenir sur nos gardes. Si la comprendre est impossible, la connaître est nécessaire, parce que ce qui est arrivé peut recommencer, les consciences peuvent à nouveau être déviées et obscurcies: les nôtres aussi. »
Primo LEVI, Si c’est un homme.

Cette démarche s’inscrit dans les orientations du Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah, structure née du partenariat entre l'Amicale des Déportés d'Auschwitz et des camps de Haute-Silésie et de l'Association des Professeurs d'Histoire et de Géographie.
Il s'agit de tenter d’expliquer et d'enseigner un phénomène ambivalent qui relève à la fois de l'irrationnel et d'un calcul méthodique, le système le plus criminel que l’histoire ait jamais connu, allant de l’exclusion à l’extermination.
Au-delà, ce colloque a pour objet de commémorer la libération du camp d’Auschwitz, en faisant écho à une manifestation européenne, la journée de la mémoire de l'Holocauste et des crimes contre l'humanité, le 27 janvier 2005, l'institution de cette journée ayant été décidée le 18 octobre 2002 par 48 ministres européens de l'Education, réunis au Conseil de l'Europe, à Strasbourg.

Programme

18 janvier 2005

10h00 :
Ouverture du Colloque
Projection du film : Auschwitz : 1940-1945. Camp de concentration et d’extermination.
(28 mn ; réalisation Musée national du Camp d’Auschwitz)

11h -12h30 :
Auschwitz, 17-27 janvier 1945 : l’évacuation, les marches de la mort, la libération du camp.

En faisant le choix de l’évacuation des camps d’extermination, l’Allemagne hitlérienne avait pour objectif de garder le plus longtemps possible des détenus pouvant constituer une main-d’œuvre utile pour l’effort de guerre du 3ème Reich, mais également un danger au cas où ces derniers parviendraient à rejoindre les lignes alliées (en juillet-août 1944, les troupes de l‘Armée rouge avaient atteint la Vistule et n‘étaient plus qu‘à 200 kilomètres d‘Auschwitz).
Ce douloureux épisode de la vie concentrationnaire, qui démontra le caractère absurde et cruel de la politique nazie, connut deux périodes distinctes:
- Du mois d’août 1944 à la mi-janvier 1945, dans la perspective d’un repli, les nazis tentèrent de poursuivre leur plan d’extermination, d’évacuer les déportés valides pouvant être utile à l’économie allemande, de mettre les biens spoliés en sécurité et d’effacer les traces de leurs crimes;
- Dès la mi-janvier 1945, du fait de l’offensive de l’Armée rouge sur le front Vistule-Oder, les autorités nazies entreprirent l’action d’évacuation et de liquidation définitive du camp d’Auschwitz. Ainsi, entre le 17 et le 21 janvier 1945, près de 60000 détenus quittèrent Auschwitz et les sous-camps en formant des colonnes d’évacuation qui prirent la direction de l’Ouest, une véritable marche forcée qui allait devenir une marche de la mort durant laquelle Robert MARCAULT a vu tomber tant de camarades sous les coups et les balles des SS, "autant d'étoiles dont a été privée l'humanité". Le 27 janvier 1945, les soldats de l’Armée rouge libérèrent le complexe d’Auschwitz où 7000 déportés avaient survécu. Ils trouvèrent également 600 corps de détenus assassinés par les SS au moment de l’évacuation ou morts d'épuisement.
Intervenants :
M. Raphaël ESRAIL, Résistant et Déporté rescapé du camp d’Auschwitz, Secrétaire général de l'Union des Associations des Anciens Déportés d’Auschwitz et des camps de Haute-Silésie.
M. Robert MARCAULT, Déporté rescapé des camps d’Auschwitz et de Buchenwald.
Modérateur :
M. Patrice CASTEL, enseignant

15h :
Présentation de l’exposition : Les camps d’internement du Midi de la France : 1939-1944
Secteur « Société - civilisations » de la Médiathèque de Toulouse (1er étage)

17h30 :
Projection du film : La mission de Victor MARTIN (52 mn ; La Huit Distribution) de Didier ROTEN, d'après l'ouvrage de Bernard KROUCK : Victor MARTIN, un résistant sorti de l'oubli, Bruxelles: Les Eperonniers, 1995.
A l’issue de la projection, un débat sera animé par Bernard KROUCK, Maître de conférences d’Histoire des relations internationales à L’Institut d’Etudes politiques de Paris.

Le Comité de Défense des Juifs de Belgique envoie Victor Martin, un résistant du Front de l'Indépendance, enquêter sur le sort des Juifs de Belgique déportés vers l'Est, car on reçoit des messages rassurants du type "heureuse arrivée à destination", puis c'est le silence.
Sous prétexte de faire une étude sociologique auprès du professeur Leopold von Wiese, Victor Martin se rend à Cologne puis en Silésie, à Sosnowiec, où existe un ghetto ouvert. Là, il interroge des gens à l'hôpital, un belge lui parle en particulier des enfants et des vieillards qui disparaissent mystérieusement.
Victor Martin veut vérifier les faits, il se rend à Katowice où il rencontre des Français du STO travaillant dans le complexe d'Auschwitz. Il parvient sur le chantier avec un ausweis, il s'approche de la barrière, voit des déportés faméliques, cachectiques. On lui apprend qu'un énorme crématoire a été construit pour brûler 2000 à 3000 personnes par jour. Des trains arrivent alors de nuit avec des femmes et des enfants qu'on ne revoit jamais.
Après avoir traversé de nombreux périls, Victor Martin retourne en Belgique et transmet son rapport à la Résistance belge et à Londres.

