AccueilLes territoires des ressources naturelles : échelles et géographie des savoirs

Les territoires des ressources naturelles : échelles et géographie des savoirs

De la nature aux ressources naturelles : pouvoirs, savoirs et territoires

*  *  *

Publié le mardi 02 novembre 2004 par Natalie Petiteau

Résumé

Ce premier atelier du groupe de recherche

Annonce

École française de Rome

Centre de recherches historiques (EHESS Paris)

Institutions et Dynamiques Historiques Économiques (Université de Paris I)

Università degli studi di Genova

De la nature aux ressources naturelles : pouvoirs, savoirs et territoires

Les territoires des ressources naturelles : échelles et géographie des savoirs

Rome, 6 novembre 2004

École française de Rome,

Piazza Navona 62

Samedi 6 novembre 2004

9h00 – 13h00

Anne Conchon (Université de Paris I) et

Alice Ingold (EHESS, Paris)

Introduction

Les échelles de catégorisation des "ressources naturelles"

Nadège Sougy (Université de Genève), Connaître et reconnaître les ressources minérales combustibles : enjeux et représentativité des catégorisations en France (XIXe-XXe siècles).

Diego Moreno, Roberta Cevasco (Università di Genova-DISMEC Laboratorio storia e archeologia ambientale L.A.S.A.), Fonti di terreno per la storia delle risorse ambientali. Ecologia storica dei siti nell'Appennino ligure-tosco-emiliano (XVII- XIX secolo).

Discussion

Jean-Marc Besse (CNRS, EHGO)

Jérôme Buridant (Université de Reims)

Samedi 6 novembre 2004

15h – 17h30. Construction du territoire : sources, instruments et pratiques

Eric Szulman (Université de Paris I), Le pouvoir, le savoir et le fleuve en France au XVIIIe siècle.

Alice Ingold (EHESS, Paris), Construire la Carte hydrographique d'Italie (1876-1916) : acteurs, savoirs et territoires.

Discussion

Antonio Brucculeri (Università di Padova)

Anne Conchon (Université de Paris I)

Conclusions avec :Thomas Leroux (Université de Paris I)

Présentation

Ce premier atelier du groupe de recherche "De la nature aux ressources naturelles" s'intègre dans le programme pluri-annuel de l'École française de Rome "Innovations techniques et rythmes économiques", en collaboration avec d'autres institutions et partenaires. Il s'agit d'analyser comment l'administration des ressources naturelles constitue un laboratoire essentiel pour saisir les rapports qui se nouent entre hommes, pouvoirs et territoires : la régulation de l'accès aux ressources, les modalités de leur mise en valeur, la prévention des risques liés à leur utilisation, sont autant de pratiques qui désignent la plus ou moins grande capacité d'une collectivité à assurer un équilibre entre population et territoire ; la répartition des ressources concourt de façon forte à la légitimité du pouvoir politique, comme en témoigne la transmission du topos, qui identifie dans une bonne gestion et une bonne répartition des ressources les indices d'un bon gouvernement. Ces pratiques, ces représentations et les savoirs qu'elles mobilisent reposent sur un certain nombre de constructions que ce projet entend étudier.

Un premier volet de l'enquête porte sur les opérations d'identification et de définition des "ressources naturelles". Ces opérations recouvrent à notre sens un triple processus qu'on souhaite analyser de façon conjointe : elles désignent un certain découpage de la nature, qui s'appuie à la fois sur des savoirs scientifiques, la mobilisation et la transformation d'outils juridiques ; elles impliquent la connaissance d'un territoire par le moyen d'une mesure et souvent d'une cartographie ; elles accompagnent le développement des États modernes, dont une des ambitions réside dans une gestion compréhensive/raisonnée du territoire. Ces opérations d'identification des "ressources naturelles" signent aussi de nouvelles réglementations d'accès à ces ressources : en reconnaissant, ou en réformant, les acteurs légitimes à participer à leur mise en valeur, elles proposent aussi de varier les échelles d'analyse pour saisir comment la mesure des ressources dessinent des territoires et des communautés politiques.

Cette première journée voudrait proposer, à partir d'une série d'enquêtes, un travail réflexif sur les opérations de dénomination-appellation, de catégorisation et de mesure des ressources naturelles. On voudrait notamment interroger de façon critique les catégories savantes par lesquelles ces ressources sont décrites, selon des coordonnées qui s'attacheraient strictement à leurs qualités en suivant des critères topographique, morphologique, chimique - à vocation universelle. Il nous paraît important de souligner l'historicité de ces catégories et de revenir sur les cadres territoriaux et politiques dans lesquels elles se sont inscrites.

L'identification des ressources s'est réalisée à travers une série de pratiques administratives, elle s'est traduite par la création d'objets techniques (cartes, tableaux, statistiques, descriptions, inventaires). Ces pratiques et ces instruments visent à rendre compte d'une certaine réalité territoriale, en même temps qu'ils participent à la construction, la division ou l'unification, de ce territoire. Souligner le caractère non seulement opératoire mais volontariste des opérations de catégorisation des ressources est une invitation, pour cette journée, à porter le regard sur leur dimension territoriale. Ă quelles échelles les mesures sont-elles menées ? Quels sont les acteurs et les institutions qui en prennent la charge ? De quelle manière les outils juridiques, techniques et scientifiques, mobilisés dans ces mesures engagent-ils aussi des définitions de compétence et des répartitions de territoires entre les acteurs ? Quels types de savoirs sont reconnus, sollicités ou à l'inverse exclus (savoirs savants, savoirs d'experts, savoirs ordinaires ou locaux) ? S'interroger sur la dimension territoriale des mesures, c'est aussi chercher à saisir la tension qui peut exister entre les exigences d'un ancrage territorial des savoirs sur les ressources et les nécessités de mise en équivalence des savoirs. On propose donc aussi de varier les échelles d'analyse pour saisir comment la mesure des ressources naturelles fonctionne comme la mise en œuvre de catégories mais aussi comme autant d'accords situés entre les acteurs.

Contact :Alice Ingold, ingold@ehess.fr, Anne Conchon, conchon@univ-paris1.fr

Secrétariat : École française de Rome Époque moderne et contemporaine,Mme Catherine Garbin Piazza Farnese, 67 - 00186 Roma tél. 0039 0668 601 244 Fax. 0039 0668 601 511 e.mail : secrmod@ecole-francaise.it http://www.ecole-francaise.it

Catégories

Lieux

  • Rome
    Rome, Italie

Dates

  • samedi 06 novembre 2004

Contacts

  • EFR #
    courriel : secrmod [at] ecole-francaise [dot] it
  • Alice Ingold
    courriel : ingold [at] ehess [dot] fr
  • Anne Conchon
    courriel : conchon [at] univ-paris1 [dot] fr

Source de l'information

  • EFR #
    courriel : secrmod [at] ecole-francaise [dot] it

Pour citer cette annonce

« Les territoires des ressources naturelles : échelles et géographie des savoirs », Séminaire, Calenda, Publié le mardi 02 novembre 2004, http://calenda.org/189544