AccueilLes mères et la mort

Les mères et la mort

Enjeux éthiques et/ou esthétiques de la relation mortfière mère-enfant

*  *  *

Publié le mercredi 22 décembre 2004 par Inès Secondat de Montesquieu

Résumé

Annonce

Appel à communications

Colloque international et pluridisciplinaire

« Les mères et la mort : enjeux éthiques et/ou esthétiques de la relation mortifère mère-enfant »

Bordeaux, les 1, 2 et 3 décembre 2005

Ce colloque vise d’une part l’étude des enjeux esthétiques de la relation mère-enfant sous ses aspects mortifères dans la littérature et les arts des XVIIIe, XIXe et XXe siècles. Désirer, concevoir, mais aussi élever l’enfant de sa chair et de son esprit amène à se confronter de multiples façons (biologique, psychologique, philosophique) à l’idée, l’image voire la réalité de la mort. De fait, nombreux sont les artistes de toutes nationalités, hommes et femmes, qui représentent dans leurs œuvres, picturales (Edward Munch, Frida Kahlo), photographiques (Cindy Sherman), littéraires (Mary Shelley, Toni Morrison, Olive Schreiner, Louis Ferdinand Céline) ou cinématographiques (Peter Greenaway, Dominique Cabrera, Sandrine Veysset) le rapport délétère mère-enfant : interruption de grossesse, mort d’un enfant, mort de la mère en couches, infanticide, dépression et folie post-partum, mais aussi matricide. On pourra s’intéresser, entre autres, aux questions suivantes :

· Comment les artistes articulent-ils le lien entre mort-maternel-création ?

· Quels sont les enjeux esthétiques du rapport au corps et au maternel mortifère ?

· Quels sont les tropes et topoï récurrents ? Comment ont-ils évolué ?

· Le fait que les artistes puissent envisager, consciemment ou non, la mort de leurs enfants nés ou à naître, influence-t-il leur création ?

· Peut-on voir dans le lien entre maternel et mort un moyen de réhabiliter l’idée d’une femme à la fois procréatrice et créatrice ?

· En quoi la mort dans son rapport avec le maternel est-elle constitutive du genre sexué et du genre littéraire ?

· Existe-t-il des spécificités du point de vue des groupes ethniques, des classes et des genres ?

D’autre part, l’œuvre d’art étant un reflet des mentalités et des pratiques sociales, ce colloque explorera l’évolution de cette question du maternel et de la mort dans les sociétés au cours des deux derniers siècles et s’appuiera, notamment, sur les acquis de la psychanalyse, de la philosophie et de la sociologie. Dans certaines cultures (Inde, Chine, Afrique) la pratique de l’infanticide maternel --notamment des filles-- est encore courante bien qu’interdite. Aujourd’hui encore, dans nos sociétés occidentales, et ce malgré les acquis des combats féministes des années 60-70 (libre contraception, légalisation de l’avortement, multiplication des modes de garde), les femmes ne sont pas à l’abri des dépressions et psychoses puerpérales.

· Quelle est l’évolution historique des positionnements éthiques liés à cette question ?

· Quel rôle des traumatismes historiques (guerres, Shoah) ou des pratiques sociopolitiques telles l’esclavage et la discrimination raciale ont-ils pu jouer dans cette évolution ?

· Peut-on parler aujourd’hui du tabou de la « mère mortifiée et mortifère » ? Comment se rattache-t-il au tabou de la mort dans nos sociétés ?

· Comment les courants de pensée féministes, aujourd’hui et par le passé, appréhendent-ils cette question ?

· L’éthique de la sollicitude développée, par C. Gilligan notamment, aide-t-elle à (re)penser ce problème ?

Il s’agira également de se demander si les mythes de Médée et d’Electre peuvent être considérés, au même titre que le mythe d’Œdipe, comme des mythes fondateurs, aussi bien de la création artistique que de l’ordre social.

Enfin, on pourra s’intéresser, entre autres, aux aspects juridiques et politiques de ces questions :

· Quel rôle a joué l’Etat nataliste et nationaliste dans l’évolution du moralisme maternel ?

· Quelles sont les conséquences de la liberté négative des femmes sur la liberté procréative et filiative des hommes ?

· Les atteintes à la vie des enfants ont-elles transformé le droit et la jurisprudence ?



Veuillez envoyer un résumé de votre proposition de communication (300 mots), ainsi qu’un bref CV (1 page) pour le 28 février 2005.

à psardin@infonie.fr, elisabethlamothe@yahoo.com et juliesauvage@libertysurf.fr.

Tous les auteurs recevront un message accusant réception de leur proposition de communication.


Lieux

  • Bordeaux, France

Dates

  • lundi 28 février 2005

Contacts

  • Pascale Sardin-Damestoy
    courriel : psardin [at] infonie [dot] fr

Source de l'information

  • Pascale Sardin-Damestoy
    courriel : psardin [at] infonie [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les mères et la mort », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 22 décembre 2004, http://calenda.org/189732