19 janvier 2005


10h00-12h30 :
Mémoire et archives de la Déportation et de la Shoah

Les nazis avaient voulu faire de la Déportation et de la Shoah "la page la plus glorieuse" de leur domination parce qu'elle ne serait jamais écrite.
C'est alors notre victoire absolue sur le monstre nazi, l'écriture qui se déploie comme un fleuve sans fin. Témoignages, archives, oeuvres historiques, les Bibliothèques et les Centres d'Archives offrent une documentation immense et la possibilité infinie de lire et d'écrire.
Aujourd'hui, 60 ans après ces événements, quel nouveau souffle donner à cette mémoire ?

Intervenants :
M. Joël KOTEK, historien, Responsable de la formation des enseignants au Service éducatif du Centre de Documentation Juive Contemporaine;
M. Guillaume AGULLO, historien, Conservateur du Musée départemental de la Résistance et de la Déportation de la Haute-Garonne, Membre du Comité Scientifique de l'association Europe de la Mémoire.
Mme Monique-Lise COHEN, bibliothécaire à la Bibliothèque Municipale de Toulouse, Présidente de l'Association Mémoires: les Juifs dans la Résistance.
Modérateur :
M. Patrice CASTEL, enseignant

14h30-17h00 :
Comment enseigner Auschwitz et la Shoah ?

Le 27 septembre 2000, Jack LANG, alors Ministre de l'Education Nationale, décidait de favoriser la diffusion de l'ouvrage Dites-le à vos enfants : Histoire de la Shoah en Europe (100000 exemplaires) dans tous les établissements scolaires du second degré. Cette initiative répondait à l'engagement pris par le Premier Ministre, Lionel JOSPIN, lors de la conférence de Stockholm sur l'éducation, la mémoire et la recherche sur la Shoah, en janvier 2000.
Près de soixante ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le génocide juif est un événement historique à enseigner comme tel.
Il s'agit, pour les enseignants, à partir de documents didactiques issus des dernières recherches historiques, d'apporter un éclairage sur des faits qui comptent parmi les plus sombres de l'histoire du XXème siècle, afin d'aiguiser les consciences de leurs élèves et futurs citoyens.
Dès lors, quelles pédagogies spécifiques mettre en oeuvre ? Comment utiliser les outils pédagogiques disponibles (dont les Technologies de l'Information et de la Communication en Education) ? Quel est l'intérêt de l'interdisciplinarité ? Quelle place faut-il réserver aux témoins et aux lieux de mémoire, au regard du rapport mémoire/histoire ? Comment aborder, enfin, la question du négationnisme et de l'apparition de nouvelles formes d'antisémitisme ?

Intervenants :
Mme Marie-Paule HERVIEU, Professeur agrégé d’histoire, Docteur en histoire contemporaine, Présidente du Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah;
M. Claude DUMOND, Professeur agrégé d'histoire, Secrétaire du Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah;
Mme Anne THOUZET, Professeur agrégé d’histoire, Formatrice à l’I.U.F.M. Midi-Pyrénées.
Modérateur :
M. Patrice CASTEL, enseignant

Les camps d'internement du Midi de la France: 1939-1944
Exposition de la Bibliothèque de Toulouse,
réalisée sous la direction d'Eric MALO, historien.

Présentation du 11 au 30 janvier
Premier étage de la Médiathèque de Toulouse


Lieu du colloque : Médiathèque José CABANIS
Allée Jacques CHABAN-DELMAS
TOULOUSE



Avec le soutien de :

FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH - UNION DES ASSOCIATIONS DES ANCIENS DEPORTES D’AUSCHWITZ ET DES CAMPS DE HAUTE SILESIE - A.P.H.G. - CRIF MIDI-PYRENEES - ASSOCIATION MEMOIRES : LES JUIFS DANS LA RESISTANCE - ASSOCIATION LES AMITIES JUDEO-LACAUNAISES


MAIRIE DE TOULOUSE

Catégories

Lieux

  • Toulouse, France

Dates

  • mardi 18 janvier 2005

Contacts

  • Monique Lise COHEN
    courriel :
  • Patrice CASTEL
    courriel : p [dot] castel2 [at] wanadoo [dot] fr

Source de l'information

  • Patrice CASTEL
    courriel : p [dot] castel2 [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Auschwitz : mémoire, histoire et transmission », Colloque, Calenda, Publié le lundi 01 novembre 2004, http://calenda.org/189541